PEXA lance un gros test pour Macquarie après les échecs de l’introduction en bourse

Le plus gros flottement depuis des années sur l’ASX a débuté avec la publication du prospectus de l’agent immobilier en ligne PEXA, mais un test tout aussi important attend son gestionnaire de flotteur – le mastodonte de la banque d’investissement de 55 milliards de dollars Macquarie Group – qui ne peut pas se permettre un autre échec d’introduction en bourse (IPO) .

Le prospectus de PEXA, publié lundi, indiquait que la société avait l’intention de commencer à négocier sur l’ASX début juillet.

La plate-forme de transfert, détenue par Link Administrative Holdings, Morgan Stanley Infrastructure Partners (MSIP) et Commonwealth Bank, espère lever 1,175 milliard de dollars via l’introduction en bourse, en émettant ses actions à un prix d’offre de 17,13 $ par action. À ce prix, la société aura une capitalisation boursière de 3 milliards de dollars et une valeur d’entreprise de 3,3 milliards de dollars.

La majeure partie de l’argent collecté ira à MSIP, qui a accepté de vendre l’intégralité de sa participation de 40 pour cent. Pendant ce temps, Link aura la possibilité de porter sa participation pré-IPO de 44,2 pour cent dans PEXA à 47 pour cent. CBA aura également la possibilité de porter sa participation de 15,8 % à 29 %.

Une vente aux enchères frénétique pour PEXA a rapporté un prix de 3,3 milliards de dollars pour le transporteur immobilier en ligne qui devrait déposer son prospectus cette semaine. Crédit:Domaine

Les prévisions du prospectus montrent que les bénéfices de PEXA ont plus que doublé pour atteindre 99,7 millions de dollars au cours de l’exercice 2021. La société devrait enregistrer une perte de 4,6 millions de dollars pour la période, mais devrait passer au noir au cours de l’exercice 2022 avec un bénéfice net de 19,6 millions de dollars.

Avec sa valorisation élevée et ses prévisions optimistes, la cotation publique de PEXA attirera l’attention justifiée pour le plus grand flottant, en termes de valorisation et de liquidités levées, sur l’ASX depuis 2018.

Lire aussi  Fureur face à la menace du triple verrouillage des pensions d'État - "Sunak doit accorder aux retraités une augmentation de salaire de 10%" | Finances personnelles | La finance

Une cotation réussie sera une bonne nouvelle pour Macquarie après les débuts lamentables sur l’ASX du groupe de technologie de l’éducation Keypath Education plus tôt ce mois-ci – le premier flotteur géré par la banque d’investissement depuis l’implosion publique de la société d’analyse de données Nuix.

Keypath, basée dans l’Illinois, présentée comme la plus grande entreprise “edtech” à figurer sur l’ASX, a fait ses débuts en dessous de son prix d’introduction en bourse de 3,71 $ et est tombée à 3,26 $ au cours de la semaine de sa cotation. Keypath fournit l’infrastructure, le marketing et le recrutement pour les cours en ligne pour les universités. En retour, il reçoit jusqu’à 60 pour cent des frais de cours.

Les problèmes en cours autour de Nuix, dans lequel Macquarie conserve une participation de 30%, restent également un point sensible pour la banque d’investissement.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick