Twitter abandonne discrètement sa politique empêchant le partage de fausses informations sur le COVID-19 | Actualités scientifiques et techniques

Twitter a discrètement abandonné sa politique empêchant le partage d’informations fausses ou trompeuses sur le COVID-19.

En vertu de la politique, les tweets contenant des informations trompeuses sur la maladie pourraient recevoir une étiquette comprenant des informations correctives sur l’allégation.

Les tweets qui enfreignaient la politique et étaient gravement préjudiciables pouvaient être supprimés et les utilisateurs verrouillaient temporairement leurs comptes pour les empêcher de partager d’autres informations erronées.

Twitter n’a pas annoncé le changement mais a ajouté une note à une page de son site Web décrivant sa politique COVID-19.

“A compter du 23 novembre 2022, Twitter n’applique plus la politique d’informations trompeuses COVID-19”, indique la note.

La mise à jour est apparue sous une ligne qui se lit toujours : “Alors que la communauté mondiale fait face ensemble à la pandémie de COVID-19, Twitter aide les gens à trouver des informations fiables, à se connecter avec les autres et à suivre ce qui se passe en temps réel.”

Le géant des réseaux sociaux COVID-19[feminine] la politique d’information trompeuse n’apparaît plus sur le site Web de l’entreprise, mais il était possible de la consulter à l’aide d’une version en cache de la page Web.

Il a montré que Twitter utilisait un système de grève où ceux qui avaient une étiquette ajoutée à leurs tweets recevaient une grève et ceux qui avaient des tweets supprimés recevaient deux grèves.

Aucune mesure n’a été prise pour une grève, mais les utilisateurs avec deux ou trois grèves seraient verrouillés hors de leur compte pendant 12 heures, tandis que ceux avec quatre grèves seraient verrouillés pendant sept jours et les récidivistes avec cinq grèves ou plus seraient définitivement suspendus.

Lire aussi  Les consommateurs britanniques empruntent par carte de crédit au taux le plus rapide depuis 2005 | Actualité économique

La plateforme a suspendu plus de 11 000 comptes et supprimé près de 98 000 éléments de contenu pour violation de sa politique de désinformation COVID entre janvier 2022 et septembre 2022, selon les informations publiées par Twitter.

Le site a également réduit la visibilité des tweets ou des comptes soupçonnés d’enfreindre la politique en arrêtant les tweets ou les retweets de ces comptes apparaissant dans certaines parties de Twitter, en affichant leurs réponses dans des positions inférieures dans les conversations et en excluant leurs tweets ou leur compte des recommandations sur le site.

L’équipe de modération du contenu licenciée

Le changement de politique intervient après Elon Musk licencié la moitié des effectifs de Twitter après la reprise de l’entreprise, avec les responsables de la modération des contenus, des droits de l’homme et de la communication parmi les équipes touchées.

Des centaines d’employés auraient également quitté l’entreprise après que Musk ait lancé un ultimatum pour que son personnel s’inscrive pour de “longues heures à haute intensité” ou parte.

Lire la suite:
Twitter va lancer des tiques dorées et grises
Musk va “ouvrir les portes de la prison de Twitter”

Sky News a tenté de contacter Twitter mais aucune information de contact n’était disponible sur son site Web et le compte de communication Twitter officiel est inactif depuis le 30 octobre.

Musk annonce une “amnistie” pour les comptes suspendus

La semaine dernière, Twitter a rétabli le compte personnel de la politicienne américaine d’extrême droite Marjorie Taylor Greene, qui était interdit en janvier pour avoir enfreint ses politiques de désinformation COVID.

Lire aussi  comment Chaucer, la confusion du calendrier et Hilaria ont conduit à des farces et à de fausses nouvelles

Musk a également annoncé qu’il accordait une “amnistie” aux comptes suspendus après avoir publié un sondage pour que les utilisateurs votent sur le rétablissement des comptes qui n’ont pas “enfreint la loi ou se sont livrés à des spams flagrants”.

Le résultat du sondage, une enquête non scientifique qui peut facilement être influencée par les bots, était de 72 % pour “oui”.

“Le peuple a parlé. L’amnistie commence la semaine prochaine. Vox Populi, Vox Dei”, a tweeté Musk, utilisant une expression latine signifiant “la voix du peuple, la voix de Dieu”.

Les annonceurs et les utilisateurs ont déjà quitté le site en raison de préoccupations concernant la vérification et les discours de haine.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick