L’approche de l’hiver fait tic-tac pour l’Ukraine et la Russie – Winnipeg Free Press

KYIV, Ukraine (AP) – L’arrivée du temps automnal, avec des pluies rendant les champs trop boueux pour les chars, commence à obscurcir les efforts de l’Ukraine pour reprendre davantage de territoires sous contrôle russe avant que l’hiver ne gèle les champs de bataille, a déclaré dimanche un groupe de réflexion basé à Washington. .

La Russie, quant à elle, a poursuivi son appel de centaines de milliers d’hommes à jeter dans la guerre de sept mois, cherchant à annuler ses récentes pertes. Il a également déployé des drones suicides dimanche contre la ville portuaire ukrainienne d’Odessa, ont indiqué les autorités ukrainiennes. Aucune victime n’a été signalée dans l’immédiat.

La mobilisation russe – sa première convocation depuis la Seconde Guerre mondiale – suscite des manifestations dans les villes russes, avec de nouvelles manifestations dimanche.

Deux hommes posent pour une photo devant un cortège organisé pour soutenir le vote lors d’un référendum à Lougansk, dans l’est de l’Ukraine, le vendredi 23 septembre 2022. Le vote a commencé vendredi dans quatre régions ukrainiennes tenues par Moscou sur les référendums pour faire partie de la Russie. (AP Photo)

Cela ouvre également des divisions en Europe sur la question de savoir si les hommes russes en âge de combattre qui fuient en masse doivent être accueillis ou refoulés.

Pour les planificateurs militaires ukrainiens et russes, le temps presse, l’approche de l’hiver devant rendre les combats plus compliqués. Déjà, le temps pluvieux apporte des conditions boueuses qui commencent à limiter la mobilité des chars et autres armes lourdes, selon l’Institut pour l’étude de la guerre.

Mais le groupe de réflexion a déclaré que les forces ukrainiennes gagnaient toujours du terrain dans leur contre-offensive, lancée fin août, qui a spectaculairement fait reculer l’occupation russe dans de vastes zones du nord-est et qui a également incité le président russe Vladimir Poutine à demander des renforts.

Lire aussi  Frank Lampard détaille la réaction immédiate dans le vestiaire d'Everton après la déroute de Tottenham

La mobilisation partielle a déclenché un exode d’hommes cherchant à éviter le projet – et de fortes divergences d’opinion en Europe sur la manière de les gérer.

La Lituanie, un pays membre de l’Union européenne qui borde Kaliningrad, une enclave russe de la mer Baltique, a déclaré qu’elle ne leur accorderait pas l’asile. « Les Russes doivent rester et se battre. Contre Poutine », a tweeté le ministre des Affaires étrangères Gabrielius Landsbergis.

Son homologue letton, également membre de l’UE et voisin de la Russie, a déclaré que l’exode pose des «risques de sécurité considérables» pour le bloc des 27 nations et que ceux qui fuient ne peuvent être considérés comme des objecteurs de conscience contre l’invasion.

Beaucoup “étaient d’accord pour tuer des Ukrainiens, ils n’ont pas protesté à ce moment-là”, a tweeté le ministre letton des Affaires étrangères, Edgars Rinkevics. Il a ajouté qu’ils avaient “beaucoup de pays en dehors de l’UE où aller”.

Cependant, des responsables d’autres pays de l’UE affirment que l’Europe a le devoir d’aider et craignent que le refus des Russes ne fasse le jeu de Poutine, alimentant son récit selon lequel l’Occident a toujours détesté les Russes et que la guerre est menée pour protéger leur pays contre Hostilité occidentale.

“Fermer nos frontières ne correspondrait ni à nos valeurs ni à nos intérêts”, a déclaré un groupe de 40 sénateurs français dans un communiqué. Ils ont exhorté l’UE à accorder le statut de réfugié aux Russes fuyant la mobilisation et ont déclaré que les renvoyer serait “une erreur de l’Europe dans la guerre de communication et d’influence qui se joue”.

Lire aussi  Médecin du CSS – Winnipeg Free Press

La mobilisation va également de pair avec des votes orchestrés par le Kremlin dans quatre régions occupées d’Ukraine qui pourraient ouvrir la voie à leur annexion imminente par la Russie.

L’Ukraine et ses alliés occidentaux affirment que les référendums à Kherson et Zaporizhzhia dans le sud et dans les régions orientales de Lougansk et de Donetsk n’ont aucune valeur légale. Les votes devraient se terminer mardi mais sont rejetés en Ukraine et en Occident comme une imposture, avec des images montrant des troupes russes armées faisant du porte-à-porte pour faire pression sur les Ukrainiens pour qu’ils votent.

Le ministère ukrainien de la Réintégration a déclaré que la Russie avait fait venir des personnes de Biélorussie, du Brésil, d’Égypte, d’Afrique du Sud, de Syrie, du Togo, d’Uruguay et du Venezuela pour agir en tant qu’observateurs extérieurs supposés. Le ministère a prévenu qu’ils “seront punis”, sans préciser comment.

Dans les villes de Russie, la police a arrêté des centaines de manifestants contre l’ordre de mobilisation. Des femmes opposées à l’appel ont manifesté dimanche dans la ville sibérienne de Iakoutsk. Des vidéos partagées par les médias locaux montraient une foule de quelques centaines de personnes, principalement des femmes, se tenant la main et marchant en cercle autour d’un groupe de policiers. Plus tard, la police a traîné certains d’entre eux ou les a forcés à monter dans des fourgons de police. Le site d’information SakhaDay a déclaré que les femmes scandaient des slogans et des chansons pacifistes.

Au moins 2 000 personnes ont été arrêtées ces derniers jours pour des manifestations similaires à travers le pays. Beaucoup de ceux qui ont été emmenés ont immédiatement reçu des convocations.

Lire aussi  L'influence de Lorie Kane marque le présent et l'avenir du golf canadien

D’autres Russes se présentent au travail. Poutine et le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, ont déclaré que l’ordonnance s’applique aux réservistes qui ont récemment servi ou qui ont des compétences particulières, mais presque tous les hommes sont considérés comme des réservistes jusqu’à 65 ans et le décret de Poutine a laissé la porte ouverte à une convocation plus large.

Le Kremlin a déclaré que son objectif initial était d’ajouter environ 300 000 soldats à ses forces en Ukraine, aux prises avec des pertes d’équipement, une augmentation des pertes et un affaiblissement du moral. La mobilisation marque un changement radical par rapport aux efforts précédents de Poutine pour présenter la guerre comme une opération militaire limitée qui n’interférerait pas avec la vie de la plupart des Russes.

L’appel s’accompagne de sanctions plus sévères pour les soldats russes qui désobéissent aux ordres des officiers, désertent ou se rendent à l’ennemi. Poutine a signé ces mesures dans la loi samedi.

Le gouvernement ukrainien a cessé d’autoriser la plupart des hommes âgés de 18 à 60 ans à quitter le pays immédiatement après l’invasion russe du 24 février en vertu d’un ordre de mobilisation générale destiné à constituer une armée d’un million d’hommes.

___

Suivez la couverture de la guerre par l’AP sur https://apnews.com/hub/russia-ukraine

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick