En quoi les élections anticipées en Italie seront-elles différentes ?

Sauf surprise, l’Italie est sur la bonne voie pour avoir son premier Premier ministre d’extrême droite, après l’effondrement du gouvernement du Premier ministre Mario Draghi. Des élections sont prévues dimanche, les premières depuis l’adoption des changements constitutionnels qui ont réduit la taille des deux chambres parlementaires. Cela survient également alors que la troisième économie de la zone euro – et l’une des plus endettées – fait face aux retombées de la flambée des prix de l’énergie, de la hausse des taux d’intérêt et de l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Une alliance de droite dirigée par les Frères d’Italie d’extrême droite de Giorgia Meloni, qui comprend également le parti de la Ligue de Matteo Salvini et Forza Italia de Silvio Berlusconi, qui a renversé le gouvernement de Draghi. Si le bloc gagne, Meloni pourrait devenir la première femme Premier ministre d’Italie. Le Parti démocrate de l’ancien Premier ministre Enrico Letta se présente avec des alliés plus petits du centre et de la gauche, tandis que le mouvement anti-establishment Five Star fonctionne en solo. Une coalition centriste d’anciens démocrates est également présente.

2. Quand connaîtrons-nous les résultats ?

Les sondages ferment à 23 heures, heure locale, et les sondages à la sortie des urnes seront publiés immédiatement, avec des projections de sièges plus précises à venir dans la nuit. Le Parlement doit se réunir le 13 octobre pour élire ses présidents. Après cela, le processus de formation d’un nouveau gouvernement commence officiellement. Draghi restera Premier ministre par intérim jusqu’à la mise en place du nouveau gouvernement, probablement dans la seconde quinzaine d’octobre.

Lire aussi  Malgré des commandes saines, Just Eat peut-il répondre à la croissance du cours de l'action ? | Industrie agro-alimentaire

3. En quoi cette élection est-elle différente ?

Les réformes constitutionnelles approuvées lors d’un référendum en 2020 ont réduit le nombre de sénateurs à 200 contre 315 et les députés à 400 contre 630. En conséquence, les circonscriptions ont été remappées et élargies. Environ 37% des sièges seront attribués aux candidats des partis qui obtiendront le plus de soutien dans les circonscriptions, tandis que le reste sera attribué au prorata du nombre de voix qu’ils obtiennent au niveau national. Le système encourage les partis à former des coalitions, car cela augmente leurs chances de remporter les sièges majoritaires à un tour. Les partis doivent atteindre 3 % des voix pour se qualifier pour les sièges à la représentation proportionnelle, et les coalitions 10 %. La campagne a coïncidé avec la saison des vacances d’été – une planification qui avait été évitée au cours du siècle dernier, principalement en raison de la nécessité de faire adopter le budget annuel à la mi-automne. Les responsables ont été occupés à préparer de nouvelles prévisions de croissance, de dette et de déficit dans le cadre d’un budget abrégé qui doit être publié dans les jours suivant le vote du gouvernement sortant de Draghi.

4. Quelle est la différence entre la chambre basse et le Sénat ?

En vertu de la constitution italienne, les deux chambres ont des pouvoirs égaux et la nomination du Premier ministre et toute législation doivent être approuvées par les deux. Les chefs de parti se présentent généralement pour un siège au Sénat, dont le président est le deuxième plus haut fonctionnaire du pays. Un récent changement constitutionnel a abaissé l’âge minimum pour voter pour les membres du Sénat de 25 à 18 ans, pour l’aligner sur la chambre basse, appelée la Chambre des députés. Les candidats doivent être âgés d’au moins 40 ans pour être élus sénateurs et d’au moins 25 ans pour être élus députés.

Lire aussi  Les législateurs veulent que Biden joue un plus grand rôle en poussant la législation technologique

5. Comment le premier ministre est-il choisi ?

Le premier ministre est nommé par le président, dont le rôle en tant que chef de l’État est essentiellement cérémoniel, après consultation des partis politiques. En pratique, la coalition qui remporte l’élection désigne qui doit être la personne. Il ou elle sélectionne ensuite des ministres (également officiellement nommés ou rejetés par le président) pour former un gouvernement, qui nécessite un vote de confiance du parlement dans les 10 jours suivant sa première session. S’il n’y a pas de vainqueur absolu des élections, le président peut donner un mandat conditionnel à une personne qu’il pense capable de rassembler suffisamment de soutien pour former un gouvernement d’unité ou une large coalition. Si personne ne parvient à bricoler une majorité, le président peut dissoudre le parlement et convoquer de nouvelles élections – même si ce serait sans précédent.

6. Pourquoi la politique italienne a-t-elle été si instable ?

Le pays a été très fragmenté, avec des allégeances partagées entre une multitude de partis, dont plus de 20 sont représentés dans la législature sortante. Plusieurs ont des idéologies similaires mais sont en désaccord sur qui obtient les postes de direction clés. Les coalitions comprennent souvent trois partis ou plus et sont notoirement instables. Le saut de fête est également monnaie courante, avec plus de 400 députés et sénateurs ayant changé d’allégeance depuis 2018. Five Star, autrefois la plus grande force politique du pays, a vu son nombre de députés à la chambre basse plus de moitié depuis le vote précédent.

Plus d’histoires comme celle-ci sont disponibles sur bloomberg.com

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick