La Banque du Canada surprend avec une hausse des taux d’intérêt pour lutter contre l’inflation

OTTAWA — La Banque du Canada a relevé son taux directeur d’un point de pourcentage et a déclaré que de nouvelles hausses de taux étaient nécessaires, marquant l’une des mesures les plus spectaculaires prises à ce jour par une banque centrale d’un monde développé pour faire baisser l’inflation.

La Banque du Canada a relevé son taux cible du financement à un jour de 1,50 % à 2,50 %, la plus forte augmentation ponctuelle depuis 1998, lorsque les autorités monétaires ont tenté de renforcer la monnaie nationale au milieu des crises financières en Asie et en Russie. La dernière fois que le taux directeur de la Banque du Canada a été aussi élevé, c’était à l’automne 2008, soit avant le début de la crise financière mondiale. Tous sauf un des 12 économistes interrogés la semaine dernière par le Wall Street Journal ont prédit une augmentation de 0,75 point.

La décision surprise de la Banque du Canada fait suite à deux augmentations consécutives de taux d’un demi-point en avril et en juin, et à une augmentation de 0,75 point le mois dernier par la Réserve fédérale. La Fed est sur la bonne voie pour une autre hausse de taux de 0,75 point plus tard ce mois-ci après que l’inflation américaine a atteint un sommet de 41 ans de 9,1 % en juin.

Cela reflète l’urgence des autorités monétaires à contenir les pressions inflationnistes qui ont dépassé leurs attentes et à faire baisser les attentes des entreprises et des consommateurs. Les contraintes de la chaîne d’approvisionnement, la hausse des prix des matières premières due à la guerre en Ukraine et la forte demande intérieure se combinent pour pousser l’inflation à un rythme effréné dans le monde développé. Les banques centrales choisissent de relever les taux de manière agressive tout en étant conscientes que cela pourrait déclencher un net ralentissement de la croissance, une baisse des prix des actifs, comme le logement, et éventuellement une récession.

Lire aussi  Powell obtient son inflation - -

La hausse des taux d’intérêt au Canada a été l’une des mesures les plus spectaculaires jamais prises par une banque centrale d’un monde développé pour faire baisser l’inflation.


Photo:

Justin Tang/Bloomberg News

L’inflation annuelle au Canada a augmenté en mai pour atteindre un sommet de 39 ans de 7,7 %, et la banque centrale a déclaré qu’elle s’attend à ce que l’indice des prix à la consommation s’établisse en moyenne à environ 8 % aux deuxième et troisième trimestres. Il prévoyait auparavant une inflation moyenne de 5,8 % au deuxième trimestre. Le taux de chômage a atteint un quatrième creux record consécutif en juin, à 4,9 %, tandis que la croissance des salaires s’est fortement accélérée, et la Banque du Canada a déclaré que le marché du travail est tendu « dans toutes les dimensions ».

Lors d’une conférence de presse, le gouverneur de la Banque du Canada, Tiff Macklem, a déclaré que l’augmentation d’un point de pourcentage était nécessaire pour empêcher les attentes d’une inflation plus élevée de s’enraciner et éliminer le risque de taux encore plus élevés à l’avenir. Les données de la semaine dernière des enquêtes sur les perspectives des entreprises et des consommateurs de la Banque du Canada ont indiqué que les gens s’attendaient à ce que l’inflation demeure bien au-dessus de 2 % pendant une période prolongée.

« Cette décision reflète la crainte que l’inflation soit trop élevée et affecte tous les Canadiens », a déclaré M. Macklem. “Nous devons refroidir la demande, laisser l’offre rattraper son retard et atténuer un peu l’inflation.”

M. Macklem a ajouté que des taux plus élevés maintenant aideraient à organiser un atterrissage en douceur, dans lequel les décisions politiques de la banque centrale freineraient l’activité économique tout en évitant une récession. M. Macklem a déclaré que la Banque du Canada a intégré une réduction « importante » dans ses prévisions économiques, qui prévoient maintenant une croissance de 3,5 % cette année et de 1,8 % l’an prochain. Les économistes de la Banque Royale du Canada ont averti la semaine dernière que le Canada se dirigeait vers une « récession modérée ».

“L’économie doit ralentir”, a déclaré M. Macklem.

La banque centrale s’attend à ce que l’inflation ralentisse à 3 % d’ici la fin de 2023 et atteigne son objectif de 2 % d’ici la fin de 2024.

Dans le communiqué expliquant sa décision, la Banque du Canada a déclaré que “les taux d’intérêt devront encore augmenter, et le rythme des augmentations sera guidé par l’évaluation continue de l’économie et de l’inflation par la banque”. Le mois dernier, les responsables de la banque centrale ont déclaré que pour atteindre leur objectif d’inflation, ils s’attendaient à ce que le taux directeur atteigne ou dépasse 3 %, ce qui serait l’extrémité supérieure du territoire neutre – ou lorsque la politique monétaire ne stimule ni ne restreint l’activité.

“La Banque du Canada a vu la Fed augmenter de 75 points de base et a dit:” Tiens ma bière “”, a déclaré Royce Mendes, économiste chez Valeurs mobilières Desjardins. “Après avoir vu l’inflation et les anticipations d’inflation augmenter depuis leur dernière décision, les banquiers centraux ont vu une action aussi drastique que nécessaire.”

Des responsables des finances et des banques centrales du Groupe des 20 économies développées et émergentes se réunissent en Indonésie pour discuter de perspectives économiques incertaines. Kristalina Georgieva, directrice générale du Fonds monétaire international, a déclaré mercredi dans un article de blog que les pays devaient faire tout leur possible pour ralentir l’inflation. “Agir maintenant fera moins mal qu’agir plus tard”, a-t-elle déclaré.

Les données de la semaine dernière des enquêtes sur les perspectives des entreprises et des consommateurs de la Banque du Canada ont indiqué que les gens s’attendaient à ce que l’inflation demeure bien au-dessus de 2 % pendant une période prolongée, « ce qui augmente le risque qu’une inflation élevée s’enracine dans la fixation des prix et des salaires ». dit la banque centrale. “Jusqu’à ce que l’inflation baisse de manière significative, le risque est plus grand que les Canadiens croient qu’elle restera élevée à long terme.”

La banque centrale s’attend à ce que l’inflation ralentisse à 3 % d’ici la fin de 2023 et atteigne son objectif de 2 % d’ici la fin de 2024.

Des taux plus élevés et une inflation élevée déclencheront un ralentissement de la croissance, a déclaré la Banque du Canada. Il a révisé à la baisse ses prévisions de croissance pour le Canada, à 3,5 % cette année par rapport à une prévision précédente de 4,2 %, et à 1,8 % en 2023, contre une attente antérieure d’une progression de 3,2 %. La banque centrale s’attend à ce que le logement – qui a été un moteur clé de l’expansion économique – soit un frein majeur à la croissance cette année et l’année prochaine “suite à une force insoutenable pendant la pandémie”.

Il s’attend à ce que l’économie croît à un taux annuel de 4 % au deuxième trimestre et ralentisse à 2 % au troisième trimestre.

Écrire à Paul Vieira à [email protected]

Copyright ©2022 Dow Jones & Company, Inc. Tous droits réservés. 87990cbe856818d5eddac44c7b1cdeb8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick