Les Jets réécrivent l’histoire des séries éliminatoires contre les Oilers avec un balayage de la série au premier tour

WINNIPEG – Le décor était planté et les accessoires sortaient en force – même s’ils n’avaient pas été introduits dans le bâtiment.

Bien que les supporters ne soient pas autorisés au Canada pendant la pandémie, un défilé de véhicules a tourné autour de la place BellMTS quelques heures avant le largage de la rondelle, avec de nombreux fans agitant des balais par les fenêtres alors que les klaxons klaxonnaient sauvagement.

Avec une autre victoire, les Jets de Winnipeg auraient l’occasion de célébrer quelque chose qui ne s’était pas produit depuis la dernière saison de l’Association mondiale de hockey.

Oui, l’histoire est un peu compliquée en ce qui concerne la version 2.0 des Jets, mais de nombreux fans du Manitoba amical n’ont pas oublié la domination de ces équipes dynastiques des Oilers des années 80 et 90.

Et bien qu’il s’agisse officiellement de la première rencontre entre les rivaux de la division Smythe, les gens d’un certain cru autour de ces parties ont encore du tissu cicatriciel émotionnel à trier.

La version 1.0 des Jets a laissé tomber six séries éliminatoires consécutives aux Oilers, y compris celle de 1990 – celle considérée comme le plus grand chagrin.

Dave Ellett a marqué en double prolongation pour donner une avance de 3-1 aux Jets dans la série cette année-là et c’était censé être une chance de réécrire l’histoire.

Au lieu de cela, les Oilers ont surmonté un déficit de 3-1 dans le cinquième match et ont remporté les trois derniers matchs de la série, laissant les Jets et leurs fans ressentir une autre dose d’agonie.

Après que les Jets aient pris une avance de 3-0 dans la série en remportant des victoires consécutives en prolongation aux Jeux 2 et 3, l’énergie refoulée était palpable.

Les Jets seraient-ils en mesure de clôturer la série après s’être ralliés à un déficit de 4-1 dans la troisième période du match 4 pour gagner 5-4 en prolongation?

La réponse a été un oui retentissant, bien que les Oilers ne se soient pas déroulés tranquillement car six périodes étaient nécessaires avant qu’un gagnant ne soit déclaré.

Mais après que Neal Pionk a forcé le capitaine des Oilers Connor McDavid à retourner la rondelle, Kyle Connor est entré seul et a battu Mike Smith d’un tir du poignet à 6:52 de triple prolongation pour assurer une victoire 4-3 et un balayage de la série 4-0. quel a été le jeu le plus long de l’histoire de la franchise.

Parlez d’une tournure improbable des événements pour une équipe des Jets qui avait perdu sept des neuf matchs contre les Oilers en saison régulière, y compris les six dernières rencontres.

Les Jets ont apparemment touché le fond dans une défaite de 6-1 contre les Oilers qui comportait cinq buts alloués dans la course.

Cette défaite unilatérale a aidé les Jets à prendre un engagement renouvelé à défendre et à ne pas nourrir le jeu de transition de l’adversaire.

Lire aussi  Les Rattlers ont fait preuve d'un solide équilibre offensif, infligeant aux Stingers une troisième défaite consécutive

Bien que cela ne se soit pas immédiatement traduit par des résultats, les Jets n’ont pas laissé une séquence de sept matchs défaites sombrer dans leur saison.

Ni l’un ni l’autre n’a perdu neuf des 12 derniers matchs de la saison régulière.

Au lieu de se plier et de subir une troisième sortie précoce consécutive, les Jets ont utilisé l’étirement difficile pour enhardir leur croyance en ce que le groupe pourrait accomplir s’ils s’en tenaient à leur structure.

Lorsque les joueurs parlent de ne pas vouloir donner de vie à un adversaire après avoir pris un avantage de 3-0 dans la série, Wheeler parle avec une expérience de première main en tant que membre de l’équipe des Bruins de Boston 2010 qui a fini par perdre au match 7 contre les Flyers de Philadelphie dans le Finale de la Conférence Est.

«C’était juste une journée folle parce que vous saviez ce qui était en jeu ce soir. Écoutez, j’ai été du mauvais côté de la hausse 3-0 et de tout perdre, donc pour moi, c’était un peu comme, vous ne voulez tout simplement pas perdre », a déclaré Wheeler, qui a terminé avec deux buts et cinq points dans la série. «Vous ne voulez pas manquer cette occasion de fermer une équipe, en particulier une équipe qui est capable de revenir, remportant quatre matchs de suite avec Edmonton. Je veux dire, une marge mince comme un rasoir.

«Ils auraient facilement pu gagner chacun de ces matchs. Donc, pour répondre à votre question, je pense qu’une fois que nous sommes entrés dans la deuxième prolongation, c’était presque presque robotique. Personne ne voulait se tromper et tout le monde était épuisé. Nous avons joué un match de prolongation hier. Nous avons disputé quatre matchs éliminatoires de la Coupe Stanley en six jours. Ce n’est pas souvent que vous voyez une échappée en triple prolongation pour le résoudre, mais, dites-vous quoi, nous avons eu le bon gars sur l’échappée. Nous sommes assez gazés, mais nous sommes gonflés dans notre chambre.

Lorsque le jeu de puissance des Jets a marqué le premier but de Mark Scheifele en séries éliminatoires après une brillante passe croisée, l’équipe locale était en marche.

McDavid n’était pas prêt à voir son équipe aller tranquillement dans la nuit et son enveloppement a donné de l’espoir à son équipe.

Alors que les Jets ont restauré un coussin d’un but sur une redirection astucieuse de Mason Appleton à la fin de la première période, ce sont les Oilers qui ont répondu avec un but de Ryan Nugent-Hopkins et un marqueur en avantage numérique d’Alex Chiasson dans la seconde.

La discipline était un problème pour les Jets, qui ont pris quatre pénalités mineures consécutives après que les Oilers aient pris les trois premières.

Juste au moment où il semblait que les Oilers pourraient construire un coussin de deux buts, les Jets ont réussi à tuer le mineur de Josh Morrissey et Scheifele a marqué son deuxième du match après un chiffre d’affaires coûteux d’Ethan Bear.

Lire aussi  Le boycottage diplomatique des Jeux favorisé

Wheeler a récolté deux passes et a continué son excellent jeu, mais a quitté le match à la fin de la troisième période après avoir bloqué un tir dans une zone sensible sous la ceinture de Kris Russell.

Wheeler, qui est connu pour avoir une tolérance à la douleur et qui a joué avec des côtes fissurées plus tôt cette saison, est sorti du tunnel pour faire des prolongations et a terminé le match.

«Il a fait toutes les séries», a déclaré Connor. «C’était un énorme bloc. M’a viré. C’est évidemment difficile de voir un mec tomber comme ça. Mais cela fait partie du travail. Et nous avons toute une gamme de gars qui achètent. Ce sont les séries éliminatoires. C’est un guerrier, et il revient tout de suite à ça.

Wheeler ne recherchait aucune sympathie lorsqu’on lui a posé des questions sur la pièce en question.

«Je suis sûr que tout le monde sur cet appel a eu des expériences comme ça ou quelque chose de similaire, pas nécessairement une gifle», a déclaré Wheeler. «Je veux dire, tout le monde dans notre équipe a fait ça tout au long de la série, tout au long du match. Nous avons mis l’accent sur le tir à la pointe, et Matty Perreault a bloqué deux tirs. Alors qu’alors, il a établi la norme selon laquelle chaque gars allait mettre son corps devant la rondelle. Et dans la troisième période d’un match serré, vous mettrez n’importe quoi devant. “

La première ligne réunie des Jets de Scheifele entre Wheeler et Connor a relevé le défi d’affronter McDavid et ils ont fait un travail solide tout en partageant la responsabilité avec la ligne d’Adam Lowry.

Dans le match de clôture, Scheifele a marqué deux fois et Connor l’a clôturé, Wheeler ajoutant une paire de passes décisives comme un point d’exclamation.

Il ne s’agissait pas seulement d’enregistrer les points, mais de l’effort dans les trois zones, ce qui était en partie la raison pour laquelle McDavid et Leon Draisaitl se sont déroulés sans point lors des deux premiers matchs.

«Nous attendons beaucoup de nous-mêmes, surtout avec les gars qu’ils ont de l’autre côté», a déclaré Scheifele. «Avec Connor et Leon, vous devez l’apporter tous les soirs ou ils vous feront payer.

“Le plus grand joueur qui nous a gardés là-bas était ce gars à côté de moi.”

Ce gars à côté de Scheifele lors de l’appel Zoom était le gardien des Jets Connor Hellebuyck, qui est entré dans cette série en tant qu’homme en mission, déterminé à offrir une performance pour les âges.

Hellebuyck a stoppé 70 des 71 tirs qu’il a affrontés au cours des deux matchs sur la route, puis est revenu à la maison pour enregistrer 44 arrêts dans le troisième match et 37 autres dans le quatrième match.

Lire aussi  Shailene Woodley sur son engagement avec Aaron Rodgers

Le niveau de vainqueur du trophée Vezina est de retour et c’est l’une des raisons pour lesquelles personne ne considérera les Jets comme une sortie facile alors que les éliminatoires se poursuivent.

Naturellement, Hellebuyck faisait des compliments à ses coéquipiers au lieu de se prélasser dans la gloire.

«J’ai l’impression de dire cela toute l’année, que cette équipe et ces gars-là peuvent tout faire», a déclaré Hellebuyck. «Si nous devons arrêter un match, nous fermons un match. Si nous devons marquer, nous marquons. Si nous devons revenir avec 10 minutes restantes dans le troisième, nous le faisons.

«Le simple fait d’être derrière ces gars-là, ça a été un plaisir et c’est amusant à regarder.»

L’un des plus grands avantages pour les Jets est qu’après avoir dû jouer cinq périodes de prolongation, ils auront maintenant l’occasion de récupérer avant le début du prochain tour.

«Cela ne ressemblait certainement pas à un balayage, c’est sûr», a déclaré Scheifele. «Nous avons meulé à chaque match, il n’y avait pas de glace facile là-bas. C’était une bataille à chaque match, à chaque quart de travail. »

Les Jets adoreraient participer à une course qui rappelle la course de 2018 jusqu’à la finale de la Conférence occidentale, mais ils savent que ce n’est rien de plus que la première étape.

Une nécessité, mais loin du but ultime.

«Il faut être très prudent pour commencer à mettre en contexte après le premier tour des séries éliminatoires», a déclaré Wheeler. «C’est certainement ce que j’imaginais, ce que Kyle (Connor) envisageait, je pourrais passer par un vestiaire rempli de gars qui se sont engagés dans cette équipe et cette ville. Parce que nous nous sommes engagés l’un envers l’autre, non? Et avec l’idée que nous pensions pouvoir gagner.

«Ce n’est donc qu’une étape dans cette progression. Nous avons acquis une certaine expérience au cours des dernières années. Nous avons eu du succès, du chagrin à cette période de l’année. Et nous essayons de tirer parti de ces expériences. Plus que tout, je pense qu’il y a une certaine maturité que nous avons accumulée. Je peux passer en revue les gars qui sont ici depuis un moment. Ce ne sont plus des enfants. Ils entrent dans les premiers rangs de leur carrière et ce sont les gars qui se sont engagés à long terme et nous donnent une chance de gagner. C’est tout ce que vous pouvez demander. Demandez une chance.

Une élimination au premier tour des Oilers n’effacera pas les cauchemars des Jets 1.0, mais un balayage au premier tour d’une équipe qui comprend deux des meilleurs joueurs de la LNH aidera certainement à atténuer une partie de la douleur.

Related News

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick