Un enseignant licencié injustement après qu’un élève a menti sur le fait d’être enfermé dans un placard

Un enseignant a été injustement licencié après qu’un élève avec des centaines de plaintes pour comportement à son encontre ait menti en disant qu’il avait été enfermé dans un placard en guise de punition.

Abdul Mohammad Basit a été licencié malgré le garçon et deux autres élèves qui l’ont accusé d’avoir un mauvais comportement – ​​dont un avec 605 plaintes pour comportement – ​​et qu’il n’y avait même pas de serrure sur la porte.

Quelques jours après avoir accusé son professeur de l’avoir forcé dans un placard, l’élève de 14 ans a dit à un autre professeur qu’il inventerait quelque chose à leur sujet. Il a également menacé de traquer un enseignant suppléant « dehors ».

Une audience a été informée que M. Basit enseignait dans une classe de 9e à la Pleckgate High School de Blackburn, dans le Lancashire, lorsqu’il a plaisanté en disant qu’un élève indiscipliné devrait aller dans le placard pour arrêter de perturber la classe.

Après avoir fait la blague, M. Basit a déclaré qu’à sa grande surprise, l’élève, qui aimait jouer au clown de la classe, était entré dans le placard.

Mais après la leçon, l’élève a rencontré deux autres élèves de la classe et ils sont allés voir le directeur pour se plaindre de l’incident.

L’étudiant a déclaré qu’il était resté dans le placard pendant cinq minutes et qu’il avait été enfermé, mais M. Basit a déclaré qu’il n’y était resté que 10 à 15 secondes.

Le tribunal a également appris qu’il n’y avait pas de serrure sur l’armoire.

L’école a toujours choisi de croire ce que les élèves ont dit sur la version des événements de M. Basit et l’a limogé pour l’incident.

Lire aussi  Deux façons d'échapper au piège zéro Covid de la Chine

Maintenant, un tribunal du travail a statué que M. Basit avait été licencié à tort car il avait simplement plaisanté et que son comportement n’était pas constitutif d’une faute grave.

La juge du travail Liz Ord a déclaré: «L’élève a compris que les commentaires de M. Basit étaient une blague, mais aimait jouer le clown de la classe et a décidé de prendre ses paroles au pied de la lettre.

« Il ne s’agissait pas d’une faute grave de la part de M. Basit et sa plainte pour licenciement abusif est bien fondée. »

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick