Quelque chose ne va pas du tout – Winnipeg Free Press

Avis

Bonjour ténèbres, vieil ami.

Les Jets de Winnipeg font soudainement face à un ennemi très dangereux et familier, un ennemi qui se déchaîne contre eux depuis deux saisons. Et ce ne sont pas les Oilers d’Edmonton, qui les ont battus 6-1 lundi soir, même si ce ne serait pas loin étant donné que Connor McDavid et compagnie, un adversaire probable des séries éliminatoires du premier tour, ont maintenant remporté cinq matchs consécutifs contre eux.

Non, je parle d’adversité, dans laquelle le club de Paul Maurice se noie soudainement. Et si le dernier effort de l’équipe en est une indication, le pire est peut-être encore à venir.

Ce qui s’est passé à Bell MTS Place devrait déclencher des sonnettes d’alarme autour de ces pièces. D’abord et avant tout, il y a la myriade de pannes et de crampes cérébrales qui ont rapidement transformé celle-ci en un rire. C’est de loin la perte la plus embarrassante de la saison et l’une des plus laides de l’histoire récente.

Ensuite, il y a la question de leur langage corporel brutal, qui n’a fait qu’empirer à mesure que le score devenait de plus en plus déséquilibré. Je n’irai pas jusqu’à suggérer qu’ils démissionnent, mais ils ont certainement commencé à ressembler à un groupe qui s’en fichait vraiment. Allez regarder la tentative sans enthousiasme de Kyle Connor de revenir en arrière à la suite d’un énorme cadeau en deuxième période qui a donné à McDavid une échappée et son troisième but, et quatrième point, de la soirée.

Tout ce qui précède serait suffisamment préoccupant si cela se passait dans le vide. Mais ce n’est pas. Pas même proche. Considérez les événements suivants, tous au cours de la semaine dernière:

  • Le vainqueur du trophée Vezina, Connor Hellebuyck, a inscrit trois buts sur six tirs en 11:59 de l’action contre Toronto et a reçu le crochet tôt. Le lendemain, il est sorti en crachant du feu, suggérant que Maurice avait eu tort de le tirer. C’est une réprimande publique extrêmement rare du chef de banc vétéran.
  • Pour ce que ça vaut, Hellebuyck a reçu un coup de grâce après deux périodes lundi (six buts sur 23 tirs). J’étais curieux de voir si Maurice pouvait le laisser porter ceci entièrement comme une déclaration “je vais vous montrer”, mais la raison a prévalu.
  • Dans ce même match, le centre d’arrêt Adam Lowry, qui venait de signer une nouvelle prolongation de contrat, a été secoué par un tir à la tête inopportun de l’attaquant des Maple Leafs Alex Galchenyuk. Il n’est pas revenu dans l’alignement et les Jets auraient certainement pu l’utiliser contre les Oilers.
  • Dans une télévision nationale Soirée du hockey au Canada match revanche samedi, le centre superstar Mark Scheifele a été agrafé sur le banc pendant une grande partie de la deuxième période après que son long quart de travail et son changement de ligne paresseux aient coûté un but à l’équipe. Lundi, il est sorti en crachant du feu, suggérant que Maurice avait tort de le faire asseoir. Vous voyez un modèle ici?
  • Dans ce même match, l’attaquant flashy Nikolaj Ehlers a eu de nombreux affrontements avec des joueurs comme Jake Muzzin et Joe Thornton, et est maintenant absent pour le reste de la saison régulière en raison d’une blessure à l’épaule.
Lire aussi  Cameron Smith prend une avance de deux coups sur Dustin Johnson lors de l'événement LIV Golf Chicago | Nouvelles du golf

Si tout cela vous semble un peu familier, c’est parce que c’est un peu le cas.

Je vous ramène à la fin de la saison 2018-19, lorsque les roues se sont à peu près détendues après un départ brûlant. Il y a eu des blessures aux joueurs clés, plus de pertes que de victoires et même une réunion à huis clos juste avant le début des séries éliminatoires. Le résultat final a été une élimination rapide au premier tour des mains de l’éventuel champion des Blues de St. Louis, et l’admission de Maurice après le fait qu’il allait devoir contrôler les dégâts hors saison étant donné toutes les “plumes ébouriffées” sur son équipe.

Avance rapide vers la saison 2019-20, qui semblait maudite dès le départ. Il y a eu la non-présentation surprise de Dustin Byfuglien et la retraite qui a suivi. L’accident de voiture d’avant-saison impliquant Kristian Vesalainen et Sami Niku. La maladie cardiaque à Mark Letestu. La blessure anormale de Mason Appleton jouant au football d’échauffement. Le monstre, la blessure par un tir ami de Bryan Little qui semble avoir mis fin à sa carrière. Trois fractures osseuses distinctes à Nathan Beaulieu, dont le chien a été tué dans un délit de délit de fuite. L’arrêt brutal du COVID-19 de la saison. Les blessures de Scheifele et Patrik Laine lors du premier match contre Calgary dans la bulle d’Edmonton. Et l’élimination rapide du tour de qualification.

Cette campagne actuelle n’a pas beaucoup mieux commencé, avec Jack Roslovic non signé hors du camp, Laine blessé lors du premier match, puis Laine et Roslovic emballés ensemble dans un échange à succès pour Pierre-Luc Dubois, qui a dû passer deux semaines complètes à mise en quarantaine pendant que les gars pour qui il a été échangé ont rapidement sauté dans la gamme des Blue Jackets. Après avoir finalement été autorisé à jouer, il s’est rapidement blessé. Tucker Poolman a obtenu le COVID-19 après la soirée d’ouverture. Et Beaulieu, encore une fois, s’est cassé un os.

Lire aussi  Elias Kachunga : l'attaquant de Bolton Wanderers est victime d'abus racistes sur Instagram | Actualités footballistiques

Cela dit, les choses avaient changé pour le mieux ces derniers temps. Ils étaient confortablement dans une place pour les séries éliminatoires et jouissaient d’une longue période de relative bonne santé – Maurice a roulé les mêmes 18 patineurs pendant près d’un mois d’affilée, ce qui est du jamais vu ici. Ils n’avaient pas perdu plus de deux matchs d’affilée toute l’année, montrant une formidable capacité de rebond.

Il s’avère que c’est vraiment le plus silencieux avant la tempête. Et les Jets sembleraient être dans les dents maintenant, avec des joueurs se plaignant publiquement de l’entraîneur, de l’alignement en désarroi et maintenant une séquence de quatre défaites consécutive au sommet de la saison avec seulement quelques semaines avant une apparition en séries éliminatoires qui pourrait être extrêmement bref.

Alors, où va Winnipeg à partir d’ici? De mon perchoir, il y a deux façons.

  • Les joueurs commencent à s’apitoyer sur eux-mêmes et une saison autrefois prometteuse se déroule de la falaise proverbiale. Si cela se produit, je soupçonne que certaines des protestations publiques surprenantes que nous avons vues de Hellebuyck et Scheifele ces derniers jours deviennent encore plus fortes, probablement au point qu’elles ne peuvent pas être ignorées par la direction et la propriété et des mesures doivent être prises. C’est une chose pour les fans ou les médias d’interroger l’entraîneur. C’est une toute autre question lorsque les joueurs de votre franchise le font.
  • Les joueurs utilisent cela comme un facteur de motivation, creusent profondément et trouvent un moyen de se rallier les uns aux autres et de remettre les choses dans la bonne direction. Hellebuyck et Scheifele ont tous deux parlé d’un bon match à cet égard. Lowry devrait être de retour dans quelques jours, et Ehlers, nous dit-on, sera prêt pour le début des séries éliminatoires à la mi-mai. En ce sens, tout n’est pas sombre, même si cela peut paraître comme ça pour certains. Ce coussin de séries éliminatoires leur sera utile, ils auront donc le temps de passer du temps ici pour remettre de l’ordre dans leur maison soudainement désordonnée.
Lire aussi  Coupe d'Asie, Super 4 | Men in Blue au bord de l'élimination après sa défaite face au Sri Lanka

Sur la base de la débâcle de lundi soir, je sais dans quelle direction je me penche.

[email protected]

Twitter: @mikemcintyrewpg

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick