Home » Ajeeb Daastaan ​​capture le monde du silence et de la complexité des relations

Ajeeb Daastaan ​​capture le monde du silence et de la complexité des relations

by Les Actualites

Shefali Shah, Manav Kaul et Kayoze Irani racontent à Lachmi Deb Roy d’Outlook «Ajeeb Daastaan», une anthologie de quatre histoires. Des quatre, Shefali et Manav parlent d ‘«Ankahi», à quel point il était difficile mais beau d’apprendre la langue des signes et la complexité des relations. Extraits:

Apprendre la langue des signes et les défis du rôle…

Shefali: J’ai pris du temps pour apprendre la langue des signes et quand vous faites cela, vous ne voulez pas seulement apprendre les dialogues ou ce qui est écrit sur papier. Vous devez connaître la langue pour pouvoir improviser et grandir en tant que «Natasha», le rôle que je joue et cela vient en fait lorsque vous maîtrisez la langue. En fait, quand j’ai commencé à apprendre la langue, je restais sans parler pendant quelques jours. Je suis totalement tombé amoureux de la langue des signes. C’était un défi, mais pour moi, chaque rôle est un défi.

Nous avons pratiqué quotidiennement. Pour moi, c’est une belle langue.

Manav: Nous avons eu ce professeur appelé Sitaram monsieur, qui nous a appris la langue des signes. Il a fait les séances avec moi et Shefali séparément. Il m’a fallu un certain temps pour maîtriser la langue. C’était difficile, puis jouer et vivre à travers la langue et l’improviser avec les scènes n’était pas du tout facile. Mais nous avions une très bonne équipe et même Kayoze, notre directeur, a appris la langue. Nous avons eu Sitaram Sir sur les plateaux tout au long de notre tournage. C’était un défi, mais magnifique. Au moment où nous avons appris la langue, nous avons réalisé à quel point il est beau de ne rien dire et pourtant de transmettre ce que nous voulons dire.

Kayoze, c’est ton premier film derrière la caméra, comment s’est passée ton expérience?

Il y avait de la nervosité au début parce que je faisais un film qui est majoritairement dans une langue différente et il est encore majoritairement silencieux. Mais à la minute où nous avons tourné la première scène, j’étais à l’aise et j’ai la chance d’avoir Shefali et Manav avec moi. Et ils émotaient magnifiquement chaque scène. Le défi était de savoir avec quelle sensibilité je peux gérer les émotions.

Scène préférée…

Shefali: Tout le film est émouvant. C’est un film très délicat et sensible et pour moi chaque instant est précieux. Mais l’un des moments que j’aime vraiment, c’est quand elle met du kajal dans ses yeux en regardant le miroir et que l’interaction entre les deux personnages est si touchante. J’ai toujours la chair de poule quand j’y pense. Donc, ce n’est jamais les moments les plus dramatiques pour moi. Ce sont toujours les petites choses que vous attrapez. J’adore ce moment.

La chimie entre Shefali et Manav…

Je me demande vraiment pourquoi nous n’avons jamais travaillé ensemble auparavant. C’était un couple très improbable et pour cela, le mérite revient à Kayo. Quand vous voyez Kabir et Natasha ensemble, vous vous demandez pourquoi nous n’avons pas vu ce couple ensemble. Mais en ce qui concerne la chimie, cela arrive juste. Et il n’y avait aucune pensée de la façon dont nous y arriverons. La première fois que nous nous sommes rencontrés, c’était lorsque nous lisions le scénario et la glace était brisée sur place. La chimie vient de se passer mais je ne sais pas comment. Il n’y a pas de livret d’instructions sur la façon dont la chimie peut être créée.

Les complexités d’un mariage et comment vous êtes-vous lié au rôle que vous avez joué dans votre vie réelle?

Shefali: Ce n’est pas comme si mon mari et moi essayions de nous tuer, mais même si l’enfant n’a pas les capacités différentes, il y a un conflit entre les parents lorsqu’il s’agit d’enfants. Ils ont des points de vue différents. Comme chez moi, je suis le mauvais parent et mon mari est le bon parent. Être mère me vient naturellement. Alors, combien ai-je emporté de chez moi? Eh bien, chaque relation a ses propres conflits et encore une fois, comme je l’ai dit, les conflits ne proviennent pas nécessairement de difficultés majeures, il y a des conflits de la plus stupide des choses.

Manav: J’ai eu le cœur brisé à plusieurs reprises et je peux en fait rédiger une thèse à ce sujet. Le fait est que les histoires d’amour sont incroyables. Et tout le monde a vécu une relation déchirante dans la vraie vie. Le rôle que je joue est très proche de la vie.

Sur le casting de Manav et Shefali…

Kayoze: C’était une évidence de les lancer. Manav est un réservoir inexploité. Et quand je l’ai vu, je l’ai pris immédiatement. Shefali est mon béguin d’enfance et j’ai toujours voulu travailler avec elle. Ils ont juste intégré le rôle et plus que cela l’ont fait sien.


Pour un journalisme approfondi, objectif et surtout équilibré, cliquez ici pour vous abonner à Outlook Magazine


.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.