Hausse des taux de trésorerie de la RBA: l’Australie se dirige vers la récession

La hausse des taux de trésorerie d’hier a été un coup dur pour de nombreux Australiens, qui craignent que de nouvelles hausses ne conduisent l’Australie vers une nouvelle récession.

Mardi, la Reserve Bank of Australia (RBA) a envoyé un coup de poignard dans le cœur des titulaires de prêts hypothécaires australiens, augmentant le taux de change officiel (OCR) de 0,5 % supplémentaire – la troisième augmentation mensuelle consécutive.

La décision a envoyé l’OCR à 1,35%, en forte hausse par rapport au plus bas historique de 0,1% d’avril.

Dans quelques jours, les détenteurs d’hypothèques variables australiens en ressentiront l’impact.

Comme l’illustre le graphique suivant, le taux hypothécaire variable d’escompte moyen passera à 4,7 %, contre 3,45 % en avril. Les taux hypothécaires fixes ont déjà fortement augmenté, le taux fixe moyen sur 3 ans atteignant 5,7 % en juin, bien au-dessus du creux pandémique de 2,1 %.

Les remboursements hypothécaires mensuels moyens ont grimpé de 16 % par rapport à leur niveau d’avril avant le resserrement.

Pour un ménage avec une hypothèque de 500 000 $, cela représente une augmentation mensuelle des remboursements de 362 $, alors qu’un ménage avec une hypothèque de 1 000 000 $ paiera 724 $ de plus par mois.

Le cauchemar hypothécaire ne fait que commencer

La revue financière australienne La dernière enquête menée auprès de 31 économistes a révélé une prévision médiane pour l’OCR de 2,35% d’ici décembre et un pic de 2,85% d’ici le milieu de l’année prochaine.

Si cela est vrai, l’OCR de l’Australie augmenterait encore de 1,5% par rapport à son niveau actuel selon la projection médiane des économistes.

Lire aussi  Les entreprises britanniques offrent jusqu'à 2 000 £ de primes d'inscription en période de pénurie de main-d'œuvre à Noël | Crise de la chaîne d'approvisionnement

Le marché à terme reste encore plus haussier, faisant basculer un OCR de 3,0% d’ici décembre et de 3,5% d’ici juin 2023.

Si l’une ou l’autre des prévisions de taux d’intérêt se concrétisait, les taux hypothécaires australiens monteraient en flèche.

Le taux hypothécaire variable d’actualisation moyen de l’Australie grimperait à 6,2 % selon les prévisions des économistes (ligne rouge pointillée ci-dessous) et à 6,9 % selon les prévisions du marché (ligne rouge continue ci-dessous).

Cela ferait grimper les remboursements hypothécaires mensuels moyens de 37 % (prévisions des économistes) ou de 48 % (prévisions du marché à terme) par rapport à leur niveau d’avril avant que la RBA n’entame son cycle de resserrement des taux.

En dollars, un ménage avec une hypothèque de 500 000 $ verrait ses remboursements mensuels augmenter de 831 $ (prévisions des économistes) ou de 1062 $ (prévisions du marché à terme), tandis qu’un ménage avec une hypothèque de 1 million de dollars verrait ses remboursements mensuels grimper de 1662 $ ou 2123 $.

Les prix de l’immobilier en Australie pourraient s’effondrer

La RBA risque de faire chuter les prix de l’immobilier si elle augmente les taux aussi agressivement que les économistes le prévoient.

Étant donné que les prix des logements australiens ont grimpé d’environ 35% au cours de la pandémie à la suite de fortes baisses des taux hypothécaires, de fortes baisses de prix découleraient nécessairement de la plus forte augmentation des remboursements hypothécaires de l’histoire du pays. Les taux d’intérêt sont une épée à double tranchant.

Dans sa dernière Revue de la stabilité financière, la RBA a estimé « qu’une augmentation de 200 points de base des taux d’intérêt par rapport aux niveaux actuels ferait baisser les prix réels des logements d’environ 15 % sur une période de deux ans ».

Lire aussi  Un autre ferry P&O 'Pride of Kent' détenu après avoir échoué à l'inspection | Actualité économique

Par conséquent, la prévision des économistes de 2,85% OCR suggère une chute du pic au creux des prix réels des logements australiens d’environ 20%.

Les prévisions du marché à terme de 3,5% OCR entraîneraient une baisse des prix réels des logements d’environ 25% en termes réels selon la modélisation de la RBA.

La RBA risque de plonger l’Australie dans la récession

Jamais auparavant la RBA n’avait entamé un cycle de resserrement des taux alors que la confiance des consommateurs était dans un si mauvais état. Le dernier indice de confiance des consommateurs ANZ-Roy Morgan affiche un suivi de la confiance à son plus bas niveau depuis le début de la pandémie en avril 2020.

En fait, en dehors de la pandémie, la confiance des consommateurs est à son plus bas niveau depuis la récession du début des années 1990.

La consommation des ménages est le moteur de l’économie australienne, représentant 55 % de la demande finale au cours d’un trimestre type. Ainsi, là où va la consommation des ménages, l’économie suit généralement, comme illustré dans le graphique suivant.

Si les remboursements hypothécaires augmentent aussi fortement que prévu, cela signifiera qu’il y aura moins de fonds disponibles pour les dépenses dans l’ensemble de l’économie, ce qui épuisera la croissance économique.

Le frein négatif sur la consommation des ménages serait également exacerbé par une forte baisse des prix de l’immobilier, ce qui appauvrirait les Australiens.

Si la RBA respecte les prévisions des économistes ou du marché à terme et s’acharne trop sur les taux, cela entraînera probablement l’économie australienne dans une récession inutile. La RBA doit donc faire preuve de prudence sur les taux.

Lire aussi  Fusillade dans une école du Michigan: les parents d'Ethan Crumbley et sa mère Jennifer, lettre à Trump

Nous pourrions voir des baisses de taux en 2023

Au début de la crise financière mondiale en 2008, la RBA a augmenté par erreur l’OCR de 1,0 %. Après que l’économie ait vacillé et que les prix de l’immobilier aient commencé à chuter, la RBA a été forcée de faire un net revirement en réduisant les taux de 4,0% en seulement six mois.

Nous pouvons voir la même chose se reproduire après que la RBA se soit trop resserrée. Ne soyez pas surpris de voir la RBA réduire ses taux au second semestre 2023 pour contrer la chute profonde des prix de l’immobilier et une récession.

Leith van Onselen est économiste en chef chez MB Fund et MB Super. Leith a précédemment travaillé au Trésor australien, au Trésor victorien et à Goldman Sachs.

Lisez les sujets connexes :banc de reserves

Related News

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick