Les Oilers ne transpirent pas contre les Canucks avec leurs objectifs fixés sur les séries éliminatoires

EDMONTON – Il fut un temps où les jumeaux Sedin étaient le vélo et les Oilers d’Edmonton étaient la piste.

Lorsque les Canucks de Vancouver avaient besoin d’un but, Henrik et Daniel ont simplement sauté par-dessus les planches et en ont fourni un. Aussi simple que d’assembler une bibliothèque Billy.

Soit Danny en a passé un devant un gardien de but sans visage des Oilers, soit Henrik en a fait sauter un sur le pantalon d’Alex Burrows.

Quoi qu’il en soit, les deux points étaient un article «à la demande» pour Vancouver pendant les années où ils étaient une centrale électrique de la Conférence de l’Ouest, tandis que les Oilers étaient au milieu de leur reconstruction de plusieurs décennies.

Eh bien, le patin n’est-il pas de l’autre côté maintenant?

Les Oilers sont entrés à Vancouver et ont remporté deux victoires consécutives cette semaine, tout en reposant quelques habitués et en jetant quelques minutes à des joueurs de l’équipe de taxis pour se débarrasser de la rouille avec les séries éliminatoires au coin de la rue. Il n’y avait pas une minute dans l’un ou l’autre match où il semblait que les Oilers ne gagneraient pas.

Pas même un quart de travail.

Les Oilers ont pris du retard 1-0 à peine 34 secondes après le match de mardi et n’ont pas sué une perle. Tout ce déficit précoce signifiait qu’ils avaient 59 minutes pour l’effacer, et que les Oilers l’ont fait lors d’une belle victoire 4-1.

Et vraiment, tout ce dont ils voulaient parler par la suite, c’était la cerise sur le gâteau de la saison régulière du hockey – les séries éliminatoires, qui ne peuvent pas commencer assez tôt pour le gardien Mike Smith.

«C’est tout. C’est pourquoi nous jouons », a déclaré Smith, après une performance clinique de 28 arrêts qui a porté son pourcentage d’arrêts à 0,925 et abaissé sa moyenne de buts alloués à 2,25. «Le dernier quart de la saison s’est déroulé si lentement. C’est agréable de voir la fin en vue et de jouer du bon hockey dans le moment le plus important.

Oh mec. Sont-ils jamais.

Edmonton a remporté cinq victoires consécutives sur la route, neuf de ses 12 derniers, et joue au hockey .710 depuis son début de saison 3-6. Maintenant, les Oilers ont le luxe de consacrer du temps à l’équipe de taxis – Evan Bouchard et William Lagesson – une paire de jeunes qui ont remplacé Ethan Bear et Caleb Jones mardi.

«Vous travaillez très fort en dehors de la glace. Revenir enfin dans un match était un bon sentiment », a déclaré Bouchard, qui a simulé une gifle, a mis un pied de côté sur un défenseur et a réussi un tir du poignet pour son troisième but en carrière dans la LNH.

«Cela fait partie de faire passer les tirs au filet. Cela ne doit pas toujours être une claque. Quand vous pouvez lancer une dispute avec les gars devant, je voulais juste donner aux gars une chance d’obtenir un rebond. Heureusement, il est entré.

Bouchard est le quatrième défenseur du côté droit de l’entraîneur-chef Dave Tippett, derrière Tyson Barrie, Adam Larsson et Bear. Il a traîné dans l’équipe de taxi toute la saison en attendant une blessure qui n’est pas venue, mais Tippett sait qu’un joueur comme Bouchard peut être un acteur majeur une fois que les séries éliminatoires commencent.

«Vous allez avoir besoin de beaucoup de corps», a prédit Tippett. «Les séries éliminatoires, frappez au bois, vous ne savez jamais quand les blessures surviennent, et le mélange différent de vos alignements que vous rechercherez. Nous essayons donc que tout le monde reste engagé.

« Je donne beaucoup de crédit aux gars de l’équipe de taxi. Ils travaillent. Parfois, ils ne jouent pas pendant un certain temps, mais ils restent prêts. Vous avez vu ça ce soir avec un gars comme Bouch qui saute et joue un jeu vraiment solide.

«Nous allons avoir besoin de beaucoup de corps», a-t-il répété. «On ne peut jamais avoir assez de profondeur, surtout en défense.»

Entre les présentations de Bouchard et Lagesson et les auditions continues du jeune Ryan McLeod et la trépidante deuxième ligne de Ryan Nugent-Hopkins entre Kailer Yamamoto et Dominik Kahun, la routine s’est produite à Edmonton.

Connor McDavid a marqué deux buts de Leon Draisaitl, pour porter le total de points du premier à 93 avec cinq matchs à jouer.

Draisaitl, qui a marqué deux fois en deuxième période, a été interrogé principalement sur McDavid après le match, un sujet dont il est heureux de discuter. Même quand c’est lui qui marque les buts.

«Ça va,» il haussa les épaules. «J’avais mon éclat en été. C’est parfait. »

Draisaitl a dit SportsnetDan Murphy entre les périodes qui, même si McDavid n’a pas été trop bavard sur sa course à 100 points, c’est devenu le but de ses coéquipiers de l’aider à atteindre la marque du siècle. Le grand Allemand est heureux de parler du gars qu’il appelle «le plus grand passeur du monde», un trait admirable pour une superstar qui est deuxième au classement de la LNH et qui vient de terminer une campagne pour le trophée Hart et Art Ross.

«Il fait tellement pour notre équipe», a déclaré Draisaitl à propos de McDavid. «Il fait tellement pour nous tous les soirs. Le moins que nous puissions faire est de l’aider autant que nous le pouvons. Ce n’est peut-être pas si important pour lui, mais c’est certainement important pour nous.

«S’il y a un deux contre un, un trois contre deux, vous essayez de lui donner une touche. Notre équipe veut vraiment qu’elle l’obtienne. »

Related News

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick