Choisir le gagnant du Northern Star Award aussi atroce que jamais

Nouveau nom, même défi. Même genre de questions.

Comment évaluer le fait de gagner une bague de la Coupe Stanley par rapport au fait de jouer un rôle clé dans la victoire de la Coupe Davis ?

Comment juger les exploits d’un nageur de 15 ans dans une année non olympique face au golfeur le plus victorieux de l’histoire du Canada?

Est-ce plus important d’être le troisième meilleur buteur de la NBA ou de remporter une médaille d’argent à la poutre aux championnats du monde ? Gagner une course de cross-country de 20 kilomètres pour les athlètes ayant une déficience visuelle ou terminer deuxième aux championnats du monde au lancer du marteau féminin?

Presque impossible de distinguer plusieurs de ces efforts les uns des autres, n’est-ce pas ?

Mais c’est ce que nous faisons chaque année lorsque nous sélectionnons l’athlète individuel canadien de l’année. Tous les meilleurs athlètes masculins et féminins de tous les sports et disciplines possibles vont dans un grand bac, et il en ressort un gagnant.

Parfois deux. En 2021, Alphonso Davies et Laurent Duvernay-Tardif se sont partagé l’honneur. L’an dernier, c’était le décathlonien médaillé d’or Damian Warner.

Il était alors connu sous le nom de Lou Marsh Award, comme c’était le cas depuis 1936. Depuis cette année, il s’agit du Northern Star Award.

Bien sûr, il faudra un peu de temps pour s’habituer au nouveau nom. Mais nous y arriverons. Après tout, les performances sportives historiques écrivent leurs propres récits dans les annales du sport canadien. Une rose sous un autre nom, pour ainsi dire.

Il y a trois ans, les réalisations de la star du tennis Bianca Andreescu, notamment sa victoire en simple à l’US Open, étaient si remarquables qu’elle a été une gagnante unanime. Mais c’était une occasion rare, et cette année encore, nous sommes confrontés à un groupe d’athlètes canadiens d’élite qui se distinguent à peine les uns des autres par leurs talents et leurs résultats remarquables.

Lire aussi  L'Inde jouera un test en Angleterre à l'été 2022

Dans une autre année, le défenseur de l’Avalanche du Colorado Cale Makar pourrait être un slam dunk. L’élégant arrière-garde était deuxième derrière Roman Josi de Nashville pour les points par un défenseur de la LNH avec 86 en 77 matchs de saison régulière. En séries éliminatoires, le joueur de 23 ans a amassé 29 autres points en 20 matchs alors que les Avs s’élançaient vers le championnat de la Coupe Stanley. Makar, après avoir remporté le trophée Norris en tant que meilleur défenseur de la saison, a remporté le trophée Conn Smythe en tant que joueur le plus utile en séries éliminatoires.

Ce sont des résultats à la Bobby Orr. Orr a remporté le titre d’athlète canadien de l’année en 1970, un an après le quart-arrière Russ Jackson des Rough Riders d’Ottawa et un an avant le légendaire pilote de courses attelées Herve Filion.

Que pourrait faire de plus Makar – il a encore 23 points lors de ses 21 premiers matchs cette saison – en un an pour remporter le Northern Star Award?

Excellente question. Mais ce n’est peut-être pas encore suffisant. N’oubliez pas que Connor McDavid n’a pas encore remporté ce prestigieux honneur.

Il y a toutes sortes de chiffres incroyables mis en place par les athlètes canadiens cette année dans une grande variété de sports. Shai Gilgeous-Alexander du Thunder d’Oklahoma City marque plus de 31 points par match cette saison, troisième de la NBA. C’est de l’air raréfié pour un baller canadien. La triple olympienne Ellie Black a testé des altitudes similaires en remportant la médaille d’argent à la poutre aux championnats du monde de gymnastique, ce qui n’est pas une étape sur laquelle les Canadiens dominent habituellement. Camryn Rogers, de Richmond, en Colombie-Britannique, est entrée dans l’histoire en remportant une médaille d’argent au lancer du marteau féminin aux championnats du monde.

Brian McKeever, quant à lui, a balayé ses trois épreuves individuelles aux Jeux paralympiques de Beijing 2022 pour les quatrièmes Jeux consécutifs, remportant l’or au 20 kilomètres classique, au sprint de 1,5 kilomètre et au 12,5 kilomètres nage libre.

Lire aussi  Tous les Jeux sont maintenant terminés, c'était la bonne chose à faire pour les laisser continuer

Que pourrait faire McKeever de plus pour être reconnu comme le premier paralympien depuis Chantal Petitclerc à être nommé meilleur athlète du Canada?

Une autre grande question, une question à laquelle plus de 30 journalistes sportifs et diffuseurs de tout le pays seront confrontés mercredi matin prochain avant l’annonce du gagnant du Northern Star Award en début d’après-midi.

La star du tennis Félix Auger-Aliassime, seulement 22 ans, est à l’avant-plan cette année après avoir mené le Canada à son tout premier titre de la Coupe Davis le week-end dernier. Auger-Aliassime a été parfait en simple, puis a remplacé son coéquipier entravé Denis Shapovalov pour remporter une demi-finale cruciale en double avec Vasek Pospisil. Le Montréalais a également remporté quatre tournois ATP cette saison, dont trois de suite.

La golfeuse Brooke Henderson a remporté deux tournois, dont l’un était son deuxième majeur. Comme Auger-Aliassime, elle est classée sixième au monde dans son sport et a remporté plus de tournois de golf professionnels que n’importe quel golfeur canadien de l’histoire, homme ou femme. Elle n’a que 25 ans.

Marie-Philip Poulin, qui s’avance à peu près chaque fois que l’équipe nationale canadienne de hockey féminin a besoin d’un gros but, l’a encore fait aux Jeux olympiques de Pékin avec la victoire contre les États-Unis dans le match pour la médaille d’or. Au cours d’une année de controverse pour Hockey Canada, Poulin est intervenue pour s’assurer que les préoccupations spécifiques des joueuses ne soient pas ignorées.

Et que dire de l’ascension fulgurante de Summer McIntosh ? À l’âge de 15 ans, elle est devenue la prochaine grande étoile de la natation du Canada en remportant l’or au 200 mètres papillon et au 400 mètres quatre nages aux championnats du monde aquatiques de 2022 à Budapest, puis a fait de même aux Jeux du Commonwealth à Birmingham, en Angleterre. Ce n’est peut-être que le début pour le natif d’Etobicoke, mais combien d’athlètes canadiens ont accompli davantage en 2022?

Lire aussi  Rencontrez Rufus, le faucon qui éloigne les pigeons de Wimbledon

Aaron Brown. Steven Dubois. Sarah Infirmière. Max Perroquet. Jordan Romano. Nathan Rourke. Isabelle Weidemann. Andrew Wiggins. La liste s’allonge encore et encore.

Le nom du trophée a peut-être changé pour 2022. Mais le prestige qui revient au gagnant reste le même, et le processus de sélection d’un seul gagnant comme athlète canadien de l’année reste toujours aussi atroce.

REJOINDRE LA CONVERSATION

Les conversations sont des opinions de nos lecteurs et sont soumises à la Code de conduite. Le Star ne partage pas ces opinions.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick