Home » Les totems des équipes sportives attirent la colère des militants amérindiens

Les totems des équipes sportives attirent la colère des militants amérindiens

by Les Actualites

Ces tchotchkes peuvent également être trouvés dans les magasins en ligne des principales ligues sportives d’Amérique du Nord, certains d’entre eux étant apposés avec les logos et les symboles d’équipes qui ont pris des surnoms indiens.

Le totem des Cleveland Indians est surmonté de Slider, la mascotte de longue date de la franchise. Le chef Wahoo, le logo de l’équipe représentant un Indien souriant, n’est pas représenté; Le commissaire de la MLB, Rob Manfred, et le propriétaire de l’équipe, Paul Dolan, ont annoncé plus tôt cette année que l’équipe retirerait l’image après cette saison. Toutes les marchandises portant le logo de l’équipe MLB sont soumises à «l’approbation absolue» de Major League Properties Inc., selon un accord de licence affiché sur le site Web de la Securities and Exchange Commission.

Les totems des sports professionnels ne conviennent pas bien à Rebecca Thomas, une femme micmaque et ancienne poète lauréate de Halifax, en Nouvelle-Écosse, qui a récemment repéré des articles sur le thème de la LNH dans une pharmacie Lawtons de la ville.

Lawtons, une chaîne canadienne avec des magasins au Canada atlantique, a rapidement répondu à Thomas via Twitter, disant qu’il retirerait les totems de ses magasins et s’excusant.

W. Ron Allen est le président de la tribu Jamestown S’Klallam dans l’État de Washington, qui compte plus de 40 totems sur ses propriétés. Il est également le trésorier du Congrès national des Indiens d’Amérique, qui s’oppose depuis longtemps aux équipes sportives avec des surnoms, des logos et des symboles amérindiens. Il a déclaré lors d’un entretien téléphonique que, bien qu’il n’ait pas vu les totems sur le thème du sport, leur simple existence était problématique.

«De notre point de vue, nous en sommes offensés», a-t-il déclaré. «Nous nous battons depuis des années pour éliminer l’utilisation d’images amérindiennes à des fins de commercialisation. Cela a toujours été offensant pour nous.

«Nous pensons que c’est absolument inapproprié», a-t-il poursuivi. «Il est inapproprié que d’autres utilisent notre image, 1) sans notre autorité, et 2) pour penser qu’ils nous honorent alors qu’ils ne le sont pas.»

Il a ajouté que le fait qu’il y ait des totems consacrés aux équipes avec des surnoms indiens est «plus offensif, sans aucun doute».

«Pour le grand public, qui ne connaît pas le contexte culturel, les totems sont un moyen créatif et artistique pour les Amérindiens de raconter des histoires sur leur culture et leur histoire», a-t-il déclaré. «Ils sont conçus comme un moyen d’articuler l’histoire, comme honorer les chefs, honorer les guerriers, honorer les médecins. … Donc, pour une entité commerciale, utiliser à mauvais escient un totem comme pièce culturelle est inapproprié, c’est faux à bien des égards. Il envoie des messages contradictoires déroutants pour le grand public. Ils pourraient l’acheter et penser: «J’ai quelque chose d’indigène, et cela représente mon équipe sportive préférée». “

Les objets de collection sont fabriqués par une société appelée Evergreen Enterprises, qui détient depuis longtemps des accords de licence avec la LNH, la NFL, la MLB et la NCAA. En plus des totems, Evergreen vend de nombreux produits qui sont apposés avec les logos de l’équipe, y compris des ornements pour arbres de Noël, des drapeaux, des ouvre-bouteilles et des porte-bouteilles de vin. Les totems sont vendus dans les magasins en ligne officiels de la NFL, de la LNH et de la Ligue majeure de baseball avec des détaillants tels que Home Depot, Target et Amazon.com. Avec les Indiens et de nombreuses autres équipes professionnelles et universitaires, ils arborent les logos d’équipes nommées par des Indiens comme les Washington Redskins, les Chicago Blackhawks et les Florida State Seminoles.

Home Depot, Fanatics (qui exploite les boutiques en ligne des principales ligues sportives) et Evergreen Enterprises n’ont pas répondu aux demandes de commentaires.

Selon Lutz, l’appropriation des totems en symbole de la vie indienne et de la culture canadienne en général a commencé au début du XXe siècle, lorsque les chemins de fer ont commencé à amener les touristes dans les régions tribales des Premières Nations de la Colombie-Britannique et du sud de l’Alaska, là où se trouvaient les poteaux. Bientôt, les poteaux ont commencé à apparaître dans les expositions muséales des villes de l’Est du Canada et ailleurs dans le monde, sur les timbres-poste et sur les couvertures des guides touristiques. Au même moment, le gouvernement canadien s’efforçait «d’effacer les Premières Nations du Canada», écrit Lutz, via des lois qui interdisaient les cérémonies tribales – y compris les cérémonies de potlatch souvent organisées lors de la levée des totems, qui étaient illégales au Canada de 1885 à 1951. – et a empêché les peuples des Premières Nations d’embaucher des avocats pour récupérer leurs terres.

Parlant spécifiquement des mâts totémiques sur le thème de la LNH qu’elle a trouvés au Canada, Thomas a déclaré au National Post qu’ils servent à effacer davantage l’histoire des personnes qui les ont créés à l’origine.

«Ils considèrent que les totems sont canadiens et n’appartiennent pas aux nations à l’origine de cette tradition», a déclaré Thomas. «Les gens semblent aimer consommer la culture indigène, mais ils ne veulent pas des gens qui l’accompagnent, ni de l’histoire et de l’histoire».

Allen a déclaré qu’il n’était pas contre la commercialisation générale des totems, en soi, mais qu’il préférerait que ces objets soient fabriqués par des artistes autochtones, compte tenu de leur importance pour la culture indienne.

Allen a déclaré: “C’est extrêmement décevant qu’ils soient même là-bas.”

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.