L’acteur torontois Paul Soles de la série animée Spider-Man des années 1960 est décédé à 90 ans

L’acteur torontois Paul Soles, qui a interprété le rôle principal dans la série animée originale «Spider-Man» de Stan Lee et Hermey l’elfe dans «Rudolph le renne au nez rouge», est décédé.

Sa sœur, Ruth-Ellen Soles, dit qu’il est décédé de causes naturelles mercredi dernier chez lui à Toronto.

Il avait 90 ans.

Soles a été le premier acteur à jouer l’adolescent Peter Parker et son alter-ego propulsé par les arachnides à l’écran dans «Spider-Man» dans les années 1960.

Dans une interview accordée à La Presse canadienne en 2018, il a déclaré qu’il était initialement «perdu» sur la façon de dépeindre le rôle, en partie parce qu’il ne se sentait pas comme un super-héros en grandissant.

Mais il s’est avéré que Lee voulait que Spidey ait plus de caractéristiques humaines que les autres héros de l’époque. Soles a déclaré qu’il s’identifiait au sentiment du personnage adolescent d’être un étranger parmi ses pairs.

«J’étais comme le proverbial faible de 19 livres qui se fait botter le sable au visage», a déclaré Soles.

«Je ne me suis jamais considéré comme un super-héros ou comment il sonnerait. Mais comme il s’est avéré au fil des ans, c’est ce que Lee voulait apparemment.

Soles est né et a grandi à Toronto de parents Arthur L. Soles et Lillian (née Goodfellow), d’origine juive polonaise / lituanienne. Il avait deux frères et sœurs.

«C’était une personne formidable, c’était une personne gentille, c’était une personne éthique, il était extrêmement drôle», a déclaré Ruth-Ellen Soles lundi dans une interview.

Soles a travaillé dans des stations de radio pendant ses études à l’Université Western à Londres, en Ontario, et a abandonné après sa troisième année pour travailler à temps plein dans l’entreprise, ce qui l’a amené à accepter un emploi dans une base aérienne militaire de l’OTAN en Allemagne dans les années 1950.

Lire aussi  Disney rapporte une augmentation du nombre d'abonnés Disney + au cours du dernier trimestre

En 1962, il est retourné à Toronto, a épousé sa femme Jean (née Allan) et a occupé pendant longtemps un poste de coanimateur à l’émission «Take-30» de CBC-TV.

Ses autres crédits à cette époque comprenaient la série de sketchs comiques de CBC-TV «Charlie en avait un mais il ne l’a pas aimé, alors il nous l’a donné» et le jeu télévisé du diffuseur public «This Is The Law».

Soles a également joué sur scène au Canada et aux États-Unis, mais ses rôles en tant que Spider-Man et Hermey, l’elfe inadapté et l’acolyte de Rudolph de l’émission spéciale d’animation image par image de 1964 sont devenus une partie du lexique culturel. Ils feraient de lui un incontournable des conventions de bandes dessinées pendant des années.

«Spider-Man» a été produit au Canada et aux États-Unis et a été diffusé sur ABC de 1967 à 1970 avec une distribution majoritairement canadienne.

Soles a déclaré que son éducation l’avait aidé à s’identifier à l’angoisse adolescente du super-héros du quartier sympathique, notant qu’il se sentait parfois comme s’il n’était pas accepté «par la grande majorité» alors qu’il grandissait juif à Toronto à partir de 1930.

«Cela m’a aidé à trouver un terrain d’entente pour pouvoir au moins jouer le personnage avec ces caractéristiques, avec ces qualités que je pense que Stan avait à l’esprit», a-t-il déclaré.

«Cela, dans un sens, était un peu un lien et pourquoi c’était amusant de faire le personnage.»

Les honneurs de Soles comprenaient un prix Écrans canadiens 2017 pour le meilleur acteur dans la série numérique «My 90-Year Old Roommate». Il était profondément attaché à son métier et avait également des passions pour les voitures, la musique jazz et l’aviation, dit sa famille.

Lire aussi  Avoir une réponse plus intense à la 2e dose de vaccin COVID-19 ? Voici pourquoi - National

Chargement…

Chargement…Chargement…Chargement…Chargement…Chargement…

«Je l’ai idolâtré et je voulais faire tout ce qu’il faisait et qu’il me laisserait faire avec lui», a déclaré sa sœur.

«Et à tous ceux à qui j’ai parlé au fil des ans, la première chose qui sortait toujours de leur bouche était:« C’était une personne si honnête et gentille », et j’en suis fier.»

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 31 mai 2021.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick