Quatre grands diffuseurs préoccupés par la transparence des appels d’offres pour les droits d’ICC

À moins d’une semaine de la date de soumission des offres pour les droits de diffusion d’ICC sur son plus grand marché, des inquiétudes importantes subsistent parmi les entreprises de médias en Inde, inquiétudes qui se sont manifestées par l’absence de quatre grands diffuseurs lors des “ventes aux enchères fictives” organisées par l’ICC mercredi. .

Disney Star*, Zee, Sony et Viacom, les sociétés qui ont récemment participé à l’enchère électronique très compétitive pour les droits IPL, n’ont pas assisté aux sessions de formation que l’ICC avait mises en place avant la soumission effective des offres pour le prochain cycle de événements de la CPI. Les séances visent à familiariser les soumissionnaires avec la plateforme par laquelle les offres seront soumises.

Un certain nombre de soumissionnaires ont terminé les sessions ou devraient le faire jeudi et la CPI, pour sa part, s’attend à ce que les autres fournissent des créneaux pour le faire dans les prochains jours.

Ceux qui sont restés à l’écart des sessions ont fait part de leurs inquiétudes à la CPI concernant la transparence du processus d’attribution de ces droits, pour les événements de la CPI de 2023 à 2031. ESPNcricinfo a appris que les quatre diffuseurs sont mal à l’aise avec le fait que les offres ne seront pas être rendue publique, voire partagée entre les participants au processus.

L’ICC s’est réservé le droit de mener une enchère électronique dans le cas où les meilleures offres seraient proches ou ne répondraient pas aux attentes de l’ICC – les diffuseurs seraient mécontents de l’opacité dans ce cas de ce qui serait considéré comme proche. Ils disent qu’il est raisonnable de s’attendre à savoir quelle marge de différence déclencherait un deuxième tour d’enchères.

Lire aussi  Les wallabies rappellent Bernard Foley après trois ans d'absence pour les tests du championnat de rugby des Springboks

Jusqu’à récemment, l’ICC avait exclu une vente aux enchères en ligne, son directeur commercial Anurag Dahiya faisant valoir que la façon dont ils séparaient leurs droits – pour les événements masculins et féminins séparément, pour le numérique et la télévision et sur des forfaits de quatre et huit ans – signifiait ce serait trop « compliqué » pour une enchère électronique du genre de celle que la BCCI organisait pour l’IPL.

Mais ESPNcricinfo comprend que si un deuxième tour d’enchères est maintenant nécessaire, cela se déroulera sous forme d’enchères électroniques. Les radiodiffuseurs demandent également plus de clarté à la CPI sur la manière dont les offres pour un forfait de quatre ans et un forfait de huit ans seront jugées les unes par rapport aux autres. Il est entendu que l’ICC a mis en place un algorithme et un chiffre multiplicateur qui produit le meilleur chiffre de référence pour pouvoir comparer les offres sur différentes durées et plates-formes. Ce mécanisme n’est cependant pas public.

Les offres doivent être soumises au plus tard le 22 août, date à laquelle les éléments techniques seront évalués et une diligence raisonnable effectuée pour s’assurer que chacun répond aux exigences de la CPI. L’aspect financier de l’appel d’offres sera confié à un organisme indépendant et ne sera pas ouvert avant le 26 août. On pense que la CPI ne souhaite pas d’ouverture publique au cas où l’appel d’offres serait compétitif et suffisamment proche pour qu’il puisse être nécessaire de procéder à des tours ultérieurs. .

Lire aussi  Dominic West confirmé comme le nouveau prince Charles de la Couronne

L’ICC continue de travailler à des clarifications avec les soumissionnaires, mais il est peu probable qu’une partie du processus d’appel d’offres change maintenant – comme les soumissionnaires ont suggéré différents processus, le changer maintenant pourrait sembler favoriser un soumissionnaire plutôt qu’un autre, une situation que l’ICC souhaite éviter.

L’instance dirigeante du jeu a envoyé son premier appel d’offres (ITT) pour ses droits en juin, pour la télévision uniquement, le numérique uniquement et les deux ; les droits des événements féminins ont été dissociés de ceux des événements masculins et des forfaits sont disponibles pour quatre et huit ans.

*Disney Star et ESPNcricinfo font partie de la Walt Disney Company

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick