Apple dit avoir remis des données sur Donald McGahn en 2018

Le rapport Mueller – et M. McGahn lors d’un témoignage privé devant le comité judiciaire de la Chambre ce mois-ci – décrivait la colère de M. Trump contre M. McGahn après l’article du Times, notamment en essayant de le persuader de faire une déclaration le niant faussement. M. Trump a déclaré à ses assistants que M. McGahn était un « menteur » et un « leaker », selon d’anciens responsables de l’administration Trump. Dans son témoignage, M. McGahn a déclaré qu’il avait été une source pour le suivi du Post pour clarifier une nuance – à qui il avait fait part de son intention de démissionner – mais il n’avait pas été une source pour l’article original du Times.

Il y a cependant des raisons de douter que M. McGahn ait été la cible d’une enquête du ministère de la Justice sur les fuites découlant de cet épisode. Entre autres, les informations sur les ordres de M. Trump de faire retirer M. Mueller ne semblent pas être le genre de secret classifié de sécurité nationale qui peut être un crime à divulguer sans autorisation.

Un autre événement à peu près simultané est que la citation à comparaître à Apple qui a balayé les informations de M. McGahn est intervenue peu de temps après celle que le ministère de la Justice avait envoyée à Apple le 6 février 2018, pour une enquête sur les fuites liées à la divulgation non autorisée d’informations sur la Russie. enquête, piégeant des données sur les membres du personnel du Congrès, leurs familles et au moins deux membres du Congrès.

Lire aussi  Vols United et Delta annulés : plus de 500 annulations de vols pour Noël

Parmi ceux dont les données ont été secrètement saisies en vertu d’une ordonnance de bâillon, et qui n’ont été notifiés que récemment, figuraient deux démocrates du House Intelligence Committee : les représentants Eric Swalwell et Adam B. Schiff, tous deux de Californie. M. Schiff, un adversaire politique acharné de M. Trump, est désormais le président du panel. Le Times a rendu compte pour la première fois de cette assignation la semaine dernière.

De nombreuses questions restent sans réponse sur les événements qui ont conduit aux assignations à comparaître, y compris à quel point elles ont été autorisées par le ministère de la Justice de Trump et si les enquêteurs ont anticipé ou espéré qu’ils allaient balayer des données sur les législateurs politiquement éminents. L’assignation a demandé des données sur 109 adresses e-mail et numéros de téléphone.

Dans ce cas, l’enquête sur les fuites semblait s’être principalement concentrée sur Michael Bahar, alors membre du personnel du House Intelligence Committee. Des personnes proches de M. Sessions et de M. Rosenstein, les deux principaux responsables du ministère de la Justice à l’époque, ont déclaré qu’aucun des deux ne savait que les procureurs avaient demandé des données sur les comptes des législateurs pour cette enquête.

Il reste difficile de savoir si les agents poursuivaient une théorie selon laquelle M. Bahar avait divulgué de son propre chef ou s’ils le soupçonnaient de parler à des journalistes avec l’approbation des législateurs. Quoi qu’il en soit, il semble qu’ils n’aient pas été en mesure de prouver leurs soupçons selon lesquels il était la source de toute divulgation non autorisée ; l’affaire a été classée et aucune accusation n’a été portée.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick