FabCollab a offert aux femmes artistes de couleur cette chose rare pendant une pandémie: un bon concert payé

Paromita Kar est en train de boucler la boucle. Le dernier concert en direct que le danseur basé à Hamilton avait réservé était au Musée Aga Khan, annulé en mars 2020 lorsque la pandémie a entraîné un verrouillage culturel à grande échelle.

Kar revient au musée pour son premier concert en direct en 18 mois samedi: le “Women in Song: Strange Darlings” à guichets fermés, un couple intrigant de danse et de performance musicale, et le premier événement payant du musée depuis le début du verrouillage.

“(Le spectacle) rassemble toutes ces femmes différentes et nous sommes toutes liées par l’art”, a déclaré Kar, qui se produira aux côtés de Tara Moneka, une jeune chanteuse irakienne qui a remporté l’équivalent de “The Voice” dans ce pays.

Tout cela est dû à FabCollab, l’idée originale de Tamar Ilana, chanteuse et danseuse d’origine juive et autochtone, et de son partenaire Ali Wasti. Ils ont créé le collectif artistique pour offrir des opportunités de performance aux femmes de la communauté BIPOC (noir, autochtone, personnes de couleur).

« Je me suis rendu compte que ce sont les communautés qui sont probablement les plus touchées (par la pandémie). Les communautés du BIPOC étaient déjà sous-représentées, luttaient déjà pour être entendues et vues et maintenant plus de concerts », a déclaré Ilana.

«Alors, comment pouvons-nous être le pont entre ces communautés que j’ai aimées et dans lesquelles j’ai travaillé, et dont je fais partie depuis si longtemps, et un public qui est assis à la maison. Comment pouvons-nous être ce pont ? » elle a dit.

Lire aussi  Max Parker trouve Catharsis avec 'Fly Away (Feel Good)' | Nouvelles

Depuis juin 2020, le groupe crée des concerts virtuels en direct, qui ont été vus par plus de 100 000 personnes. Dans le processus, ils ont donné du travail – un travail rémunéré – à plus de 100 femmes artistes et interprètes grâce à des collaborations avec des agences gouvernementales, des organisations à but non lucratif et des entreprises privées. Plus récemment, FabCollab est revenu au spectacle vivant, y compris le spectacle à l’Aga Khan.

« Du point de vue d’un artiste, ça a été un tel plaisir, un vrai plaisir, de pouvoir appeler des artistes et de leur offrir un bon concert pendant la pandémie. Cela a été le meilleur sentiment au monde », a déclaré Ilana, une artiste en tournée pendant plus d’une décennie avant que la pandémie ne frappe.

Parmi les partenaires financiers avec lesquels FabCollab a travaillé : Patrimoine canadien et le Conseil des arts du Canada, le Conseil des arts de l’Ontario, la ville de Toronto à travers son projet Cultural Hotspot SPARK, et les organismes à but non lucratif Music Performance Trust Fund et FACTOR Canada. Le Centre national des Arts diffuse l’émission de samedi puisqu’il a déjà donné trois concerts. Le groupe a également travaillé avec Small World Music, Lula Lounge et le Guild Festival Theatre.

Nicky Lawrence, acteur, écrivain et producteur de longue date, interprétera “Ugly Black Woman”, une chanson qui fait partie d’un spectacle qu’elle a créé sur ses expériences négatives de travail au Shaw Festival.

Lawrence a déclaré qu’elle était impressionnée par la capacité de FabCollab à trouver le financement pour mettre de l’argent dans les poches des artistes.

Lire aussi  Résultats et notes de WWE SmackDown: Vince McMahon et Finn Balor reviennent

«Ils sont en mesure de s’assurer que tous leurs artistes sont payés équitablement et équitablement. Ils ne viennent pas nous voir pour nous dire qu’ils vont nous payer en étant exposés. Ils nous paient de l’argent. Je pense que souvent les gens diront « Voulez-vous faire ça pour vous faire connaître ? » Et c’est comme, ‘Non, j’ai un loyer, j’ai une hypothèque, j’ai un enfant à nourrir’ », a déclaré Lawrence.

Lawrence a déclaré que le succès du groupe artistique est également un signe que les principaux organismes de financement comme le Conseil des Arts du Canada voient la valeur du travail des femmes dans la communauté BIPOC.

“Les organismes subventionnaires commencent à voir, oh, ces femmes et leurs histoires gagnent de l’argent, elles ont un public qui dépensera de l’argent et voudra les voir”, a-t-elle ajouté.

Ilana a déclaré qu’il existe un vaste bassin de talents féminins du BIPOC et de nombreuses opportunités à venir alors que les performances en direct reviennent progressivement aux niveaux d’avant la pandémie.

« Il y a certainement de la place pour la croissance. J’adorerais m’étendre à l’extérieur de Toronto et devenir d’abord national, puis international, et contacter des artistes du monde entier et voir quelles collaborations peuvent être possibles. Vous pouvez tout faire lorsque vous travaillez avec les meilleurs musiciens, danseurs et interprètes.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick