Les compagnies aériennes exhortent les pays du G7 à aider les voyages internationaux

L’industrie du transport aérien intensifie sa campagne pour assouplir les restrictions aux frontières et autoriser davantage de voyages internationaux – même par des personnes qui ne sont pas vaccinées contre le coronavirus – malgré des taux d’infection élevés dans de nombreux pays.

Le groupe commercial de l’industrie, l’Association du transport aérien international, a déclaré mercredi que les gouvernements devraient utiliser des mesures de dépistage, telles que le test des passagers pour le virus, plutôt que d’imposer des quarantaines et d’autres restrictions.

Le groupe a cité des études qui indiquent que les voyageurs vaccinés présentent peu de risque de propagation du COVID-19. Pour renforcer son argument visant à permettre aux personnes non vaccinées de voyager également, le groupe aérien a déclaré que seulement 2,2% des voyageurs au Royaume-Uni entre fin février et début mai ont été testés positifs pour COVID-19 après leur arrivée.

“Il n’y a pas d’approche sans risque”, a déclaré aux journalistes le haut responsable du groupe, Willie Walsh, ancien PDG de British Airways et d’Aer Lingus. Les gouvernements doivent accepter certains risques « et continuer notre vie », a-t-il déclaré.

Les commentaires soulignent l’inquiétude des responsables des compagnies aériennes selon laquelle une reprise des voyages pourrait ne pas être assez rapide pour faire de la haute saison des vacances d’été un succès. Ils espèrent que les responsables des pays riches du G7 accepteront d’assouplir les restrictions de voyage pendant ou avant une réunion au sommet des dirigeants en Angleterre la semaine prochaine.

Le mois dernier, les compagnies aériennes américaines et britanniques ont demandé au président Joe Biden et au Premier ministre britannique Boris Johnson de lever les restrictions sur les voyages entre les deux pays avant le sommet, mais aucun des deux gouvernements n’a agi.

Lire aussi  Le gouvernement de Washington va dépenser 185 millions de dollars pour attirer les étudiants, les touristes et les travailleurs à l'ouverture des frontières

Le groupe de commerce aérien prévoit que l’industrie perdra 48 milliards de dollars cette année après avoir perdu 126 milliards de dollars en 2020. L’économiste en chef du groupe a déclaré la semaine dernière que le trafic aérien cette année représentera 52% du trafic de 2019 et ne retrouvera pas les niveaux d’avant la pandémie. jusqu’en 2023.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick