Cœur de pirate: Québec Love

Malgré la prolifique carrière internationale qu’elle mène depuis plusieurs années, Béatrice Martin, alias Cœur de pirate, reste encore profondément attachée au Québec. On en a une nouvelle preuve avec son nouvel album instrumental au piano, Perséides.

L’automne dernier, pendant qu’elle tournait La Voix, Béatrice Martin s’est rendu compte que quelque chose ne tournait pas rond avec sa voix. «J’ai eu une grosse saison d’allergie, raconte-t-elle. Je restais tout le temps la voix rauque et je ne savais pas pourquoi.»

Une visite chez un otorhinolaryngologiste et le verdict tombait: elle avait un polype hémorragique. Au début mars, elle se faisait opérer.

Le médecin lui avait ensuite dit qu’elle devait grandement reposer sa voix durant les semaines suivantes. Encore la semaine dernière, quand on l’a attrapée au bout du fil, Béatrice ne pouvait se permettre de parler que 20 minutes par heure.


Coeur de pirate

Isolement inspirant

Déprimée et triste d’être en isolement et en silence forcés, Béatrice en a profité pour travailler sur l’un des rares projets qui lui étaient permis: un album instrumental.

«Je suis allée m’isoler dans un studio, seule avec un piano, raconte-t-elle. Ça faisait des mois que je n’avais pas le droit de chanter, à cause du polype, et j’avais comme une accumulation de musique dans ma tête. Ça m’a permis de faire le vide et de créer autrement.»

Parce qu’elle aime travailler de façon très spontanée, Béatrice Martin n’a pas trop procrastiné en concevant ce nouvel album. En tout, Perséides ne lui a pris que trois semaines à créer, indique-t-elle.

«Je ne suis pas quelqu’un qui prend son temps. Il y en a peut-être qui pourraient trouver que c’est bâclé, mais je trouve ça plutôt inspirant, de donner aux gens un aperçu de ce qui se passe dans mon cerveau.»

La dernière fois que Cœur de pirate avait travaillé sur un projet instrumental, c’était il y a plus de sept ans, pour l’excellente trame sonore du jeu vidéo d’Ubisoft Enfant de la lumière.

Souvenirs d’enfance

En regardant les titres des 10 pièces qui composent Perséides, on remarque assez rapidement que ce sont tous des toponymes québécois: Kamouraska, Isle-aux-Coudres, Les Éboulements, Frelighsburg, etc.

Ces titres ne sont pas anodins, puisqu’ils correspondent tous à des endroits que Béatrice a visités avec sa famille durant son enfance.

«Quand j’étais petite, mes parents me traînaient tout le temps partout au Québec, raconte-t-elle. Quand tu es enfant et que tes vacances sont aux Éboulements, tu ne comprends pas trop… Mais maintenant, c’est une façon, pour moi, de retrouver la beauté de ces souvenirs d’enfance là à travers la musique.»

«C’était aussi pour rendre hommage aux souvenirs de mes parents, ajoute-t-elle. C’est comme un cadeau que je leur fais, à eux. Je veux leur dire que, même si j’avais beaucoup chialé quand j’avais 15 ans, là, je suis contente (rires).»

Fière d’être Québécoise

Cet album se veut également une lettre d’amour adressée au Québec. «Je pense qu’on a pris la peine de redécouvrir le Québec, dans la dernière année. Je suis très fière d’être Québécoise, de savoir qu’on a tout ça. Nous, on voit tout le Québec en tournée… [mais pas nécessairement le public]. Cet album permet de le faire redécouvrir d’une autre façon, de partager ces souvenirs-là avec tout le monde.»

En raison de la pandémie, tout est relativement en suspens pour les concerts cette année. Le 15 août, Coeur de pirate devrait participer au festival Colline de Lac-Mégantic.

Il y a quelques jours, la chanteuse annonçait aussi qu’elle se croisait les doigts pour pouvoir aller jouer à Los Angeles le 16 septembre. «Je l’espère, dit-elle. On est toujours en train de reprogrammer des concerts. J’aimerais ça, pouvoir y aller. Mais est-ce que ça va se passer?»

Madame la présidente

Il y a quelques mois, Béatrice Martin devenait la présidente de son propre étiqueter, Bravo musique, après avoir racheté Dare to Care/Grosse Boîte. La compagnie tiendra d’ailleurs un événement virtuel le mois prochain avec plusieurs de ses artistes, dont Émile Bilodeau, Jérôme 50, Gab Bouchard et Mon Doux Saigneur.

Avec le recul, quel regard Béatrice porte-t-elle sur l’année 2020 mouvementée qu’elle a vécue?

«C’est drôle, parce que je n’ai rien fait pendant des mois, comme tout le monde! Tout d’un coup, c’est parti. Tout s’est passé en même temps. Ça m’a permis de me réinventer aussi, de me remettre en question, de me creuser les méninges et me redécouvrir.»

Le nouvel album de Cœur de pirate, Perséides, est offert sur toutes les plateformes. Elle sera en spectacle au festival Colline de Lac-Mégantic, le 15 août à 20h30. Pour plus d’infos: coeurdepirate.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick