Home » Bettina Oberli sur Déchirer une famille pour la réunir dans «My Wonderful Wanda»

Bettina Oberli sur Déchirer une famille pour la réunir dans «My Wonderful Wanda»

by Les Actualites

L’un des principaux réalisateurs suisses, le premier film primé de Bettina Oberli, «North Wind», a été présenté en première au Festival international du film de Saint-Sébastien. Son deuxième long métrage, «Late Bloomers», a été un succès au box-office en Suisse. Son prochain film, «With The Wind», a remporté le prix Variety Piazza Grande au Festival du film de Locarno.

«My Wonderful Wanda» a eu sa première mondiale au Festival du film de Zurich, marquant la première fois qu’un film réalisé par une femme a ouvert le festival. Le film est maintenant dans les théâtres et les cinémas virtuels.

W&H: Décrivez-nous le film avec vos propres mots.

BO: C’est l’histoire d’une famille forcée de regarder au plus profond de ses abîmes – et de s’éloigner si loin l’une de l’autre qu’elle a failli s’effondrer, pour finalement se rapprocher. Et c’est aussi l’histoire de Wanda, qui au final a vraiment le choix pour la première fois de sa vie.

W&H: Qu’est-ce qui vous a attiré dans cette histoire?

BO: La famille est un sujet que j’aborde encore et encore dans mes films. Qu’y a-t-il dans cet étrange microcosme, cette cellule familiale génétiquement aléatoire dans laquelle vous vous sentez en sécurité ou peut-être même retenu? La famille est un champ narratif très large, et chacun peut s’y retrouver d’une manière ou d’une autre parce que tout le monde a de la famille.

Il y avait aussi une raison politique: de plus en plus souvent, les femmes surqualifiées de Pologne et de Hongrie font la navette tous les mois entre leur propre famille et les ménages suisses. Je m’intéressais à ce qui se passe lorsqu’un parfait inconnu acquiert un aperçu profond de la structure d’une famille et de l’intimité inévitable qui en découle.

Le modèle est souvent qualifié de situation gagnant-gagnant: les parents qui ont besoin de soins n’ont pas besoin d’être placés dans un foyer, la famille économise de l’argent et les aidants gagnent beaucoup plus ici que dans leur pays d’origine. Mais ce point de vue est trop unilatéral.

Nous ignorons le fait que ces femmes ont une vie privée, leur propre famille, une routine quotidienne à laquelle elles doivent renoncer, et cet argent reste néanmoins rare chez nous. Les avantages sont donc très unilatéraux.

Que doit-il se passer pour que ces parties se rencontrent sur un pied d’égalité et que ces échanges deviennent équitables? C’est la question que nous avons examinée dans «My Wonderful Wanda». L’histoire pourrait se produire n’importe où dans le monde où les riches profitent des moins privilégiés – en Europe, en Asie ou aux États-Unis.

W&H: À quoi voulez-vous que les gens pensent après avoir regardé le film?

BO: Malgré les inégalités économiques, les gens peuvent se rencontrer sur un pied d’égalité en traversant ensemble des situations qui suscitent leur plus grande douleur et leur plus grande joie.

W&H: Quel a été le plus grand défi dans la réalisation du film?

BO: Le plus grand défi était aussi le plus grand plaisir: diriger ce groupe incroyable d’artistes totalement dévoués. L’énergie qu’ils ont créée était vraiment contagieuse. Nous nous sommes tous très bien entendus et avons développé beaucoup d’affection les uns pour les autres qui ont duré même au-delà du tournage.

Ce fut un plaisir pour moi de travailler avec cette distribution de premier ordre. Presque tous jouent sur scène et sont de véritables amateurs de théâtre. Travailler avec eux est inspirant car ils sont passionnés par leur art. Nous avons développé ensemble de nombreuses scènes cinématographiques. Il y avait de la place pour leur imagination et leurs suggestions, et j’étais heureux de [incorporate] une grande partie de ce qu’ils ont créé.

W&H: Comment avez-vous financé votre film? Partagez quelques idées sur la façon dont vous avez réalisé le film.

BO: C’est un film financé à 100% par la Suisse avec des fonds publics. Le budget était de 3,6 millions de SFR [about $3.9 million USD], principalement grâce au financement culturel.

C’est un mode de financement normal en Suisse. Le financement culturel est un investissement dans l’éducation et la société.

W&H: Qu’est-ce qui vous a poussé à devenir cinéaste?

BO: Mon père. Ce n’est pas un cinéaste, mais un chirurgien avec un dévouement absolu à sa profession. Il m’a appris que si vous voulez faire quelque chose, faites-le correctement, profondément et durablement.

W&H: Quels conseils donneriez-vous aux autres femmes réalisatrices?

BO: Travaillez toujours avec les meilleurs, ceux qui sont meilleurs que vous.

W&H: Nommez votre film réalisé par une femme préféré et pourquoi.

BO: Tous les films de Jane Campion. Grâce à son travail, j’ai réalisé qu’en tant que femme, vous pouvez être réalisatrice.

W&H: Comment vous adaptez-vous à la vie pendant la pandémie de COVID-19? Restez-vous créatif, et si oui, comment?

BO: Je développe du nouveau matériel cinématographique chaque semaine, pour lequel je demande également un financement. COVID-19 a libéré une nouvelle énergie en moi et cela m’a fait réaliser que nous sommes à un tournant – peut-être qu’il sera plus facile d’établir d’autres formes matérielles et narratives à l’avenir.

De plus, je ne pense pas que ce soit un mauvais moment pour les femmes de faire entendre leur voix sur le marché. C’est maintenant souvent un avantage d’embaucher une femme – nous devons saisir cette opportunité pleine de confiance en nous et nous faire la place que nous méritons de toute façon.

W&H: L’industrie cinématographique a une longue histoire de sous-représentation des personnes de couleur à l’écran et dans les coulisses et de renforcement – et de création – de stéréotypes négatifs. Selon vous, quelles mesures doivent être prises pour rendre Hollywood et / ou le monde doc plus inclusif?

BO: L’art est pour tout le monde et des mesures comme le sexe, la couleur ou l’origine ne devraient avoir aucune importance pour lui.



You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.