Centrelink facture 11 000 $ à Northern Beaches pour une subvention pour la garde d’enfants

Rebecca Coulson a été «choquée» lorsqu’elle a reçu deux factures à quelques semaines d’intervalle de Centrelink exigeant qu’elle rembourse plus de 11 000 $ en subventions pour la garde d’enfants.

La mère d’un enfant a reçu une facture de 7665 $ pour l’exercice 2018/19, qui est due le 22 septembre, avec la lettre indiquant qu’un examen de sa situation avait révélé qu’elle avait reçu trop de subventions pour la garde d’enfants.

Une autre facture est arrivée moins de deux semaines plus tard, cette fois pour l’exercice 2019/20 pour un montant de 3743 $, qui devait être payée avant le 24 septembre.

À l’époque, la fille de 42 ans fréquentait une garderie trois jours et était gardée par une nounou deux fois par semaine pendant qu’elle travaillait comme directrice des ventes, mais les choses ont radicalement changé depuis.

« J’ai été licenciée en juin de l’année dernière, donc ma situation financière a également changé par rapport à ce qu’elle était il y a trois ans, donc recevoir ces factures est une sacrée gifle », a-t-elle déclaré à news.com.au. « C’est deux mois pour payer une grosse somme d’argent. »

Depuis qu’elle a été licenciée, Mme Coulson a obtenu un contrat de travail dans la mesure du possible, mais travaille en moyenne environ 10 heures par semaine alors qu’elle s’occupe de son enfant avant et après l’école, tandis que son mari continue son travail de directeur des ventes.

« Nous avons perdu à peu près un revenu complet, qui était mon salaire, puis nous avons été frappés par ces factures et je ne sais pas si une autre va arriver », a-t-elle déclaré.

« Je n’ai pas seulement un compte bancaire pour trouver 11 000 $ en huit semaines. Je suis scolarisé à domicile et il y avait déjà une pression financière et c’est une pression de plus dont nous n’avons pas besoin pour le moment.

CONNEXES: Banlieues les plus chères et les moins chères pour la garde d’enfants en Australie

Les factures pourraient également signifier un coup dur pour un rêve personnel, a-t-elle révélé.

« J’ai subi une FIV et c’est le dernier cycle potentiel que nous pourrions traverser. C’est donc un autre coup de pied dans les tripes de savoir que si nous devons payer cette facture, nous ne passerons pas par une autre série de FIV », a-t-elle déclaré.

La mère des plages du nord a déclaré qu’elle avait toujours eu recours à un comptable pour faire ses affaires fiscales, alors elle a trouvé les factures « inhabituelles ».

Lorsqu’elle a initialement reçu les factures, elle a déclaré qu’elle « se mettait la tête dans le sable » car elle n’avait pas la capacité mentale de le gérer tout en endurant le verrouillage difficile de Sydney.

Ensuite, elle allait juste payer avant de découvrir qu’elle n’était pas la seule touchée.

Une publication Facebook sur un groupe de mamans des plages du nord a explosé ce week-end, attirant des centaines de commentaires de parents inquiets qui avaient également été pris de factures remontant à plusieurs années.

La mère de deux enfants, Nadine Kliskey, a publié la publication originale sur Facebook après avoir reçu une facture de Centrelink de 2500 $ pour l’année fiscale 2018/19 et de 1200 $ pour l’exercice 2019/20 pour le trop-payé des subventions pour la garde d’enfants, les deux étant dues en septembre.

CONNEXES: Les femmes australiennes disent que la pandémie les a empêchées d’avoir des enfants

Lire aussi  Spray anti-ours rappelé au Canada; peut ne pas fonctionner « lorsque les utilisateurs en ont besoin pour se protéger »

À l’époque, elle envoyait ses deux enfants à la garderie pendant cette période quatre jours par semaine.

Elle a récemment parlé à Centrelink, qui lui a dit qu’ils avaient retenu les factures 2018/19 en raison de la pandémie.

« Une question que je me pose est que nous sommes toujours aux prises avec un coronavirus et nous sommes sans doute dans un verrouillage pire maintenant à Sydney, alors pourquoi envoyer un double coup dur maintenant ? » elle a dit.

« Une autre question que j’ai est de savoir si c’est exact ? Il y a quelques années, il y a eu un problème de système produisant des factures inexactes. En regardant les autres mamans dans les groupes, c’est une période difficile en ce moment et d’autres parents reçoivent des factures de 16 000 à 17 000 $ pour un système que nous payons déjà beaucoup plus d’argent que n’importe quel autre pays pour la garde d’enfants – cela semble juste injuste.

«Cela me rend nerveux à propos de ma prochaine déclaration de revenus. Je viens d’entrer et j’ai augmenté considérablement mes revenus, et j’ai reçu un message indiquant que mon remboursement n’avait pas changé, mais ils me disaient que cela n’allait pas au cours des deux dernières années d’imposition et que je devais rembourser de l’argent. Une fois que vous commencez à discuter avec quelques personnes sur ce groupe Facebook, c’est bien pour commencer de voir que vous n’êtes pas le seul, mais cela soulève également plus de questions sur est-ce correct ? »

L’assistante virtuelle a déclaré que depuis le verrouillage de Sydney il y a plus d’un mois, elle avait été financièrement touchée – perdant 30 heures de travail par semaine – tandis que son mari électricien était également en arrêt de travail pendant deux semaines car des restrictions plus strictes étaient imposées.

« Je dois réclamer de l’argent pour le paiement en cas de catastrophe, alors Centrelink me donne de l’argent d’une main et le retire de l’autre avec ces factures de subventions pour la garde d’enfants », a-t-elle ajouté.

La femme de 41 ans attend un rappel d’un « expert en la matière » de Centrelink dans les deux prochaines semaines, mais a déclaré qu’elle était prête à « se battre ».

« Je ne paie pas tant que quelqu’un ne peut pas me dire que c’est exact … et je vais devoir suivre un plan de paiement pour le rembourser car je demande un paiement en cas de catastrophe pour perte de travail, donc je ne peux pas jetez 3 500 $ », a-t-elle déclaré.

Anneke, qui ne voulait pas que son nom de famille soit utilisé, a été frappée par trois énormes factures de remboursement datant de l’exercice 2017/18, totalisant plus de 5 500 $.

Comme Nadine, elle a récemment réclamé le paiement en cas de catastrophe après avoir été démis de ses fonctions de directrice commerciale deux jours par semaine.

Pourtant, deux jours seulement après sa déclaration de sinistre, elle a reçu sa première facture de Centrelink, ce qui l’a laissée « secouée ».

Le 20 juillet, elle a reçu une facture pour l’année 2018/19 de 2195 $, puis une semaine plus tard, une autre est arrivée de 2256 $ pour l’exercice 2019/20, les deux devant être payés en septembre.

Mais cela ne s’est pas arrêté là et lorsqu’elle a reçu un autre message le lendemain, indiquant qu’il y avait un e-mail en attente sur son compte MyGov, elle a dit « le sang s’est écoulé d’elle ».

Ce troisième coup l’a laissée « dévastée » avec une facture de 1120 $ pour la période 2017/18, avec l’obligation de débourser l’argent en un mois seulement.

Lire aussi  Le gouvernement envisage des hypothèques sur 50 ans qui pourraient se transmettre de génération en génération pour faire face à la crise du logement | Nouvelles du Royaume-Uni

« Je ne pouvais pas le croire et je pensais que c’était parce que j’avais déposé quelque chose pour un paiement en cas de catastrophe et que je m’étais mis sur le radar, puis je me trouvais sur le groupe Facebook des mamans des plages du nord et il y a plus d’une centaine de commentaires dessus ., » elle a dit.

«Je pense que c’est tellement injuste. Je dépose ma déclaration de revenus chaque année. Je paie un montant exorbitant d’impôts chaque année et puis recevoir cela est terrible pour moi et ma famille, surtout en ce moment.

« J’ai perdu deux jours de travail par semaine, ce qui est important pour ma famille car nous avons besoin de chaque dollar qui entre dans le ménage et c’est particulièrement sh***y ainsi que la subvention pour la garde d’enfants – celle de l’année dernière – nous avons gardé notre enfants à la maison pendant ce verrouillage et n’a pas envoyé nos enfants à la garderie. »

Bien que les factures ne précisent pas à quel enfant la subvention se rapporte, Anneke a déclaré que ses deux enfants sont allés à la garderie trois jours par semaine entre 2018 et 2020 et seulement deux jours pour la période 2017/18, sa fille commençant à neuf mois et son fils à six mois.

«Je pense juste que c’est absolument fou. Mon mari dirige sa propre entreprise et je suis le directeur d’une grande organisation et j’ai reçu une facture il y a trois ans, qui est essentiellement du type « Je suis désolé que vous ayez oublié de payer cela ou nous ne vous avons pas facturé accidentellement et vous devez payer maintenant » – cela ne tiendrait pas dans le monde des affaires. Ce n’est pas juste », a-t-elle dit.

La femme de 35 ans a déclaré qu’elle devait contacter Centrelink mais n’a pas eu le temps car elle fait l’école à la maison et n’a pas hâte de passer « quatre heures au téléphone à attendre pour essayer de parler à quelqu’un ».

Elle a ajouté qu’elle avait toujours déposé ses déclarations de revenus auprès d’un comptable chaque année.

« Nous utilisons tous nos économies en ce moment pour survivre et payer notre hypothèque et notre électricité et tout ce genre de choses et ne pas payer les subventions de garde d’enfants d’il y a des années », a-t-elle ajouté.

Le directeur général de Services Australia, Hank Jongen, a déclaré qu’il savait que de nombreuses personnes faisaient toujours les choses avec acharnement et que l’organisation était sensible aux circonstances difficiles auxquelles les gens sont confrontés, y compris celles touchées par les blocages actuels.

« Après la fin de l’exercice financier, nous équilibrons les paiements familiaux, y compris les allocations de garde d’enfants, pour nous assurer que nous avons versé aux familles le bon montant. Ce processus se produit lorsque les familles déposent leur déclaration de revenus ou confirment autrement leurs revenus », a-t-il déclaré.

« Les familles ont deux ans pour confirmer leurs revenus. C’est pourquoi certains de ces trop-payés remontent à plusieurs années. S’ils ne l’ont pas fait dans les deux ans, une dette peut être contractée.

Lire aussi  Le gouvernement Morrison laisse tomber un gros indice sur la prochaine date des élections

« Lorsque nous équilibrons les paiements, il y a trois résultats possibles : un complément, aucun changement ou un trop-payé. L’écrasante majorité des familles ont une recharge ou aucun changement lorsque leur équilibrage est terminé.

Les familles ont deux ans après la fin de chaque exercice financier pour confirmer les revenus de cet exercice financier, ou elles recevront un avis de compte à payer, a-t-il ajouté.

« Nous avons récemment atteint deux ans depuis la fin de l’exercice 2018-19 et avons envoyé des lettres aux familles qui n’ont toujours pas confirmé leurs revenus », a-t-il expliqué.

« Même si l’échéance est passée, il n’est pas trop tard pour que les familles agissent et pour nous de réévaluer leur dette.

L’année dernière, Service Australia a suspendu une série d’activités de levée de dette et de recouvrement à l’échelle nationale.

« Nous avons redémarré l’activité d’endettement à la fin de l’année dernière parce que nous comprenons que dire aux gens s’ils ont été payés en trop les aide à avoir une certitude quant à leur situation et leur permet de planifier pour l’avenir », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que les personnes endettées par Centrelink qui connaissent des difficultés financières peuvent contacter Services Australia au 1800 076 072 pour organiser des remboursements flexibles adaptés à leur situation.

Une mère a commenté dans le groupe Facebook que son amie avait vérifié sa lettre de subvention pour la garde d’enfants par rapport à l’avis d’évaluation (NOA) de l’Australian Taxation Office.

« Le chiffre du revenu ne correspond pas à ce que notre revenu imposable est sur les avis d’imposition », a-t-elle écrit. « La lettre du CCS implique que nous avons fait plus que ce qui nous a été évalué. »

Une autre maman a déclaré que son revenu pour la subvention pour la garde d’enfants était supérieur de 60 000 $ à ce qu’elle avait déclaré dans sa déclaration de revenus.

Alors que l’un d’eux a déclaré qu’elle avait reçu une facture de 2 600 $ pour l’exercice 2019/20, mais c’était probablement juste parce que son mari devait de l’argent sur les subventions d’actions et que leur agent fiscal avait retardé la soumission jusqu’en mai.

« Ce qui n’est pas du tout ok à mon avis, c’est d’envoyer une facture pour FY18 ou FY19 lorsque ces personnes ont soumis leurs déclarations de revenus à temps ! Surtout une facture qui ne donne pas beaucoup de temps avant que le paiement ne soit dû et avec à peine une ventilation de la façon dont ils sont arrivés à ce calcul », a-t-elle commenté.

Pendant ce temps, Mme Kliskey, dont la plus jeune a encore 18 mois à faire en garderie, a décrit le système de remboursement de la garde d’enfants comme « défectueux » et compliqué à naviguer.

« Nous payons un montant exorbitant pour la garde d’enfants par rapport à ce que paient d’autres pays », a-t-elle déclaré.

« Cela signifie que vous devez attendre que les enfants aillent à l’école pour payer certaines choses, car nous payons 15 000 $ à 20 000 $ en garde d’enfants et nous pourrions faire beaucoup avec cela. »

Avez-vous eu une expérience similaire? Contactez Sarah à [email protected]

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick