La victoire du Canada en Coupe Davis a couronné une année de tennis passionnante

Ceci est un extrait de The Buzzer, qui est le bulletin électronique quotidien de CBC Sports. Restez au courant de ce qui se passe dans le sport en vous abonnant ici.

La victoire du Canada sur l’Australie dimanche pour remporter son premier titre de la Coupe Davis a ponctué une autre grande année pour le tennis canadien. Bien que le pays soit toujours à la recherche de son premier champion du Grand Chelem en simple depuis la victoire historique de Bianca Andreescu à l’US Open 2019, le Canada a continué à s’affirmer comme une nation montante du tennis en 2022. Voici quelques-uns des points à retenir :

Félix Auger-Aliassime a percé.

Une façon plus précise de dire que ce fut une grande année pour le tennis canadien serait de dire que ce fut une grande année pour Felix. Le jeune Québécois, qui a eu 22 ans au cours de l’été, est entré dans la saison en tant que talent prometteur qui avait fait quelques belles courses de Chelem en 2021 mais ne semblait pas pouvoir gagner le gros. Il avait une fiche de 0-8 en finale du tournoi en simple.

Cela a changé rapidement car Auger-Aliassime a remporté un tournoi assez compétitif à Rotterdam en février en battant alors le n ° 7 Andrey Rublev en demi-finale et le n ° 4 Stefanos Tsitsipas en finale pour son premier titre sur le circuit ATP. Felix a failli en faire deux de suite la semaine suivante, s’inclinant face à Rublev en finale à Marseille, en France, avant de remporter trois incroyables tournois consécutifs en Europe en octobre. La concurrence lors des deux premiers était faible (Felix n’a affronté personne classé dans le top 25) mais il a fait taire les sceptiques la semaine suivante en Suisse en bouleversant le n ° 1 mondial Carlos Alcaraz en route vers son quatrième titre de l’année.

Lire aussi  Jack Draper et Dan Evans sur la trajectoire de collision à Montréal après avoir atteint les quarts de finale | Tennis

La séquence s’est finalement terminée la semaine suivante lors d’un événement de niveau Master plus difficile à Paris, mais l’apparition en demi-finale d’Auger-Aliassime a suffi à le qualifier pour la première fois pour les finales ATP de fin de saison. Bien qu’il n’ait pas réussi à sortir de la phase de groupes lors de l’événement lucratif en Italie, qui est réservé aux huit meilleurs joueurs, Auger-Aliassime a battu Rafael Nadal, 22 fois champion du Grand Chelem, et a empoché au nord de 700 000 $ US pour porter ses gains de 2022 au-dessus. 4 millions de dollars et terminer la saison individuelle au sixième rang en carrière.

En plus de ses succès en solo, Auger-Aliassime a été la vedette de la Coupe Davis du Canada. Sa surprise face à Alcaraz en phase de groupes (Felix a maintenant une fiche de 3-0 contre le phénomène espagnol) a été cruciale pour la progression du Canada, et Auger-Aliassime a été encore meilleur lors des huitièmes de finale. Il a fauché ses trois adversaires en simple sans perdre un set et a également fait équipe avec Vasek Pospisil pour remporter le match décisif en double lors de la victoire du Canada en demi-finale contre l’Italie.

La victoire en Coupe Davis était en fait le deuxième trophée international par équipe pour Auger-Aliassime cette année. Début janvier, lui et Denis Shapovalov ont remporté des victoires en simple pour vaincre l’Espagne (sans Alcaraz) en finale de l’éphémère Coupe ATP.

Shapovalov a connu une année moyenne, se classant 18e après avoir commencé au 14e rang. À un moment donné, il a perdu six matchs consécutifs, mais il a rebondi pour atteindre quelques finales à l’automne et a remporté une victoire en simple pour le Canada dans le Match de championnat de Coupe Davis contre l’Australie.

Il y a aussi une bonne profondeur du côté des femmes.

Lire aussi  Pourquoi Chris Durkin est revenu à DC United

Leylah Fernandez n’a pas vraiment construit sur sa percée en 2021, qui a comporté une course surprenante vers la finale de l’US Open. Mais le joueur de 20 ans a tout de même atteint les quarts de finale à Roland-Garros, a remporté l’Open de Monterrey au Mexique pour la deuxième année consécutive et a atteint un sommet en carrière au 13e rang du classement en août avant de terminer l’année 40e. Une blessure au pied subie lors de sa défaite à Roland-Garros a fait manquer Wimbledon à Fernandez et elle n’a pas fait grand-chose après son retour, perdant plus de matchs qu’elle n’en a gagnés pendant le reste de la saison.

Andreescu a terminé l’année au 45e rang – presque exactement là où elle avait commencé. Mais c’était un pas en avant par rapport à une horrible année 2021 marquée par des infections au COVID-19 et des problèmes de santé mentale qui l’ont amenée à faire une pause dans le tennis. Elle n’a concouru cette année qu’en avril, ce qui a fait chuter son classement mondial à la 121e place, bien loin de la 4e place qu’elle a atteinte en 2019 lorsqu’elle a remporté Indian Wells, la Coupe Rogers à Toronto et l’US Open.

Avec Fernandez, Andreescu et l’as du double Gaby Dabrowski (septième après avoir remporté trois titres cette saison avec des coéquipiers non canadiens), le Canada a une formation qui peut rivaliser dans les compétitions internationales par équipe. Ces trois-là ont battu l’Italie lors de la phase de groupes de la finale de la Coupe Billie Jean King à 12 équipes ce mois-ci avant d’être éliminés par une défaite face à l’éventuel champion Suisse.

Lire aussi  Jeff Saturday des Colts transfère la propriété du football Fantasy à une ancienne star de la NFL

Et après:

Au sommet de la liste de souhaits des joueurs de tennis canadiens en 2023 se trouvent de meilleures performances dans les tournois du Grand Chelem. Les victoires dans les événements de niveau intermédiaire et même la Coupe Davis sont excellentes, mais les joueurs sont finalement jugés sur leurs performances dans les quatre grands tournois. Les Canadiens n’y ont pas bien réussi cette année, personne n’ayant dépassé les quarts de finale (Auger-Aliassime, Shapovalov, Fernandez et Dabrowski ont chacun atteint ce stade une fois).

Après un mois d’arrêt, la quête du succès majeur reprend début janvier avec des événements de mise au point pour l’Open d’Australie. Le premier Grand Chelem de 2023 commence le 16 janvier à Melbourne. Pour en savoir plus sur la victoire « décisive » du Canada en Coupe Davis, cliquez ici.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick