Le TSX s’effondre alors que le pétrole tombe en dessous de 80 $ et que la morosité économique s’installe

L’indice boursier de référence du Canada a fortement chuté vendredi alors que les perspectives d’une récession mondiale poussent les investisseurs à vendre d’abord et à poser des questions plus tard.

L’indice composé S&P/TSX a perdu plus de 500 points ou plus de 3 % pour se situer juste en dessous de 18 500 dans l’après-midi, entraîné à la baisse par la chute du prix du pétrole.

Le prix de référence du pétrole brut en Amérique du Nord a perdu 5 $ pour se négocier en dessous de 80 $ pour la première fois depuis janvier. Le catalyseur de la baisse du pétrole semble avoir été les banques centrales signalant cette semaine qu’elles sont tellement déterminées à contenir l’inflation qu’elles sont prêtes à créer une récession pour y parvenir.

La Réserve fédérale américaine a relevé son taux d’intérêt de référence mercredi, et neuf autres pays du monde ont emboîté le pas le lendemain. Cela contribuera à faire baisser l’inflation, mais cela coûtera probablement cher à l’économie.

“Ce qu’ils disent clairement, c’est qu’ils sont tellement déterminés à faire baisser l’inflation qu’ils vont faire chuter l’économie dans le processus”, a déclaré John Zecher, le fondateur du gestionnaire de fonds torontois J Zechner & Associates. “C’est ainsi que le marché le lit … Ils ne s’arrêteront pas tant que l’économie ne se sera pas ralentie.”

Une récession conduirait à une demande d’énergie beaucoup plus faible, c’est pourquoi le pétrole s’est vendu. Environ un cinquième des sociétés cotées à la Bourse de Toronto sont dans le secteur de l’énergie, et elles figuraient parmi les plus grandes perdantes vendredi. Les actions de Suncor, Cenovus, MEG Energy et Crescent Point ont toutes perdu plus de 8 % au cours de la journée.

De plus en plus d’indicateurs économiques commencent à suggérer que l’économie canadienne a déjà déraillé ou est sur le point de le faire. Les chiffres de l’emploi la semaine dernière ont montré que l’économie a perdu des emplois pendant trois mois consécutifs, et les données sur les ventes au détail de vendredi ont montré que les Canadiens rangent à nouveau leur portefeuille.

Lire aussi  McDonald's en Ukraine : le géant de la restauration rapide va rouvrir

Les marchés boursiers réagissent à cette morosité, et certains analystes pensent qu’il y a beaucoup plus de douleur à venir.

“Les creux que nous avons connus récemment au cours des mois d’été vont être remis en question dans les prochains jours ou semaines”, a déclaré Larry Berman, directeur des investissements chez le gestionnaire de fonds QWealth, basé à Toronto, dans une interview. “Le marché [isn’t] prix pour ce que les banques centrales vont faire.”

Le dollar canadien a plongé jusqu’à 73,65 cents américains, son niveau le plus bas en plus de deux ans.

Plus à venir

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick