Repêchage: l’avenir en un choix

Shane Wright, Juraj Slafkovsky ou Logan Cooley. S’il y avait un choix consensuel il y a quelques mois, il y a maintenant trois prétendants pour devenir le premier de classe du repêchage de 2022.

• À lire aussi: Le Canadien actif au repêchage?

• À lire aussi: Dix sélections de première ronde qui ont mal vieilli

Pour une première fois depuis 1980 avec Doug Wickenheiser, le Canadien parlera au tout premier rang. Et pour ajouter un brin de magie, le Centre Bell sera le théâtre de ce repêchage.

Kent Hughes et les dirigeants du CH ont bien caché leur jeu à l’approche du jour déterminant. Le directeur général a répété plus d’une fois qu’il n’avait pas encore fait son choix.

« Mais c’est toujours une bonne chose d’avoir le premier choix puisque nous décidons de notre propre sort », a dit plus d’une fois le DG recrue.

Après une saison misérable où l’équipe est passée d’une participation à la finale contre le Lightning de Tampa Bay au 32e et dernier rang, le Tricolore dictera une grande portion de son avenir avec une seule sélection.

« Quand tu parles au premier rang, tu n’as pas le droit de te tromper, a rappelé un recruteur de l’Ouest. Ça peut paraître bien facile puisque tu piges en premier dans le gros bassin de joueurs, mais il y a des années où ça se complique. En 2022, il n’y a pas un génie du hockey, un surdoué qui ne fait aucun doute. »

« Mon sentiment, c’est que je ne sais pas qui sortira au premier rang, a ajouté un recruteur de l’Ouest. Il y a Wright, celui qu’on voyait depuis longtemps comme l’heureux élu. Il y a le grand ailier de la Slovaquie [Slafkovsky] et le centre créatif et dynamique en Cooley. Le CH regarde les trois options. »

Un débat

Un autre recruteur de l’Ouest sondé par Le Journal hésite plusieurs secondes quand on lui pose une question toute simple, à savoir vers qui le Canadien se tournera avec le premier choix.

« Oui, il y a clairement un débat pour le premier choix, a-t-il répondu après une pause d’environ cinq secondes. Wright deviendra un bon centre dans la LNH. Je le décris comme un bon joueur, il n’y a pas de doute. Mais il n’est pas un gars de franchise. Shane est intelligent, il est responsable dans les deux sens de la patinoire, il a un bon tir et de bonnes habiletés offensives. Mais il ne te tient pas sur le bout de ton siège. Je penserais aux autres. Slafkovsky a un élément rare dans son jeu, celui d’un marqueur naturel. Et en plus, il est très imposant à 6 pi 4 po. Cooley, quant à lui, est probablement celui avec le potentiel le plus élevé. »

Il n’y a pas juste l’aspect imprévisible basé sur trois candidats, il y a aussi le fait que le Canadien se présentera à ce repêchage avec de nouvelles têtes de hockey. On vivra l’ère post Trevor Timmins avec Bobrov et Lapointe.

Lire aussi  Pourquoi l'USWNT ne devrait pas paniquer à propos de leur raclée olympique par la Suède (encore) | Équipe des États-Unis de football féminin

Avant de débarquer à Montréal, Gorton et Bobrov ont travaillé avec les Rangers de New York. En 2019, ils avaient repêché l’ailier Kaapo Kakko avec le deuxième choix au total après Jack Hughes avec les Devils.

Trois ans plus tard, Kakko n’a toujours pas pris son envol à Manhattan.

« Je ne sais pas si ça peut devenir un facteur, mais Kakko est un gros ailier dans le moule de Slafkovsky, a souligné un recruteur de l’Est. Gorton pourrait toujours être refroidi par ce choix assez récent. »

Des choix à la tonne

Le CH aura de très bonnes munitions pour ce repêchage qui se déroulera jeudi (1est tour) et vendredi (2e tour jusqu’au 7e tour) avec 14 choix.

Sur papier, le Canadien détient actuellement les 1est26e33e62e66e75e92e et 98e choix. On parle donc de huit sélections parmi les 100 premières.

Hughes et Gorton pourraient facilement envisager d’échanger quelques choix afin de grimper de quelques rangs.

« J’imagine un scénario où Hughes échange le 26e choix et d’autres choix afin de se rapprocher vers le 15e rang au premier tour, a prédit un recruteur de l’Ouest. Le Canadien a repêché plusieurs joueurs dans le passé, mais il y a une limite de 50 contrats. Ils n’auront pas le choix de prioriser la qualité avant la quantité. »

Le centre complet

SHANE WRIGHT


Shane Wright dans les couleurs des Frontenacs de Kingston.

Photo courtoisie OHL, Terry Wilson

Shane Wright dans les couleurs des Frontenacs de Kingston.

  • Centre | Droitier | Canadien | Date naissance : 5 janvier 2004 | Frontenacs de Kingston (OHL)
  • 6 pi | 199 livres
  • 94 pts (32 b, 62 p) et 63 pj
  • 1est espoir en Amérique du Nord

Il y a deux ans, il y a un an et il y a même six mois, Shane Wright détenait l’étiquette du premier de classe pour le repêchage de 2022. Mais à l’approche du jour J, l’étoile de Wright ne scintille plus aussi fort.

Le nom de Wright reste encore au sommet pour plusieurs équipes de la LNH, mais d’autres formations l’ont également fait glisser après Juraj Slafkovsky et Logan Cooley.

« Quand tu regardes un gars pendant trois ans, tu lui trouves des défauts à la fin, a rappelé un recruteur de l’Est. Son histoire me fait penser à celle de Sean Couturier. À son année de repêchage en 2011, Sean avait descendu jusqu’au 8e rang. Mais les Flyers n’ont jamais regretté ce choix. Je ressens un essoufflement semblable avec Shane. Il y a des attentes depuis longtemps. Il reste toutefois un très bon joueur de hockey. »

Wright avait suivi les traces des John Tavares, Aaron Ekblad et Connor McDavid en faisant le saut dans la OHL à l’âge de 15 ans. À sa saison recrue avec les Frontenacs de Kingston, il avait marqué 39 buts et obtenu 66 points en 59 matchs. Capitaine des Frontenacs cette saison, il a touché la cible 32 fois et récolté 94 points en 63 rencontres.

Lire aussi  Test Féminin ENG vs IND - Mithali Raj

S’il est reconnu comme un centre intelligent et responsable, Wright ne fait pas l’unanimité pour son ardeur au travail.

« Je suis sorti de Kingston déçu plus d’une fois », a clamé un recruteur de l’Ouest.

CARTE DU RECRUTEUR

  • Sens du jeu : 4,5
  • Rapidité : 4,0
  • Caractère/compétiteur : 2,5
  • Habiletés avec la rondelle : 4,5
  • Grandeur/gabarit… : 3,5

« Wright a ce qu’il faut pour devenir un numéro un. Il n’a pas connu une saison grandiose, mais on ne doit pas oublier sa saison à 15 ans dans la OHL et son très bon Mondial des moins de 18 ans à l’été 2021. »

– Un recruteur de l’Est

« Un jeune homme intelligent, un centre responsable. Il n’a probablement pas le potentiel pour être une grande étoile. Il n’est pas le prochain Patrice Bergeron, mais il ressemble à un centre dans le moule de Nico Hischier. Il jouera au sein des deux premiers trios, il a de bonnes aptitudes et du talent. »

– Un recruteur de l’Est

Ailier format géant et marqueur naturel

JURAJ SLAFKOVSKI


Juraj Slafkovsky en pleine action dans un duel contre l’Allemagne lors du Mondial en Finlande, en mai dernier.

Photo d’archives, –

Juraj Slafkovsky en pleine action dans un duel contre l’Allemagne lors du Mondial en Finlande, en mai dernier.

  • Ailier gauche | Gaucher | Slovaque | Date naissance : 30 mars 2004 | TPS (Finlande)
  • 6 pi 4 après | 229 livres
  • 10 pts (5 b, 5 p) et 31 pj
  • 1est espoir en Europe

Juraj Slafkovsky n’a jamais eu peur de le dire ouvertement. Il rêverait de mêler les cartes à ce repêchage en grimpant sur l’estrade en premier à Montréal.

« Je lisais dernièrement que le Canadien recherchait un ailier gauche pour jouer avec Nick Suzuki et Cole Caufield. Je suis assis ici et j’attends si le Tricolore me cherche ! »

L’ailier slovaque de 6 pi 4 po et près de 230 livres a offert cette réponse aux collègues de TSN.

Slafkovsky possède deux cartes cruciales dans son jeu, celle du marqueur naturel et de l’ailier en puissance.

« Juraj est un gros bonhomme, il peut dominer avec son physique, il trouve de l’espace en zone offensive, il protège la rondelle et il a un instinct naturel comme marqueur. Tu n’enseignes pas à un joueur comment marquer des buts. Ça doit être naturel et c’est le cas avec lui. Un jour, il marquera 40 buts dans la LNH. »

Sur la scène internationale, Slafkovsky a fait la fierté de la Slovaquie avec sept buts en sept matchs aux Jeux olympiques de Pékin pour aider ce petit pays à repartir avec une médaille de bronze. L’ailier gauche de 18 ans a toutefois présenté des chiffres plus modestes avec le TPS de Turku dans la Ligue élite finlandaise.

« Il y a des doutes sur sa constance, mais il n’avait pas un grand temps de jeu avec le TPS », a mentionné un recruteur de l’Est.

CARTE DU RECRUTEUR

  • Sens du jeu : 4,0
  • Rapidité : 4,0
  • Caractère/compétiteur : 3,5
  • Habiletés avec la rondelle : 4,5
  • Grandeur/gabarit… : 4,5
Lire aussi  Tottenham news: Fabio Paratici "tient des pourparlers de transfert" alors que la position de Gareth Bale est révélée

« Il marque des buts et c’est une rareté dans la LNH. Il a cet instinct de marqueur, il y arrive de différentes façons. Juraj a un gros gabarit et il se trouve de l’espace quand il n’y en a pas. Mais il aura besoin d’un bon centre pour utiliser son tir. »

– Un recruteur de l’Est

« Il a connu des tournois internationaux remarquables avec les JO et le Mondial. Il dominait contre des hommes. Mais je n’ai pas aimé sa constance, on ne revoyait pas le même ailier en Finlande. »

– Un recruteur de l’Ouest

Du Denis Savard dans le nez

LOGAN COOLEY


Joueur dynamique et doté d’un fort caractère, Logan Cooley constitue un candidat alléchant en vue du repêchage 2022.

Photo courtoisie USA Hockey’s NTDP, Rena Laverty

Joueur dynamique et doté d’un fort caractère, Logan Cooley constitue un candidat alléchant en vue du repêchage 2022.

  • Centre | Gaucher | Américain | Date naissance : 4 mai 2004 | É.-U. moins de 18 ans
  • 5 pi 10 po | 180 livres
  • 75 pts (27 b, 48 p) et 51 pj
  • 2e espoir en Amérique du Nord

Il y a le spectre de 1980. Cette année-là, le Canadien parlait au premier rang du repêchage. Le CH avait choisi Doug Wickenheiser, un centre des Pats de Regina, avant le défenseur Dave Babych, mais surtout avant le centre Denis Savard, qui jouait avec le Junior de Montréal.

« Quand je regarde le repêchage de cette année, j’ai peur que le Canadien revive le scénario de 1980. J’ai la crainte de revoir Wickenheiser en Shane Wright et Savard en Logan Cooley », a imagé un recruteur de l’Est.

Cooley, un centre originaire de Pittsburgh, est décrit comme un attaquant beaucoup plus dynamique et créatif que Wright. Mais il n’a pas un physique imposant à 5 pi 10 po et 180 lb.

« Il a plus de flashs dans son jeu que Wright, il est aussi un centre plus acharné, a souligné un recruteur de l’Est. S’il mesurait 6 pi 2 po, il n’y aurait probablement pas de débat pour son rang de sélection. Il me fait penser à Jack Hughes, mais une coche en bas. »

S’il ne joue pas dans la LNH à 18 ans à l’automne, Cooley se rapportera aux Gophers de l’Université du Minnesota dans la NCAA.

CARTE DU RECRUTEUR

  • Sens du jeu : 4,0
  • Rapidité : 4,0
  • Caractère/compétiteur : 4,5
  • Habiletés avec la rondelle : 4,5
  • Grandeur/gabarit… : 3,0

« Pour moi, Cooley est le plus bel espoir à ce repêchage. Il a plus de caractère et il est très dynamique. Il trouve des façons de créer des jeux grâce à son intelligence. »

– Un recruteur de l’Ouest

« Logan a un grand potentiel offensif. Il se transforme souvent en magicien sur la glace, il a ce côté spectaculaire. Il patine bien, il travaille et il est compétitif même s’il n’est pas le plus gros. »

– Un recruteur de l’Ouest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick