Le secteur pétrolier du Canada regorge d’argent — alors qu’est-ce qu’ils vont en faire?

Le secteur pétrolier canadien connaît l’année la plus lucrative de son histoire. Les prix élevés du pétrole et du gaz naturel qui ont fait mal aux consommateurs apportent une richesse considérable à l’industrie.

Cette prime a été renforcée au cours des dernières semaines alors que les entreprises affichaient à nouveau des bénéfices extraordinaires. Bien que les prix des produits de base aient légèrement fléchi, on s’accorde de plus en plus à penser que les prix resteront supérieurs à la moyenne pendant un certain temps.

La manne massive pour l’industrie a de nombreux impacts sur le secteur alors que les niveaux d’endettement chutent, que les actionnaires en profitent et que les coffres des gouvernements de l’Alberta, de la Saskatchewan et de Terre-Neuve se remplissent.

Dans le même temps, l’industrie aura probablement peu de soutien public dans son opposition à un barrage de nouvelles réglementations environnementales visant à freiner le changement climatique.

Historiquement, les plus grands producteurs de pétrole du pays développaient toujours de nouveaux projets de plusieurs milliards pour développer leurs opérations. Cependant, comme les entreprises ont cessé de donner la priorité à la croissance, il y a des milliards de dollars disponibles à dépenser ailleurs.

Les réservoirs de pétrole lourd sont un site courant près de Lloydminster, en Alberta. La production de pétrole dans la province a atteint un niveau record cette année. (Kyle Bakx/CBC)

Des tonnes de profit

Au départ, 2022 s’annonçait déjà comme une superproduction pour le secteur pétrolier, certains analystes s’attendant à des niveaux de bénéfices records, car les prix des matières premières étaient assez élevés et les compagnies pétrolières avaient passé une grande partie des sept dernières années à réduire leurs coûts. Mais, au lendemain de l’invasion russe de l’Ukraine et alors que l’économie mondiale émergeait des restrictions liées à la pandémie, le secteur pétrolier en a grandement profité. Ces premières prévisions, aussi lourdes soient-elles, ont été considérablement révisées à la hausse.

En janvier, le secteur pétrolier devait produire un flux de trésorerie après impôts record de 99 milliards de dollars cette année, selon un rapport de l’ARC Energy Research Institute. Cette même organisation s’attend maintenant à ce que le secteur pétrolier canadien récolte 147 milliards de dollars.

Au cours des derniers résultats trimestriels, Imperial Oil a enregistré un bénéfice de 2,4 milliards de dollars, soit une multiplication par six par rapport à la même période de trois mois il y a un an. Suncor Energy a réalisé un bénéfice de 4 milliards de dollars, soit quatre fois plus. Cenovus Energy et Canadian Natural Resources ont également perçu des milliards de bénéfices.

C’est biblique, ce qui se passe– Rafi Tahmazian de Canoe Financial

“Suncor, CNRL, Cenovus – wow. Grosse, grosse aubaine”, a déclaré Rafi Tahmazian, gestionnaire de portefeuille principal chez Canoe Financial à Calgary.

“Imaginez un guichet automatique qui est en panne et qui crache des billets de 100 $ et qu’il n’y a pas assez de monde pour les ramasser et qu’il y a des billets de 100 $ qui s’accumulent par terre. C’est à quel point ces entreprises sont rentables en ce moment”, a-t-il déclaré.

C’est pourquoi les cours des actions du secteur pétrolier sont en hausse et que les investisseurs bénéficient de dividendes plus élevés et de rachats d’actions.

Les liquidités jaillissantes aident également les entreprises à rembourser de larges pans de dettes. Il s’agit d’un revirement remarquable pour un secteur qui était en grande partie en déclin pendant une grande partie de la dernière décennie.

Suncor s’était fixé pour objectif de réduire sa dette entre 12 et 15 milliards de dollars d’ici 2025. Récemment, les dirigeants ont déclaré qu’ils atteindraient déjà la fourchette inférieure de cet objectif au cours des six prochains mois.

Advantage Energy, un producteur de pétrole et de gaz naturel, est l’une des rares entreprises qui s’attend à pouvoir effacer sa dette d’ici la fin de l’année.

“Nous sommes sur le point d’avoir très peu de dettes, voire aucune”, a déclaré Andy Mah, membre du conseil d’administration.

“Je pense que nous sommes maintenant dans une phase où les deux prochaines années ou plus seront un cycle de prix des matières premières plus fort”, a-t-il déclaré.

La réduction des niveaux d’endettement aidera l’industrie à faire face au prochain effondrement des prix des matières premières, chaque fois qu’il se produira.

“Nous devons avoir plus de capacité à absorber ces périodes volatiles, qui peuvent aller et venir rapidement. Et nous devons être résilients”, a-t-il déclaré.

Coffres du gouvernement

Pour l’instant, ces prix élevés du pétrole et du gaz naturel pourraient fournir une importante augmentation des revenus aux gouvernements de l’Alberta, de la Saskatchewan et de Terre-Neuve, en plus du gouvernement fédéral. Les gouvernements provinciaux perçoivent des redevances sur la production de pétrole et de gaz naturel.

Terre-Neuve prévoyait un déficit de 351 millions de dollars pour son budget actuel sur la base des prix du brut Brent de 86 $ US. Le Brent devrait maintenant atteindre en moyenne environ 105 dollars le baril cette année, selon l’Energy Information Administration des États-Unis. Pour chaque différence de 1 $ dans le prix du pétrole, les revenus de Terre-Neuve bondissent d’environ 13 millions de dollars, ce qui explique pourquoi la province pourrait se retrouver beaucoup plus près d’un budget équilibré, bien que la valeur du huard, entre autres facteurs, aura également un impact.

La même chose pourrait être dite pour la Saskatchewan, qui avait prévu un déficit de 463 millions de dollars basé sur le West Texas Intermediate (WTI) à 76 $ US en moyenne le baril. Le WTI devrait atteindre en moyenne environ 99 $ cette année. Ajoutez à cela des prix plus élevés de la potasse et la «province pourrait facilement afficher un excédent budgétaire», a déclaré l’économiste principal de BMO, Robert Kavcic, dans une note de recherche.

En tant que plus grande province productrice de pétrole, l’avantage de l’Alberta se mesurera en milliards, surtout après avoir basé son budget sur un pétrole de 70 $ US. Les revenus des redevances pourraient grimper entre 15 et 20 milliards de dollars. Une partie de cet argent est déjà dépensée pour réduire les prix du carburant et de l’énergie pour les résidents.

“Nous avons toujours parlé de l’avantage de l’Alberta. C’est biblique, ce qui se passe”, a déclaré Tahmazian, de Canoe Financial, à propos de la manne pétrolière du gouvernement de l’Alberta.

Le gouvernement du premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, utilise une partie de ses redevances sur les prix du pétrole et du gaz naturel pour réduire le coût du carburant dans la province. (Nouvelles de Radio-Canada)

Le gouvernement fédéral en profite également sur le plan financier, bien que ce soit beaucoup plus difficile à mesurer. La flambée des prix du pétrole pourrait augmenter les impôts des sociétés d’environ 5 milliards de dollars, selon un économiste. Il y a aussi des recettes fiscales plus élevées.

Selon un rapport publié en 2016 par l’Institut canadien de recherche énergétique, chaque gain d’un dollar canadien dans le prix du WTI entraîne une augmentation d’environ 1,7 milliard de dollars du PIB du pays.

Les prix du pétrole ont été un moteur majeur de l’inflation galopante dans le pays et l’avantage fiscal des sociétés pour le gouvernement fédéral sera partiellement compensé par la baisse des recettes fiscales d’autres secteurs de l’économie qui ont été négativement touchés par la hausse des dépenses en carburant. Le gouvernement fédéral fournira des projections révisées des recettes de l’impôt sur le revenu des sociétés dans le cadre de la mise à jour budgétaire de l’automne, a déclaré un porte-parole du ministère des Finances dans un courriel.

Les impôts sur les sociétés payés par le secteur pétrolier cette année pourraient être beaucoup plus élevés que la normale parce que l’industrie ne dépense plus comme avant et n’aura donc pas autant de dépenses pour compenser ses revenus. Au cours des dernières années, l’industrie n’a pas dépensé autant d’argent pour augmenter la production de pétrole et de gaz naturel, mais a plutôt choisi de distribuer plus d’argent aux investisseurs.

En 2012, pour chaque dollar de flux de trésorerie après impôt, le secteur pétrolier canadien réinvestissait 1,22 $ dans la production de pétrole et de gaz, selon l’ARC Energy Research Institute. Cette année, le ratio de réinvestissement devrait tomber à seulement 29 cents.

Exigences environnementales

Outre les finances, la flambée des bénéfices du secteur pétrolier survient à un moment où le gouvernement fédéral s’engage à apporter des changements substantiels aux politiques ayant un impact sur le secteur. Les défenseurs de l’environnement s’attendent également à ce que l’industrie agisse davantage pour réduire les émissions nocives de gaz à effet de serre qui contribuent au changement climatique.

Le gouvernement fédéral propose de plafonner les émissions pétrolières et de réduire certaines subventions. Récemment, Ottawa a introduit une norme sur les carburants propres et réduit un allégement fiscal pour les investissements dans les petites sociétés pétrolières.

Bien que plusieurs des grandes sociétés pétrolières se soient fixées pour objectif d’atteindre des objectifs d’émissions nettes nulles d’ici 2050, le secteur dans son ensemble a fait pression contre la plupart de ces changements, en particulier les récentes critiques du plafond d’émissions de la part des cadres supérieurs.

“C’est malhonnête, pour être honnête. Ce n’est certainement pas cohérent avec ce que signifie avoir un plan net zéro crédible”, a déclaré Duncan Kenyon, directeur d’Investors for Paris Compliance, un groupe de défense qui travaille avec des investisseurs pour faire pression sur les entreprises. améliorer leurs performances climatiques.

Le gouvernement fédéral fait également pression sur l’industrie pour qu’elle accélère le développement de projets de capture et de stockage du carbone à grande échelle, ce qui pourrait aider le pays à atteindre ses objectifs climatiques.

Compte tenu des niveaux de profit du secteur, il peut être beaucoup plus difficile d’obtenir le soutien du gouvernement ou du public pour s’opposer aux nouvelles politiques environnementales.

“Nous nous attendrions à ce qu’ils disposent maintenant des ressources nécessaires pour commencer à les investir dans les investissements dont ils ont besoin pour la transition [toward net-zero emissions]”, a déclaré Kenyon.

Le boom actuel est une opportunité idéale pour le secteur pétrolier d’investir dans la technologie et les installations nécessaires pour réduire les émissions, y compris les gaz méthane, a-t-il déclaré, tout en investissant également dans des sources d’énergie à faibles émissions comme l’hydrogène.

Les sables bitumineux produisent environ 11 % des émissions totales du Canada et le reste du champ pétrolifère est responsable d’environ 15 % supplémentaires. Cela n’inclut pas les émissions provenant de toute combustion éventuelle des carburants, que ce soit dans les transports — qui sont responsables d’un autre 25 % des émissions du Canada — ou ailleurs.

Lire aussi  Une étude révèle une baisse spectaculaire des quarts de travail

Related News

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick