Home » Field Music: Critique de Flat White Moon – l’équipe cérébrale adoucit ses arêtes vives | Musique de terrain

Field Music: Critique de Flat White Moon – l’équipe cérébrale adoucit ses arêtes vives | Musique de terrain

by Les Actualites

FLes adeptes de Field Music de Sunderland – David et Peter Brewis et leurs associés – se délectent du funk cérébral et rythmé du groupe. Toute simplification de leur sensibilité filigranée pourrait être considérée comme abominable. Mais simplifier, c’est précisément ce que Field Music a fait. Do Me a Favor est une chanson pop à couper le souffle avec un temps 4/4 et des accords simples rehaussés par l’élasticité des faussets jumeaux des frères. Avec un clin d’œil ironique, la vidéo de No Pressure décompose littéralement la piste pour l’auditeur.

L’album d’où proviennent ces chansons – Lune blanche plate, le huitième du groupe – est livré avec toutes sortes de branches d’olivier, réprimant les instincts les plus répugnants des frères et renforçant leur amour du soft rock. Les harmonies douces des Beatles et les signatures rythmiques respectueuses du corps sont au premier plan; les mélodies peu orthodoxes du groupe apparaissent comme inspirées, plutôt que comme une poignée de main secrète échangée entre initiés; beaucoup d’émotion est emballée dans ces paroles précises.

Not When You’re in Love parvient à rappeler Talk Talk plutôt que XTC, une chanson dans laquelle Brewis propose en fait de «tirer la merde» avec quelqu’un. Partout, on a le sentiment d’être entre de bonnes mains, en phase avec les Brewise plutôt que d’être simplement impressionné par eux.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.