Les bombardiers et les joueurs de la LCF frappent la ligne de piquetage



Après tout ce que la LCF a vécu ces dernières années, la dernière chose dont elle a besoin est un arrêt de travail.

Mais c’est exactement ce que la ligue a entre les mains puisque les joueurs se sont officiellement mis en grève pour la première fois depuis 1974.

Le camp d’entraînement devait s’ouvrir dans toute la ligue dimanche, mais au lieu de cela, sept des neuf clubs, dont les Blue Bombers de Winnipeg, ont annulé l’entraînement. Les seules équipes qui ne l’ont pas fait sont les Elks d’Edmonton et les Stampeders de Calgary en raison des lois du travail de l’Alberta, mais on s’attend à ce qu’ils surmontent cet obstacle et s’assoient comme tout le monde dans les prochains jours.

Après avoir rejeté la dernière proposition de l’ABC de la LCF samedi, la CFLPA a demandé aux joueurs de ne pas se présenter au camp. L’ancien CBA a expiré dimanche et malgré 16 heures de réunions vendredi, les deux parties n’ont pas réussi à s’entendre sur un nouvel accord.

« Une grève des joueurs dans la LCF? Dieu, j’ai mal au ventre. Honte aux deux camps d’avoir laissé les choses en arriver là », a écrit l’ancien porte-voix légendaire des Blue Bombers, Bob Irving, sur Twitter.

Les Blue and Gold devaient frapper le terrain de gazon synthétique de l’Université du Manitoba à 9 h. Un grand groupe de joueurs a fini par se présenter quelques heures plus tard pour s’entraîner sans entraîneur et plusieurs d’entre eux portaient des chandails de l’ACPLF. Les Bombers, dont le représentant de la CFLPA est le secondeur Adam Bighill, prévoient de faire bientôt du piquetage à IG Field et ils encouragent les partisans à se joindre à eux.

Lire aussi  Vous pariez que la course est de retour dans les Downs

À première vue, l’offre récente de la LCF ne semble pas à moitié mauvaise, mais les joueurs disent qu’elle est loin d’être aussi bonne qu’elle en a l’air. L’un des principaux points de friction est que l’Autorité palestinienne estime que le modèle de partage des revenus proposé manque de transparence. Les joueurs ont demandé des auditeurs pour valider les revenus, mais la LCF n’a pas accepté. Un autre problème qu’ils ont est les 12 entraînements rembourrés que la ligue demande car les joueurs ont des problèmes de santé et de sécurité à ce sujet. La CFL a proposé un accord de sept ans, mais l’AP ne veut rien de plus que cinq ans avec plus de flexibilité.

La LCF et le commissaire Randy Ambrosie ont partagé samedi leur dernière offre sur les réseaux sociaux, qui n’a pas été bien accueillie par les joueurs car ils pensent que cela a été fait pour influencer l’opinion publique et qu’elle ne décrit pas fidèlement toute la situation. Avant d’entrer dans tous les détails de l’offre, Ambrosie a commencé par cette lettre :

Chers joueurs de la LCF :

Ce document résume l’offre de la LCF qui a été présentée au syndicat aujourd’hui, pour votre considération.

Il est conçu pour établir un véritable partenariat avec vous, nos joueurs talentueux, travailleurs et soucieux de la communauté de la LCF.

Cela augmente la rémunération totale des joueurs de plus de 24 millions de dollars sur la durée de l’accord – plus une opportunité de partager les augmentations de revenus alors que nous travaillons ensemble avec succès pour développer la ligue.

Il protège les emplois des joueurs canadiens, le fondement de la LCF.

Il offre des contrats partiellement garantis, pour la première fois dans l’histoire de notre ligue.

Il reconnaît la contribution des vétérans américains, avec une nouvelle opportunité de prolonger leur carrière avec leur équipe, sans restreindre de quelque manière que ce soit le libre arbitre.

Il comprend deux augmentations du salaire minimum de la ligue.

Il offre certitude et stabilité, avec une durée de 7 ans.

Un autre point de discorde dans l’offre est l’idée que les équipes pourraient choisir un joueur américain (non quart-arrière) avec quatre ans ou plus dans la LCF ou un qui a joué avec la même équipe pendant au moins trois ans et les compter comme un nationalisé. Américain. Ce vétéran américain compterait comme un national sur la liste et serait regroupé avec les 20-21 Canadiens de chaque équipe qui comptent également comme des nationaux. Pour résumer, cela signifie que les équipes pourraient utiliser un Américain avec trois ans ou plus d’expérience dans la LCF comme l’un de leurs sept partants nationaux.

« Nationaliser un joueur américain permanent est une bonne idée, mais pas au détriment d’un partant canadien », a déclaré l’ancien joueur de ligne défensive des Bombers Doug Brown sur Twitter. « Donc, faites-en huit championnats nationaux par équipe, au lieu de réduire un autre » fondement « de la LCF. À part cela, je serais en faveur de cette entente. »

Il n’est actuellement pas prévu que les deux parties reprennent les pourparlers.

Pour que le calendrier 2022 se déroule comme prévu, ils devront trouver une nouvelle CBA dès que les Bombers devraient ouvrir la pré-saison le 23 mai au Mosaic Stadium contre les Roughriders de la Saskatchewan. Les Bombers doivent affronter le Rouge et Noir d’Ottawa lors de la semaine 1 à domicile le 10 juin.

[email protected]

Gazouillement : @TaylorAllen31

Taylor Allen

Taylor Allen
Journaliste

Âgé de dix-huit ans et toujours au lycée, Taylor a fait ses débuts avec la Free Press le 1er juin 2011. Eh bien, en quelque sorte.

Lire aussi  7 pirates présumés arrêtés dans le cadre de la répression mondiale des ransomwares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick