Mercedes fait l’admission de la disqualification de Lewis Hamilton alors que la FIA adopte une approche difficile | F1 | sport

Le directeur technique de Mercedes, Mike Elliott, a admis que les stars de Silver Arrows, Lewis Hamilton et George Russell, auraient pu être disqualifiées à Bakou le mois dernier, si la directive technique de la FIA (TD) pour lutter contre le marsouinage avait été en place à l’époque. Dans l’état actuel des choses, le TD entrera en vigueur lors du Grand Prix de France plus tard en juillet, certaines équipes étant effectivement contraintes de mettre en œuvre des mesures de sécurité pour les conducteurs.

Le marsouinage, qui rebondit essentiellement à grande vitesse, est un effet secondaire indésirable des voitures nouvellement conçues qui ont été en action cette saison. Mercedes a eu pire que la plupart, notamment sur le circuit urbain cahoteux de Bakou où Lewis Hamilton a eu du mal juste pour voir la ligne d’arrivée.

La FIA prévoit de mettre en place un TD qui menace de disqualification si la sécurité du pilote est mise en danger. Elliott ne semble pas entièrement satisfait des mesures prises et a admis que cela aurait pu voir Hamilton et George Russell perdre complètement en Azerbaïdjan.

“Je pense que, d’après ce que nous avons entendu de la FIA, c’est quelque chose sur lequel ils vont devoir travailler et s’appuyer, et trouver comment cela va fonctionner de manière pragmatique”, a-t-il déclaré à RacingNews365.

A NE PAS MANQUER : Le message radio touchant de Mick Schumacher sur son père Michael après ses premiers points en F1

“Je pense qu’à Bakou, si nous revenons en arrière et regardons les courses en utilisant cette métrique, c’est une course que nous n’aurions pas dépassée. Si vous regardiez où nous en étions [during the British GP], nous n’aurions même pas déclenché la métrique. Donc, je pense que c’est difficile.

“Aucun de nous ne veut rebondir. Je suis sûr [rival teams] dirait exactement la même chose, donc nous n’essayons pas d’évoluer vers cette position. Une autre question est que si vous dépassez la métrique, pouvez-vous réellement le réparer pendant un week-end de course ?

Lire aussi  Pourquoi les Canadiens de cette année ressemblent beaucoup à l'équipe gagnante de la Coupe Stanley en 1993

“Je ne pense pas qu’aucun d’entre nous ne veuille voir des voitures ne pas participer, ou des voitures être jetées parce qu’elles ne sont pas en mesure de maîtriser ces problèmes. Je pense que le temps nous dira si cette métrique peut être faite dans le droit et si cela peut pousser les équipes dans la bonne direction sans finir par nuire au spectacle, mais nous verrons ce qui se passera. Je suis sûr que la FIA en est consciente.”

La question litigieuse a provoqué des frictions entre le patron de Mercedes, Toto Wolff, et son homologue de Red Bull, Christian Horner. Le premier tient à ce que la FIA fasse plus pour protéger la sécurité des pilotes, tandis que le second a exhorté les équipes à assumer une plus grande responsabilité individuelle dans la production de voitures qui n’ont pas été conçues de manière optimale.

Express Sport s’est entretenu avec l’expert de Sky Sports, Karun Chandhok, à propos du problème, et il a exhorté les conducteurs à se rassembler et à trouver une solution. “J’ai vu certaines des données sur ce qui traverse la colonne vertébrale des conducteurs, et ce n’est pas bon pour leur santé à long terme”, a-t-il déclaré.

“Je pense que ce que les pilotes devraient faire collectivement, c’est se rassembler, et ils ne le feront pas publiquement, et proposer une vue consolidée sur s’ils veulent que quelque chose soit fait à propos du rebond. La FIA peut alors discuter avec les équipes. et dire, ‘bon, ce qui peut être fait pour la saison prochaine est…’. Ensuite, ils devraient prendre une décision tôt.”

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick