La fin de Marie-Antoinette de Sofia Coppola expliquée

Fin expliquée est une série récurrente dans laquelle nous explorons les finales, les secrets et les thèmes de films et d’émissions intéressants, nouveaux et anciens. Cette fois, nous analysons les implications historiques et esthétiques de Marie-Antoinette de Sofia Coppola.


Si vous entrez dans Sofia CoppolaLe biopic rose de la musique pop millénaire de Marie-Antoinette avec une connaissance préalable de la dernière reine de France, c’est probablement sa mort. Cela et la ligne sur le gâteau.

Mais ce que Coppola établit avec la première image du film, c’est que tout sens du contexte que vous avez laissé du cours d’histoire ne vous aidera pas ici. Entre les génériques d’ouverture de 2006 Marie Antoinette, alors que les riffs de guitare de «Natural’s Not In It» du groupe post-punk Gang of Four sont joués, il y a une brève photo de Kirsten Dunstle caractère de titre de. Elle se prélasse avec un domestique qui s’occupe d’elle alors qu’elle lèche le glaçage de son doigt. Marie brise le quatrième mur et pencha sournoisement la tête comme pour demander au spectateur: «Quoi? Vous attendiez un documentaire?

Au cours des deux heures suivantes, le film raconte le mariage de l’archiduchesse de quatorze ans avec l’héritier présumé Louis XVI (Jason Schwartzman) comme unification entre leurs pays d’Autriche et de France, son éventuelle montée au trône et ses singeries en tant que reine. Le film porte ses anachronismes sur ses manches en soie – la musique contemporaine et les baskets Converse en sont quelques-uns des exemples les plus remarquables. Ces incongruités ont été évaluées de manière experte par Roger Ebert, qui a noté que «Marie semble penser qu’elle est une adolescente vivant dans le présent, ce qu’elle est bien sûr».

Pour le personnage, elle vit dans son moment, et Coppola semble n’avoir épargné aucune dépense pour capturer les indulgences de Marie dans toutes les parures que l’aristocratie française a à offrir. Mais Marie est aussi profondément seule, même si elle n’est jamais seule. Son mari se désintéresse d’elle et sa cour ne pardonne jamais totalement les allégeances extérieures que trahit son sang autrichien. Peu importe à quel point le ton du film peut parfois être optimiste, il est toujours sympathique à Marie, et aucune musique de The Strokes ne peut surmonter les connaissances existantes selon lesquelles, tôt ou tard, cette reine sera décapitée dans une révolution.

Cela nous amène à la finale du film. Le peuple français a pris d’assaut la Bastille et a commencé à se rassembler à l’extérieur de Versailles, la résidence royale. Marie monte sur son balcon et baisse la tête sur la balustrade, un geste symbolique qui préfigure sa mort. Cela apaise les émeutiers, mais seulement brièvement. C’est aussi une reconnaissance qui s’étend à ceux du public qui regardent avec une curiosité morbide sur la façon dont, le cas échéant, Coppola pourrait décider de télégraphier la mort sanglante de Marie.

Mais ce symbolisme est ce qui se rapproche le plus d’une image de Marie à la guillotine. Marie Antoinette se termine avec Marie et sa famille quittant le palais au lever du soleil. Conformément à un film qui permet surtout à Marie de vivre dans le présent, il est normal que, tout comme elle ne sait pas où elle est emmenée, il n’y ait aucune exposition pour nous l’expliquer. Au lieu de cela, alors que Marie se retourne pour apercevoir Versailles une dernière fois, elle commente qu’elle dit au revoir. Cette maison a été à la fois un palais et une prison et une aire de jeux, et elle comprend intuitivement que cette image de séparation sera sa dernière.

Marie Antoinette Sunset Window

C’est aussi là que le film se termine presque. Presque. Tout comme Marie Antoinette s’ouvre par un bref tableau, il se termine par un aussi.

Mais d’abord, il pourrait être utile de savoir ce que Coppola laisse hors de l’écran. Dans la vraie vie, la Révolution française commence en 1789. Cette même année, Louis XVI, Marie et leur famille quittent Versailles et s’installent aux Tuileries, un palais parisien. À un moment donné, ils ont tenté de s’échapper mais ont été capturés et renvoyés. En 1792, les membres de la famille royale ont été emprisonnés et la monarchie a été abolie. Au début de 1793, alors que le règne de la terreur prenait de l’ampleur, Louis fut exécuté à la guillotine, et en octobre de la même année, Marie fut jugée pour trahison et également décapitée.

Mais rien de tout cela n’est relayé dans le film, pas même avec une carte de titre finale qui fournit des informations historiques. Au lieu de cela, l’image finale est celle de la chambre de Marie après avoir été saccagée par des émeutiers. Sur le plan du fait historique, il ne nous dit presque rien sur la révolution que nous n’ayons déjà déduit. Mais d’une manière beaucoup plus significative, ce plan unique résume tant d’intérêts thématiques de Coppola.

Chambre Marie Antoinette saccagée

Tout au long du film, l’idée que le monde entier de Marie est son palais est maintes fois soulignée. En termes de tracé, très peu de séquences se déroulent en dehors de Versailles. Mais même au-delà de cela, les costumes et la scénographie réaffirment souvent le lien visuel entre les deux. Les robes fleuries élaborées de Marie la camouflent avec le papier peint aux motifs similaires. Sa chemise de nuit blanche se fond dans son couvre-lit blanc lorsqu’elle est accueillie le matin – une image qui présente simultanément la jeune reine comme angélique et se moque des implications de sa pureté dans un mariage non consommé tandis que Marie est ridiculisée pour ne pas avoir produit d’héritier. À d’autres moments, les costumes de Marie lui permettent de se démarquer. Au dîner avec son mari, le gouffre qui les sépare est souligné par sa robe vibrante, rose comme un macaron à la framboise, et sa palette beaucoup plus feutrée.

Mur floral Kirsten Dunst

Le coup final est l’autre chaussure qui tombe sur ces images. Tout comme sa vie décadente se reflétait dans l’opulence de son environnement, son destin imminent se reflétait également dans la dévastation de son ancienne maison. C’est aussi, en accord avec l’une des plus grandes forces de Coppola en tant que cinéaste, terriblement triste dans sa simplicité. Aussi beau que soit Versailles (d’autant plus que Coppola y a eu un accès sans précédent au cinéma), il est tragiquement creux que ce soit tout ce qu’il y a à montrer pour une vie vécue là-bas. Le film nous a livré avec sympathie des morceaux de la vie de Marie, ses joies et ses peines, mais il ne reste qu’à la fin une chambre pillée.

Quand Marie dit au revoir à son palais, elle ne sait pas ce qui l’attend. Elle ne connaît pas son éventuel emprisonnement et son procès. Elle ne sait pas qu’un jour elle sera transportée dans les rues de Paris puis exécutée publiquement. Elle ne sait certainement pas quel sera son héritage. Elle sait seulement à ce moment-là que sa sécurité a été violée et la finalité de cela. Comme Coppola le voit, pour le meilleur ou pour le pire, Marie a été le monde que d’autres personnes avaient construit pour elle. Il suffit de voir la destruction de l’un pour comprendre l’implication de l’autre. Voir les deux serait inutile. Et pour une fois, à cet égard, il n’est peut-être pas nécessaire d’en abuser.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick