EN PHOTOS | Arkells ramène The Rally à Hamilton, un spectacle de 848 jours en préparation

Arkells a ramené une deuxième manche du Rallye à Hamilton le week-end dernier – un concert de 848 jours en préparation.

“C’est loin du salon Casbah, notre tout premier concert à Hamilton”, a crié le chanteur Max Kerman à une mer d’environ 27 000 fans.

Le spectacle a couronné quelques jours d’énergie d’Arkell pompée dans la ville, après que le groupe a également fait venir des politiciens locaux, l’entraîneur des Raptors Nick Nurse, des représentants de Basketball Canada et des joueurs de tous âges pour célébrer l’ouverture d’un terrain de basket amélioré à Woodlands Park vendredi.

Les festivités de samedi ont débuté par une balade à vélo dirigée par des membres du groupe Hamilton lauréat d’un prix Juno jusqu’au Tim Hortons Field, où le groupe a joué pour la dernière fois lors du spectacle de la mi-temps de la Coupe Grey en décembre.

Le spectacle – qui était initialement prévu pour juin 2020 avant que la pandémie ne frappe – fait suite au succès de l’édition inaugurale 2018 de The Rally.

Cette année, le rappeur torontois Haviah Mighty, le chanteur américain K.Flay et le groupe Mt. Joy ont ouvert le bal. Arkells est monté sur scène vers 21h

De gauche à droite : Marc-Anthony Armenio, résident de Hamilton; Hayley Downer, qui vit à Belleville ; Rachel Percy de Pickering; et Evan McLaughlin de Timmins. Les amis, qui se sont rencontrés pendant leurs études à l’Université de Guelph, se sont réunis à Hamilton pour le spectacle. (Eva Salinas/CBC)
Deux personnes souriantes se tiennent ensemble devant une foule et une scène, l'une portant une chemise Arkells.
Les résidents de Hamilton, Wendy Lai et Jordan Wilde, ont acheté leurs billets pour la date initiale de juin 2020. (Eva Salinas/CBC)
Arkells a amené The Rally à Hamilton pour la deuxième fois le 25 juin 2022. (Eva Salinas/CBC)
Deux personnes se tiennent l'une à côté de l'autre en souriant.
Dylan Garlow, des Six Nations de la rivière Grand, a assisté au spectacle avec son ami Ryan Pineau, de Hamilton. C’était la première fois que Garlow voyait le groupe, mais il dit qu’il aime “la musique en direct, quel que soit le concert” et a essayé de soutenir les artistes autant qu’il le pouvait tout au long de la pandémie. (Eva Salinas/CBC)
Un homme chante sur une scène éclairée de lumières bleues.
Le spectacle ressemblait à Noël, a déclaré le chanteur Max Kerman, après une si longue attente pour le tenir. (Eva Salinas/CBC)
Deux jeunes femmes se tiennent debout, les visages proches, chacune souriante.
Gillian Moore, à gauche, et son amie Mikayla Manners, sont toutes deux de Hamilton. Moore a déclaré que le spectacle était son tout premier concert. (Eva Salinas/CBC)
Un groupe de sept personnes se presse devant une foule nombreuse dans un stade.
Rodrigo Narro Pérez, en bas à droite, est venu au spectacle avec un groupe d’amis. Narro Pérez a étudié à l’Université McMaster, où les membres du groupe Arkells se sont rencontrés pour la première fois il y a plus de 15 ans. (Eva Salinas/CBC)
Un homme monte sur scène devant une foule.
Le chanteur d’Arkels Max Kerman. (Eva Salinas/CBC)
Deux personnes se tiennent côte à côte, l'une avec un chapeau Arkells.
Le super fan d’Arkell, Justice Hargrove, à gauche, de Windsor, en Ontario, voyait le groupe pour la 17e fois. Hargrove a assisté au spectacle avec son amie Nikki Douglas, d’Ajax, en Ontario. “Voir tous ces gens ici représenter leur ville natale est plutôt beau”, a déclaré Hargrove. (Eva Salinas/CBC)
Des milliers de personnes remplissent un stade Tim Hortons Field sombre, avec une scène éclairée au loin.
Environ 27 000 personnes ont assisté au spectacle au Tim Hortons Field. Une première édition a eu lieu en 2018. (Eva Salinas/CBC)
Six enfants sont assis sur un comptoir à la suite, tenant une serviette Arkells.
Jeunes fans, de gauche à droite : Madeleine, 6 ans, Owen, 8 ans, Kelan, 7 ans, Xavier, 6 ans, Henry, 9 ans et Avery, 9 ans, tous de la région de Milton. (Eva Salinas/CBC)
Un homme se tient dos à la caméra, le mot Arkells est imprimé au dos de sa chemise.
(Eva Salinas/CBC)

Lire aussi  Unilatéral et dangereux pour le monde

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick