Les dernières nouvelles sur les plans fiscaux du G20

20 des ministres des Finances des plus grandes économies du monde se sont réunis et ont convenu, samedi 10 juillet, de fixer un taux d’imposition minimum pour les revenus des sociétés de 15 %. Les ministres des Finances ont également convenu de modifier le lieu de collecte de certaines taxes pour s’adapter à l’économie numérique moderne. Cela contribue au mandat du président Biden d’empêcher les sociétés multinationales de transférer leurs bénéfices vers des pays à faible imposition.

Ce que les nouveaux plans fiscaux du G20 signifient pour les multinationales et les entreprises

132 pays ont accepté les nouveaux systèmes fiscaux après des réunions organisées par le G20 et l’Organisation de coopération et de développement économiques. Le système devrait être mis en œuvre d’ici 2023 et vise à empêcher les grandes entreprises de transférer leurs bénéfices vers des pays à faible revenu. Ce nouveau système fiscal aura un impact sur toutes les entreprises, des multinationales aux petites SARL au Texas. Les multinationales générant des revenus de plus de 890 millions de dollars subiront les effets de l’impôt minimum sur les sociétés de 15 %. Les taxes seront désormais redirigées, obligeant les ressortissants à payer des taxes dans les régions où leurs biens et/ou services sont offerts. Les multinationales qui génèrent un chiffre d’affaires supérieur à 23,8 milliards de dollars devront verser entre 20 et 30 % de leurs bénéfices au-dessus d’une marge de 10 % aux pays où elles sont basées. Les sociétés pétrolières et financières ont été exemptées de cette décision. L’Organisation de coopération et de développement économiques a déclaré qu’étant donné que les multinationales ont privé les pays de 100 à 240 milliards de dollars, ce qui représente environ 4 à 10 % de l’impôt sur les sociétés dans le monde, la nécessité d’un nouveau système fiscal est nécessaire. Les multinationales ont identifié des lacunes dans d’autres systèmes fiscaux et les ont utilisées à leur avantage en choisissant la manière dont elles souhaitent être imposées.

Lire aussi  Succès de l'agitation secondaire: des camarades de rugby du secondaire gagnent des milliers de dollars grâce aux cocktails au rhum | Finances personnelles | La finance
Les dernières nouvelles sur les plans fiscaux du G20 – L’incorporation aux États-Unis est-elle toujours attrayante ?
Pixabay

Par exemple, le gouvernement américain percevra moins d’impôts de la part d’entreprises telles qu’Apple et Google, tandis que d’autres sociétés récolteront les bénéfices des ventes et des services fournis par ces entreprises dans leurs régions. Les entreprises, telles que Volkswagen et Samsung dont le siège social n’est pas situé aux États-Unis, devront commencer à payer des impôts au gouvernement américain. Selon le président américain Biden, les entreprises basées dans des pays qui n’ont pas choisi d’adhérer au nouveau système fiscal seront contraintes de payer des taux d’imposition plus élevés. Ce taux d’imposition plus élevé sera utilisé comme tactique pour persuader les pays adverses d’adhérer au nouveau système fiscal.

L’incorporation d’entreprise aux États-Unis reste attrayante

Pour utiliser le nouveau régime fiscal à leur avantage, les propriétaires d’entreprise peuvent transformer leur entreprise en société américaine. Ce faisant, le propriétaire de l’entreprise constituée en société tirera des avantages tels que la possibilité de déclarer l’impôt en tant qu’individu. Cela permettra aux entreprises constituées en société d’étaler les pertes fiscales et de reporter les impôts. Ils pourront également déduire les frais d’entreprise de leurs impôts et auront moins de chance d’être audités parce qu’ils sont une entreprise constituée en société. Concernant les prélèvements sociaux, ils seront basés sur le salaire que perçoit le propriétaire de l’entreprise constituée en société. Cela leur fera économiser de l’argent et ils pourront également déduire de l’impôt les prestations qu’ils versent à leurs employés.

Les entreprises constituées en société protègent également les biens personnels du propriétaire si l’entreprise connaît des difficultés financières. Les propriétaires d’entreprise se voient offrir la possibilité de ne pas percevoir de salaire, qui peut être imposé, mais plutôt de percevoir un revenu sous forme de dividendes. Cela offrira la possibilité de choisir son revenu et de contourner les implications fiscales. Faire en sorte qu’une entreprise devienne une incorporation aux États-Unis offre également une vue de surface plus professionnelle et digne de confiance. Les clients voient l’entreprise comme une source plus crédible et ils sont pris plus au sérieux. Pour cette raison, les entreprises constituées en société peuvent bénéficier d’avantages fiscaux et ont davantage accès à des opportunités lucratives.

Les plats à emporter

En octobre de cette année, le G20 se réunira à nouveau pour discuter plus avant du nouveau système. De nombreux pays ont été chargés de choisir s’ils accepteront et appliqueront ou non le nouveau système fiscal. Le G20 abordera également le plan de l’UE visant à taxer les services numériques, car ils visent à exploiter potentiellement un Royaume-Uni plus faible. Cela pourrait profiter aux États-Unis, car les entrepreneurs du commerce électronique éviteront probablement l’Europe en raison de ses politiques fiscales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick