Home » “ Big Shot ” sur Disney + est une émission sportive qui a peur des conflits

“ Big Shot ” sur Disney + est une émission sportive qui a peur des conflits

by Les Actualites

Je ne suis pas un champion des analogies sportives, mais si vous entrez dans un jeu, vous feriez mieux d’être prêt à tout laisser sur le terrain. De Disney Gros bonnet, de David E. Kelley, Dean Leroy et Brad Garrett, se positionne comme une émission sportive touchante sur la relation entre un entraîneur et ses joueurs, mais il manque les enjeux qui fondent ce genre et rendent une histoire fascinante.

John Stamos joue Marvyn Korn, un entraîneur de basket-ball universitaire à la recherche d’un retour en raison de sa faible sympathie malgré un record impressionnant de titres. Korn se retrouve dans un lycée privé réservé aux filles en Californie, grâce à un parent trop zélé qui a payé pour le nouveau gymnase et veut assurer une bourse de basket-ball pour sa fille. Marvyn a sa propre fille adolescente à Chicago (Sophia Mitri Schloss) mais les attentes universelles pour son nouvel emploi sont faibles; il échouera, que ce soit en chassant tout le monde ou simplement en perdant partie après partie.

Gros bonnet lutte avec son Ted Lasso-lite prémisse, ne serait-ce qu’en raison des inévitables comparaisons avec Ted Lasso et à un autre spectacle sportif étonnamment poignant, Les lumières du vendredi soir. Gros bonnet veut gratter cette démangeaison exacte, où la joie du sport rassemble le public et l’universalité de l’expérience humaine tire à leur cœur. Malheureusement, cela échoue dans les deux cas.

Marvyn (John Stamos) et Holly (Jessalyn Gilsig) entraînent une équipe de basket-ball de filles du secondaire sur “Big Shot”, sur Disney +.

Pas ça Gros bonnet est explicitement mal. C’est très bien, mais bien c’est accablant à l’ombre des géants. Lorsque l’entraîneur Korn prononce son inévitable discours décisif dans les vestiaires dans le pilote, c’est aux échos d’Eric Taylor qui tombent à plat. Les trois épisodes que Disney a projetés pour examen ne contribuent guère à établir les filles de Westbrook, les relations extérieures et les désirs qui font vibrer les personnages et renforceraient leur lien avec le basket-ball dans ce contexte. Peut-être Gros bonnet fonctionnerait mieux en tant que film car il a du mal à maintenir l’histoire tout au long de sa course.

Comme Netflix Ginny et la Géorgie, il y a ici un décalage entre la façon dont les adultes et les adolescents sont écrits et représentés. Une scène crépitante entre Marvyn et l’entraîneur adjoint Holly (Jessalyn Gilsig) – pris en sandwich parmi beaucoup de remplisseurs hokey sur le fait de faire de son mieux et de jouer en tant que tEaM – est une rare exception au dialogue et au complot pour la plupart maladroits. Il y a tellement de séparation entre Marvin et ses nouvelles accusations que cela brouille chaque conflit; est-ce un écart générationnel? Un problème de genre? Une disparité de richesse et de privilège? Parce que ça peut être n’importe lequel ou les trois.

L’épisode 2 présente un enseignant aux vues académiques extrêmement élitistes (Toks Olagundoye) – et un accent anglais extrêmement chic pour le souligner. Elle se heurte à Marvyn et à sa fille sur la façon dont le sport éclipse les universitaires – ce qui est tout à fait valable mais mal argumenté dans l’émission. Bien sûr, l’éducation est importante; le nœud du scandale des admissions à l’université était que les parents aisés laissaient tomber l’apprentissage de leurs élèves et utilisaient parfois l’athlétisme pour se frayer un chemin dans les institutions d’élite. C’est une conversation plus large que Gros bonnet est prêt pour et dans lequel il ne peut pas s’engager au-delà de la peinture de Mme Grint comme une tuerie vilaine.

En fin de compte, Marvyn n’est pas le personnage que cette série pense être. Il est décrit dans l’épisode 1 comme «toxique», avec de vagues références plus tard à son mauvais traitement des joueurs universitaires et à jeter une chaise à au moins une occasion. Peut-être que la filmographie passée de Stamos est revenue le hanter, mais nous ne voyons jamais cette version de Marvyn. Il est belliqueux à propos de la formation des filles, mais pas plus que prévu, et a un faible pour elles dès le début à cause de sa propre fille. Tout conflit destiné à découler de la prémisse du poisson hors de l’eau est édulcoré jusqu’à l’impuissance. La taquinerie du directeur Thomas (Yvette Nichole Brown) “Vous vous connectez avec ces filles!” n’atterrit pas parce que Marvyn se connecte avec eux depuis le saut.

Gros bonnet est une émission parfaitement adéquate ciblant ostensiblement un public adolescent pour Disney +. Le casting profite au maximum des moments gênants, mais le sentiment persistant dans trois épisodes est que personne ne sait exactement dans quelle émission ils sont. Est-ce le FNL drame? La nouvelle comédie décalée? Comme tant d’autres émissions, peut-être Gros bonnet teste un tas de jeux possibles – et ne parvient pas à marquer.

Gros bonnet premières aujourd’hui sur Disney +, avec de nouveaux épisodes tous les vendredis.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.