La British Fraud Unit enquête sur Gupta et Greensill

Issu d’une famille d’affaires, M. Gupta a créé une entreprise de négoce de métaux dans les années 1990 alors qu’il était étudiant à l’Université de Cambridge. En 2015, il s’est tourné vers la production, se livrant à une frénésie d’achats d’usines d’acier et d’autres métaux en Grande-Bretagne, puis dans des pays comme la Roumanie, la France et les États-Unis. Parce que certaines de ces installations étaient en difficulté, M. Gupta a été salué comme un sauveur de l’industrie sidérurgique en Grande-Bretagne.

La perte de financement de Greensill a constitué une menace sérieuse pour les entreprises de M. Gupta, qui emploient environ 35 000 personnes, dont 5 000 en Grande-Bretagne. Il a essayé de trouver de nouveaux financements pour sauver ces entreprises, mais la divulgation d’une enquête de fraude de haut niveau pourrait compliquer ces efforts.

Le gouvernement britannique a rejeté une demande de 170 millions de livres (environ 240 millions de dollars) pour soutenir les entreprises Gupta, citant leur «comptabilité opaque», selon une autre commission parlementaire qui enquête sur les entreprises et l’industrie sidérurgique britannique.

Un porte-parole des sociétés Gupta a déclaré que le groupe «coopérera pleinement» à l’enquête du Serious Fraud Office et que le groupe «progressait dans le refinancement de ses opérations».

Un porte-parole de Greensill a refusé de commenter l’annonce du Serious Fraud Office.

Alors que Greensill et Gupta avaient des intérêts à travers le monde, certaines des répercussions les plus fortes de l’effondrement de Greensill ont eu lieu en Grande-Bretagne, où l’ancien Premier ministre David Cameron a été conseiller principal de la société financière.

M. Cameron a fait face à de vives critiques pour son lobbying auprès de hauts responsables politiques et de hauts fonctionnaires au nom de Greensill, utilisant souvent des courriels et des messages WhatsApp pour lancer des appels aux plus hauts ministres, y compris Rishi Sunak, le chancelier de l’Échiquier. M. Cameron a dit qu’il aurait dû utiliser des moyens de communication plus formels.

Lors d’une apparition vidéo jeudi devant le comité parlementaire chargé d’enquêter sur l’effondrement de Greensill, M. Cameron a semblé montrer peu de contrition malgré les vives critiques des législateurs, dont l’un a qualifié ses douzaines d’approches des personnalités du gouvernement de «plus comme du harcèlement que du lobbying».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick