Le Ballet national lance sa saison avec des représentations extérieures gratuites

Le Ballet national du Canada lance officiellement sa saison 2022/2023 le 16 août avec des soirées gratuites en plein air qui présentent les danseurs de la compagnie dans un répertoire nouveau et existant, accompagnés en direct par son orchestre au complet, tout en présentant le travail d’artistes locaux de danse contemporaine dans une gamme variée de styles.

C’est la deuxième année consécutive que le Ballet national s’associe au Harbourfront Centre pour produire « Sharing the Stage » sur la scène de concert couverte de 1 100 places au bord de l’eau ; mais c’est la première fois que l’entreprise est en mesure de le faire comme elle l’a toujours voulu.

L’été dernier, lors de ses premières représentations en direct depuis le début des fermetures pandémiques en mars 2020, le Ballet national est retourné au Harbourfront Centre pour la présentation inaugurale « Sharing the Stage ». Rendu possible grâce au financement pluriannuel de l’initiative « Staging Change » de la Fondation Metcalf, il fait partie d’un projet plus vaste de compagnie visant à s’engager auprès de la communauté diversifiée de la danse contemporaine de Toronto.

L’été dernier, en raison des mandats de santé publique continus qui imposaient des restrictions difficiles sur la façon dont les danseurs pouvaient répéter et interagir, les compagnies invitées extérieures du Ballet national n’ont pas pu être intégrées aux spectacles du soir aux côtés de ses propres membres. Au lieu de cela, les compagnies invitées ont reçu leurs propres représentations discrètes en matinée sur la scène de concert. Cette année, les cinq spectacles d’environ une heure, organisés en deux programmes, seront de véritables performances mixtes mettant en vedette des œuvres commandées par les chorégraphes Natasha Powell et Ethan Colangelo, torontois en plein essor. Parmi les compagnies invitées figurent Holla Jazz, la compagnie primée Dora de Powell, l’artiste de danse autochtone Samantha Sutherland, le danseur de kathak Tanveer Alam et la compagnie « néo absurde » autoproclamée d’Alyssa Martin, Rock Bottom Movement.

Lire aussi  La guitare abattue par Keith Richards pour passer sous le marteau - Music News

Martin a pu profiter d’une résidence de deux semaines au Ballet national pour retravailler une œuvre antérieure qu’elle avait développée avec des étudiants de l’Université métropolitaine de Toronto en « DINO », une œuvre de 20 minutes pour sept danseurs.

“Ce fut un tel cadeau d’avoir la chance de plonger dans cette nouvelle création”, a déclaré Martin. « Nous sommes honorés de donner à notre danse sa première à domicile aux côtés du travail de ces chorégraphes très célèbres et de la communauté du Ballet national. Ça ne devient pas plus spécial que ça.

Les spectacles ont été programmés conjointement par la directrice artistique du Ballet national, Hope Muir, et Robert Binet, qui détient le titre de curateur et producteur, CreativAction et Special Initiatives. Binet a recherché de manière proactive des artistes de danse torontois locaux intéressés à profiter de ce que « Sharing the Stage » a à offrir.

“Nous avons travaillé sur l’établissement de relations avec des compagnies de danse à travers la ville”, a expliqué Binet. “C’est un engagement à long terme.”

“Je voulais que ces performances mènent à la nouvelle saison et montrent également l’étendue de notre répertoire”, a déclaré Muir.

Par exemple, bien que la nouvelle œuvre de Wayne McGregor inspirée de Margaret Atwood, “MADDADDAM”, soit toujours en préparation pour sa première fin novembre, Muir a programmé des extraits du hit à succès de McGregor “Chroma” avec sa puissante partition de Joby Talbot.

“C’est une belle façon de montrer à quel point le ballet peut avoir un impact”, a déclaré Muir.

Bien que la scène de concert ne soit pas très accueillante pour danser – pas d’ailes, par exemple, et pas les meilleures lignes de vue si vous aimez voir les pieds des danseurs – le charme du décor extérieur le soir est inégalable.

Lire aussi  Technologie et jeu en ligne - Et maintenant?

“Il y a quelque chose de si spécial à regarder un ballet en plein air”, a déclaré la PDG du Harbourfront Centre, Marah Braye. Elle voit le partenariat du Ballet national comme un complément estival idéal à la saison de danse contemporaine canadienne et internationale de son organisme.

Bien qu’une brise fraîche du lac puisse potentiellement présenter un danger pour les danseurs – sans parler du bruit des bateaux de fête qui passent – c’est généralement quelque chose qu’ils attendent avec impatience.

« C’est vraiment bien d’être sur scène si tôt dans la saison », a déclaré la première danseuse Heather Ogden, qui dansera « After the Rain » de Christopher Wheeldon en compagnie d’Harrison James.

Le site extérieur au bord de l’eau a également une signification nostalgique pour Ogden.

“C’est là que j’ai dansé ma première Juliette, le balcon pas de deux, en tant que jeune membre du corps.”

La résidence du Harbourfront Centre du National Ballet ne se limite pas aux représentations en soirée. À 18 h, avant chaque spectacle, la compagnie lance une invitation générale à venir « danser avec nous » dans une série de cours gratuits en plein air dispensés par des artistes locaux dans une gamme de styles, des claquettes au jazz en passant par la danse classique indienne.

Pour ceux qui ne sont pas épuisés par leurs efforts, chaque soirée se poursuit avec des sessions « Shoe + Tell » à 19 h sur la scène de concert où vous pouvez entendre des artistes de la danse expliquer et démontrer comment la chorégraphie que vous voyez est faite. Outre les membres des compagnies invitées, le 18 août, vous pourrez enrichir votre appréciation de « The Collective Agreement », une œuvre du célèbre chorégraphe noir américain Alonzo King qui rejoint le répertoire principal du National Ballet en novembre. Meredith Webster, ancienne membre de longue date et maintenant maîtresse de ballet du LINES Ballet de King’s à San Francisco, expliquera comment elle s’y prend pour mettre en scène cette superbe œuvre de grande distribution de 2018.

Lire aussi  Dernières notes TRP : Super Dancer 4 et Imlie Swap Places | Star Plus conserve sa première place

Les vétérans de la scène de concert seront heureux d’apprendre que, dans le cadre de rénovations majeures, les anciens sièges en métal ont été remplacés par des sièges en plastique beaucoup plus confortables. Parmi les améliorations apportées, le Harbourfront Centre a également installé une section surélevée spéciale pour les sièges accessibles. Consultez le site Web du Ballet national pour plus de détails. Notez que tous les événements sont en admission générale – aucun billet requis – selon le principe du premier arrivé, premier servi. Si vous assistez à un « Show + Tell » de 19 h, vous pouvez rester à votre place en attendant le spectacle de 20 h. C’est probablement une stratégie judicieuse car ces émissions sont très populaires et vous ne voulez pas vous retrouver comme beaucoup le font à la périphérie.

« Sharing the Stage », du 16 au 20 août, Harbourfront Centre, 235 Queens Quay W., national.ballet.ca

MC

Michael Crabb est un écrivain indépendant qui couvre la danse et l’opéra pour le Star.

REJOINDRE LA CONVERSATION

Les conversations sont les opinions de nos lecteurs et sont soumises à la Code de conduite. Le Star ne partage pas ces opinions.

Related News

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick