Israël frappe à Gaza la maison du chef du Hamas et détruit le bureau de l’AP

GAZA CITY, bande de Gaza (AP) – Israël a critiqué la bande de Gaza avec des frappes aériennes samedi, dans une escalade dramatique qui comprenait le bombardement de la maison d’un haut dirigeant du Hamas, tuant une famille de 10 personnes dans un camp de réfugiés – la plupart d’entre eux des enfants – et pulvérisant un gratte-ciel qui abritait l’Associated Press et d’autres médias.

Le groupe militant du Hamas a continué un flot de roquettes en Israël, y compris un barrage de fin de nuit sur Tel Aviv. Un homme a été tué lorsqu’une roquette a frappé sa maison dans une banlieue de la métropole balnéaire.

Avec un envoyé américain sur le terrain, les appels ont augmenté pour un cessez-le-feu après cinq jours de chaos qui ont fait au moins 145 morts palestiniens à Gaza – dont 41 enfants et 23 femmes – et huit morts du côté israélien, tous sauf un ces civils, dont un enfant de 5 ans. Le président américain Joe Biden, qui a appelé à une désescalade mais a soutenu la campagne israélienne, s’est entretenu séparément par téléphone avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président palestinien Mahmoud Abbas.

Pourtant, Israël a intensifié son assaut, jurant de briser les capacités des dirigeants du Hamas de Gaza. La semaine de violence meurtrière, déclenchée par une roquette du Hamas lundi, est survenue après des semaines de tensions croissantes et de mesures israéliennes sévères dans Jérusalem contestée.

Samedi, Israël a bombardé la maison de Khalil al-Hayeh, un haut responsable de la branche politique du Hamas, affirmant que le bâtiment faisait partie de «l’infrastructure terroriste» du groupe. Il n’y a eu aucun rapport immédiat sur le sort d’al-Hayeh ni sur aucune victime.

Le bombardement de la maison d’al-Hayeh a montré qu’Israël étendait sa campagne au-delà des seuls commandants militaires du groupe. Israël dit avoir tué des dizaines de membres dans la branche militaire du Hamas, bien que le Hamas et le petit groupe du Jihad islamique n’aient reconnu que 20 membres morts.

Depuis le début du conflit, Israël a rasé un certain nombre des plus hauts bureaux et immeubles résidentiels de la ville de Gaza, alléguant qu’ils abritent des éléments de l’infrastructure militaire du Hamas. Samedi, il s’est tourné vers le bâtiment de 12 étages al-Jalaa, où se trouvent les bureaux de l’AP, la chaîne de télévision Al-Jazeera et d’autres médias, ainsi que plusieurs étages d’appartements.

« La campagne se poursuivra aussi longtemps que nécessaire », a déclaré Netanyahu dans un discours télévisé samedi soir. Il a allégué que le renseignement militaire du Hamas opérait à l’intérieur du bâtiment. Israël cite régulièrement la présence du Hamas comme raison de cibler certains endroits lors de frappes aériennes, y compris des bâtiments résidentiels. L’armée a également accusé le groupe militant d’utiliser des journalistes comme boucliers humains, mais n’a fourni aucune preuve pour étayer ses affirmations.

L’AP a opéré depuis le bâtiment pendant 15 ans, y compris au cours de trois guerres précédentes entre Israël et le Hamas, sans être directement ciblé. Pendant ces conflits ainsi que le conflit actuel, les caméras de l’agence de presse depuis son bureau au dernier étage et sa terrasse sur le toit ont offert des prises de vue en direct 24 heures sur 24 alors que les roquettes de militants se sont arquées vers Israël et que les frappes aériennes israéliennes ont martelé la ville et ses environs.

Dans l’après-midi, l’armée a appelé le propriétaire du bâtiment et a averti qu’une grève aurait lieu dans l’heure. Le personnel de l’AP et les autres occupants ont évacué en toute sécurité

Peu de temps après, trois missiles ont frappé le bâtiment et l’ont détruit, le faisant s’écraser dans un nuage de poussière géant.

«Le monde en saura moins sur ce qui se passe à Gaza à cause de ce qui s’est passé aujourd’hui», a déclaré le président-directeur général de l’AP, Gary Pruitt, dans un communiqué. «Nous sommes choqués et horrifiés que l’armée israélienne cible et détruise le bâtiment abritant le bureau de l’AP et d’autres agences de presse à Gaza.»

«C’est une évolution incroyablement troublante. Nous avons évité de justesse une terrible perte en vies humaines », a-t-il dit, ajoutant que l’AP cherchait des informations au gouvernement israélien et était en contact avec le département d’État américain pour en savoir plus.

Mostefa Souag, directeur général par intérim d’Al-Jazeera Media Network, a qualifié la grève de «crime de guerre» visant à «faire taire les médias et à cacher le carnage et les souffrances indicibles de la population de Gaza».

Plus tard dans la journée, l’attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a tweeté que les États-Unis avaient «communiqué directement aux Israéliens que garantir la sûreté et la sécurité des journalistes et des médias indépendants est une responsabilité primordiale».

Aux petites heures du matin samedi, une autre frappe aérienne a frappé un immeuble dans le camp de réfugiés densément peuplé de la ville de Gaza de Shati, tuant deux femmes et huit enfants.

Mohammed Hadidi a déclaré aux journalistes que sa femme et celle de son frère s’étaient réunies à la maison avec leurs enfants pour célébrer la fête de l’Aïd al-Fitr mettant fin au mois sacré islamique du Ramadan. Le seul survivant était le fils de Hadidi, âgé de 5 mois, Omar.

L’explosion a laissé la chambre des enfants couverte de gravats et a détruit le salon. Au milieu de l’épave se trouvaient des jouets pour enfants, un jeu de société Monopoly et, assis sur le comptoir de la cuisine, des assiettes de nourriture inachevées du rassemblement de vacances.

Chargement…

Chargement…Chargement…Chargement…Chargement…Chargement…

«Il n’y a pas eu d’avertissement … Vous avez filmé des gens en train de manger et ensuite vous les avez bombardés?» a déclaré un voisin, Jamal Al-Naji, faisant référence à la surveillance israélienne sur la bande de Gaza.

L’armée israélienne n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Dans son appel avec Netanyahu, Biden a exprimé son «soutien ferme» à la campagne d’Israël, mais a fait part de ses préoccupations concernant les victimes civiles et la protection des journalistes, a déclaré la Maison Blanche.

Les attentats à la bombe ont eu lieu un jour après l’arrivée du diplomate américain Hady Amr en Israël dans le cadre des efforts de Washington pour désamorcer le conflit. Israël a rejeté une proposition égyptienne de trêve d’un an que les dirigeants du Hamas avaient acceptée, a déclaré vendredi un responsable du renseignement égyptien sous couvert d’anonymat pour discuter des négociations.

Les médiateurs égyptiens, qui travaillent en étroite collaboration avec Israël sur les questions de sécurité et partagent une frontière avec la bande de Gaza dirigée par le Hamas, semblaient de plus en plus alarmés. Le responsable du renseignement a déclaré que l’Égypte espérait que l’intervention américaine pourrait mettre fin à l’assaut israélien. Le Conseil de sécurité de l’ONU devait se réunir dimanche.

Les tensions ont commencé à Jérusalem-Est au début du mois, lorsque les Palestiniens ont protesté contre les tentatives des colons d’expulser de force un certain nombre de familles palestiniennes de leurs maisons et les mesures de la police israélienne à la mosquée Al-Aqsa, un point d’éclair fréquent situé sur un mont dans la vieille ville vénérée par Musulmans et juifs.

Le Hamas a tiré des roquettes vers Jérusalem lundi soir, déclenchant l’assaut israélien sur Gaza. Depuis lors, le Hamas a tiré plus de 2 000 roquettes, même si la plupart ont échoué ou ont été interceptées par des défenses antimissiles. Les avions de combat et l’artillerie israéliens ont frappé des centaines de cibles autour de Gaza sous blocus, où vivent quelque 2 millions de Palestiniens.

Les troubles ont également débordé ailleurs, alimentant les manifestations en Cisjordanie occupée et attisant la violence en Israël entre ses citoyens juifs et arabes, avec des affrontements et des attaques de justiciers contre des personnes et des biens.

Les Palestiniens ont marqué samedi le Jour d’al-Nakba, ou «la Catastrophe», commémorant les quelque 700 000 personnes qui ont été expulsées ou ont fui leurs maisons dans ce qui était maintenant Israël pendant la guerre de 1948 entourant sa création. Des milliers d’arabes israéliens ont défilé lors d’un rassemblement de la Nakba dans la ville de Soukhnine, au nord d’Israël, et des manifestations éparses ont eu lieu en Cisjordanie.

Les responsables palestiniens de la santé ont rapporté samedi la mort de deux Palestiniens par les tirs israéliens en Cisjordanie. L’une des fusillades a eu lieu lorsque l’armée a déclaré qu’elle avait contrecarré un présumé écrasement de voiture.

___

Keath a rapporté du Caire. Les rédacteurs d’Associated Press Bassem Mroue à Beyrouth et Samy Magdy au Caire ont contribué.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick