Guided By Voices: Tremblers and Goggles By Rank review – un bel ajout à un illustre héritage indépendant | Guidé par les voix

jeIl est juste de supposer que Robert Pollard n’a jamais souffert du blocage de l’écrivain : il s’agit du 14e album depuis qu’il a redémarré Guided By Voices pour la deuxième fois en 2016. Remarquablement, le contrôle de la qualité à cette époque a à peine faibli, chaque disque frappant un subtilement différent. équilibre entre des prises de powerpop fragmentaires Drapeau rose-era Wire et des styles de prog plus denses musicalement.

Trembleurs… tombe tout à fait dans ce dernier camp, avec une tendance pour des chansons plus longues et plus discursives (Who Wants to Go Hunting se rapproche à six minutes sans précédent), leurs rebondissements imprévisibles entrecoupés de non-séquences lyriques («Je porte ma chemise out/ I want you to see my clown ») et une multitude de crochets magnifiques. Cartoon Fashion (Bongo Lake) est particulièrement bien, tout comme les premiers Goggles By Rank inspirés par Who. La fanfare de Roosevelt, cependant, avance de façon peu spectaculaire et bien qu’Alex Bell ne veuille pas d’idées (ou de fausses fins), toutes ne sont pas vraiment bonnes. En tant qu’album, il ne se rapproche jamais de Guided By Voices à son apogée au milieu des années 90; ce n’est même pas le meilleur de cette incarnation du groupe (c’est peut-être celui de 2019 Chaîne et trame). Mais c’est encore un autre ajout solide à l’un des canons les plus impressionnants du rock indépendant américain.

Lire aussi  Daniel Radcliffe suspendu avec Weird Al Yankovic sur le tournage d'un nouveau biopic

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick