Jessica Mauboy rentre chez elle à Darwin pour soutenir les artistes de la communauté éloignée

Jessica Mauboy a grandi dans la banlieue extérieure de Darwin, à Wulagi, et elle est fière de le dire à quiconque veut l’écouter.

« La rue dans laquelle j’ai grandi était Pelican Street », a-t-elle déclaré.

« Il n’y a rien de mal à grandir dans une petite ville ou une petite banlieue.

« Vous pouvez réussir n’importe où si vous y croyez vraiment, croyez en vous et en qui vous êtes. »

La musicienne née à Darwin a déclaré que les souvenirs d’être partie sur un canot pour poser des casiers à crabes avec son père, la nourriture du marché local et les odeurs de la ville tropicale l’ont gardée au sol.

« Il y a un esprit et un sentiment de lien avec la terre, un lien avec la communauté et les gens que vous aimez », a-t-elle déclaré.

Jessica Mauboy a déclaré qu’elle écouterait et apprendrait des artistes à distance.(ABC Kimberley : Andrew Seabourne)

« Ma mère, mon père, tous mes frères et sœurs, nièces et neveux, famille élargie, cousins ​​​​germains, cousins ​​​​germains – ils sont tous ici, toute ma mafia est ici. »

Mauboy est retourné dans le pays de Larrakia pour assumer un nouveau rôle de soutien aux artistes de la communauté éloignée, qui partageront leurs œuvres et leurs textiles à la Darwin Aboriginal Art Fair (DAAF) et aux défilés de mode connexes plus tard cette année.

un défilé de mode avec sept mannequins portant des robes blanches et jaunes.
Les artistes pourront se rendre à Darwin pour la foire cette année, pour la première fois depuis 2019.(Fourni : Dylan Buckee)

« C’est une énorme responsabilité et je veux pouvoir partager ce message et être ce modèle qui encourage la foule à sortir et à continuer à partager son histoire parce que c’est important », a-t-elle déclaré.

« Leur histoire est importante. »

En tant qu’ambassadeur du DAAF, Mauboy a commencé à visiter des centres d’art éloignés, notamment Marrawuddi à Jabiru et Injaluk Arts à Gunbalanya.

Mais elle a dit qu’elle prendrait un siège arrière.

« De mon point de vue, de mon objectif, on m’apprend, c’est moi qui écoute », a-t-elle déclaré.

Après une interruption de deux ans en raison de COVID-19, les artistes des communautés éloignées du Territoire du Nord et d’ailleurs en Australie pourront à nouveau parcourir de longues distances pour partager leur travail en personne lors des événements du DAAF en août.

Un homme peint des kangourous
Environ 50 centres d’art appartenant à des aborigènes soutiennent les artistes du Territoire du Nord.(ABC News: Jane Bardon)

Cela s’accompagne d’une promesse des organisateurs de l’événement de reverser tous les bénéfices aux artistes et à leurs communautés via des centres d’art locaux, l’événement ne prenant aucune commission.

Shilo McNamee, directrice artistique de l’événement et artiste elle-même, est allée au même lycée que Mauboy.

« Les centres d’art jouent un rôle énorme dans le soutien aux artistes et aux communautés et dans le maintien d’une grande partie des sources de revenus », a-t-elle déclaré.

« C’est quelque chose que nous essayons d’éduquer activement le public, d’acheter de manière éthique et de savoir d’où viennent les œuvres d’art. »

« C’est vraiment génial de voir sur les réseaux sociaux que les gens se posent ces questions. »

Shiloh McNamee
Mme McNamee a déclaré que tous les bénéfices de la foire d’art iront aux artistes et à leurs centres d’art éloignés.(Fourni : DAAF)

L’année dernière, l’événement a été mis en ligne et, avec 1 730 artistes de plus de 70 centres d’art éloignés, a généré environ 3 millions de dollars.

« [It’s] aider ces centres d’art à soutenir les artistes du pays afin qu’ils puissent travailler à domicile », a déclaré Mme McNamee.

« Pouvoir transmettre leurs histoires est un élément très important pour amener des œuvres d’art dans l’espace de la mode et également pour s’assurer que toutes les collaborations se font avec les artistes à bord, afin qu’ils puissent dire quels modèles sont appropriés à porter dans quelles circonstances.

« Les jeunes artistes et les jeunes générations portent leurs créations avec fierté, ce qui est vraiment agréable à voir. »

Les acheteurs analysent de près une pièce à la foire d'art.
La foire d’art 2021, qui s’est tenue virtuellement, a rapporté environ 3 millions de dollars.(Fourni : Dylan Buckee)

Mauboy a déclaré qu’elle voulait également être un modèle solide pour les jeunes résidents des Territoires du Nord.

« Je suis sûre que les jeunes font face à de nombreux défis », a-t-elle déclaré.

« Faites-vous simplement confiance et croyez davantage en vous-même, et cela demande beaucoup de courage et de bravoure, mais une fois que vous avez fait cela, je pense que tout le reste se met en place. »

Lire aussi  CM Radio - 25 février 2015 - The Mohrs, The Rathburns, Dead Projectionists

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick