« C’est reparti » : 2 ex-joueurs noirs veulent une action plus forte contre le racisme de la part de Hockey PEI

Deux hommes noirs qui ont joué au hockey à l’Île-du-Prince-Édouard veulent que l’organisation qui régit le hockey dans la province soit plus sérieuse dans la lutte contre le racisme sur la glace.

La semaine dernière, Mark Connors, un joueur de hockey U-18 d’Halifax, a déclaré qu’il avait été appelé le mot N à plusieurs reprises lors d’un récent tournoi sur l’île, et qu’on lui avait dit « c’est un sport d’homme blanc ».

Josh McKinnon de Brackley Beach, qui a joué pour les Summerside Western Capitals pendant environ quatre ans dans sa jeunesse, a déclaré qu’il était « frustrant » de voir ces incidents se produire encore en 2021, bien plus d’une décennie après ses débuts avec les Capitals.

“C’est écoeurant ce qu’il traverse, de revenir sur des choses que vous traversez vous-même”, a-t-il déclaré.

“Il n’y a pas de mot en anglais qui puisse blesser une personne de race blanche autant que le nom de Mark.”

McKinnon a déclaré que Hockey PEI ne traite pas suffisamment les cas de racisme. Il attribue cela à un manque d’éducation.

« En ce qui concerne le racisme, Hockey PEI semble laisser tomber la balle. Ils ont même dit dans un article pour CBC qu’il s’agissait d’un trou dans leur entraînement », a-t-il déclaré.

Josh McKinnon, à gauche, que l’on voit ici avec son épouse Jessica Saunders, a déclaré qu’il espère qu’il y aura moins de cas de racisme au hockey à l’Île-du-Prince-Édouard, mais il est pessimiste. (Soumis par Jessica Saunders)

“Trois semaines pour une enquête, c’est tout simplement trop long”, a-t-il déclaré. “Vous pouvez obtenir une suspension de cinq matchs pour avoir utilisé une insulte homophobe, dans la journée, avec très peu d’enquêtes [based on] juste ce que dit l’arbitre et ce que dit l’entraîneur ou l’autre joueur.”

McKinnon a déclaré que toutes les formes de discrimination doivent être combattues.

Pas un “sport d’homme blanc”

Selon la Ligue nationale de hockey, la première ligue de hockey professionnel organisée en Amérique du Nord était la Coloured Hockey League en 1895. Tous les joueurs étaient noirs et la ligue a duré jusqu’en 1930.

“Cela résume en quelque sorte les choses, car certaines personnes ne connaissent même pas l’histoire”, a déclaré McKinnon.

Il a dit que peu importe qui a inventé le hockey ou qui étaient les premiers joueurs. Au lieu de cela, a-t-il dit, c’est un “privilège” pour tout le monde de pratiquer ce sport de manière compétitive.

Un autre ancien joueur de hockey de l’Île-du-Prince-Édouard, Marco Thorne, s’est dit attristé – et non surpris – par le dernier incident de racisme.

“Beaucoup de gens sont incrédules. J’ai pensé en quelque sorte, c’est reparti”, a-t-il déclaré.

Thorne a déclaré qu’il était heureux de voir le soutien à Mark Connors via les médias sociaux et la réponse du premier ministre Dennis King. (Julien Lecacheur/Radio-Canada)

“Il y a deux côtés de l’expérience, n’est-ce pas ? Il y a le récepteur du racisme, et puis il y a des gens de l’extérieur qui disent :” c’est choquant “. Mais du côté du récepteur, ce n’est pas si choquant, car cela continue de se produire.”

Bien que rencontrer du racisme soit horrible, Thorne a déclaré qu’il y avait de l’espoir de savoir que d’autres personnes apportaient leur soutien.

Il n’y a pas de mot en anglais qui puisse blesser une personne de race blanche autant que ce que Mark s’appelait.– Josh McKinnon

« Comme moi, quand j’étais plus jeune, tu te rends compte qu’il y a des gens incroyables qui t’entourent aussi dans des moments difficiles comme celui-ci », a déclaré Thorne, qui a joué pour une équipe de hockey junior au Québec dans les années 1980.

Les parents étaient le problème

Thorne a déclaré qu’il avait été victime de racisme en jouant au Québec et s’est souvenu d’un incident survenu lors d’un tournoi.

“Avant le quatrième match, j’ai eu des appels téléphoniques, menacés par pas les enfants de l’autre [team], mais les parents de l’autre côté”, a-t-il déclaré.

“Ils ont dit des mots comme le mot N et” vous n’êtes pas à votre place ici “et tout ça.”

Mark Connors, un gardien de but des Hawks d’Halifax, dit qu’il a été la cible d’insultes racistes lors d’un tournoi de hockey disputé à l’Î.-P.-É. (Wayne Connors)

Thorne convient avec McKinnon que le hockey n’est le sport de personne. Appeler cela un “sport d’homme blanc” vient d’un lieu de haine, pas de faits.

“Quand quelqu’un dit que c’est un sport d’homme blanc, cela vient d’un endroit émotionnel, négatif et effrayant. Cela ne vient pas des faits”, a-t-il déclaré, ajoutant: “Mark Connors doit être un très bon gardien de but.”

Quant à McKinnon, il a déclaré que Hockey PEI devrait travailler avec les groupes BIPOC sur l’île pour avoir une formation de sensibilisation culturelle.

“Quand je dis, parlez de racisme, il ne s’agit pas seulement des Noirs et des Blancs. Il s’agit de toutes les minorités et de ce que certaines minorités doivent traverser chaque jour juste pour pouvoir faire les choses normales”, a déclaré McKinnon.

Vendredi, le ministère de l’Éducation et de l’Apprentissage continu de l’Î.-P.-É. a déclaré qu’il félicitait Hockey PEI pour son enquête dans une déclaration écrite.

“Il n’y a pas de place pour les comportements racistes dans le sport ou dans la société dans son ensemble”, a-t-il déclaré.

« Il est important de garantir des opportunités équitables et sûres à tous les niveaux du sport et dans tous les domaines de la vie. »

Pour plus d’histoires sur les expériences des Canadiens noirs – du racisme anti-noir aux histoires de réussite au sein de la communauté noire – consultez Être noir au Canada, un projet de CBC dont les Canadiens noirs peuvent être fiers.

(SRC)

Lire aussi  Le coup de circuit hilarant bâclé de John Sterling a été le point culminant des Yankees contre les Red Sox

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick