Le prince Andrew a servi des documents pour un procès alléguant une agression sexuelle sur mineur

Le prince Andrew s’est vu remettre des papiers pour le procès de Virginia Giuffre, affirmant que le roi britannique l’avait agressée sexuellement et maltraitée à l’âge de 17 ans.

Un dossier judiciaire vendredi à Manhattan a déclaré que le duc d’York avait été servi par l’intermédiaire d’un officier de la police métropolitaine en service à son domicile du Royal Lodge à Windsor le 27 août.

La signification était « conforme aux dispositions relatives à la signification à un défendeur individuel, en vertu de l’article 6 des règles de procédure civile, comme l’exige la Cour suprême de justice d’Angleterre et du Pays de Galles », selon le dossier du tribunal.

Le représentant de la presse royale a déclaré au – qu’ils n’avaient aucun commentaire à ce sujet.

Le duc d’York a été accusé d’avoir évité le procès, ce dont l’équipe juridique de Giuffre a parlé vendredi.

« Les serveurs de processus se sont présentés à sa résidence, et ils ont refusé de prendre la convocation et ont refusé de laisser les serveurs de processus servir », a déclaré David Boies, président de Boies Schiller Flexner LLP, qui représente Giuffre, à ABC News. « Il a cessé de sortir en public. Il s’est déplacé. »

Le procès, déposé devant un tribunal fédéral en vertu de la Child Victims Act à New York le 9 août, allègue que le prédateur sexuel condamné Jeffrey Epstein et son assistante, Ghislaine Maxwell, ont fait la traite et abusé de Giuffre après qu’elle a commencé à travailler au Mar-a-Lago Club à Palm Beach, Floride.

Le procès affirme que le duc d’York, un ami d’Epstein, a agressé sexuellement Giuffre à trois reprises : à Londres chez Maxwell, à la résidence d’Epstein à New York et sur l’île privée du financier dans les îles Vierges américaines.

Lire aussi  14 gadgets en vente ce week-end (qui feraient de supers cadeaux pour la fête des pères)

« Au cours de chacun des incidents susmentionnés, le demandeur a été contraint par des menaces expresses ou implicites d’Epstein, Maxwell et / ou du prince Andrew de se livrer à des actes sexuels avec le prince Andrew », indique le procès, ajoutant que Giuffre « craignait la mort ou des blessures physiques à elle-même ou une autre et d’autres répercussions pour avoir désobéi à Epstein, Maxwell et le prince Andrew en raison de leurs liens puissants, de leur richesse et de leur autorité ».

Le dossier indique que les «agressions sexuelles et les coups et blessures infligés par Andrew à la plaignante lui ont causé, et continuent de lui causer, une détresse et un préjudice émotionnels et psychologiques importants».

Eamonn M. McCormack via Getty Images

Le prince Andrew a nié avoir agressé sexuellement Virginia Giuffre à plusieurs reprises alors qu’elle était adolescente.

Giuffre a été impliquée dans une poursuite en diffamation contre Maxwell en 2015 dans laquelle elle a décrit les abus subis par Maxwell et Epstein, notamment avoir été forcée d’avoir des relations sexuelles avec le prince Andrew. L’affaire a été réglée à l’amiable deux ans plus tard.

Bien que les abus présumés se soient produits il y a plus de 20 ans, Giuffre intente actuellement une action en justice en raison de la loi sur les enfants victimes, qui a été promulguée par le gouverneur de New York Andrew Cuomo en 2019. (Cuomo a récemment annoncé qu’il démissionnerait après avoir affronté son propre allégations d’inconduite sexuelle.)

La loi sur les enfants victimes prolonge la durée pendant laquelle les victimes d’abus sexuels dans l’enfance peuvent intenter une action civile et, entre autres allocations, leur donne un délai d’un an pour déposer leur dossier même si le délai de prescription de leur cas a expiré. Dans le cas de Giuffre, les retards dus à la pandémie de coronavirus ont repoussé sa date limite de dépôt au 14 août 2021.

Lire aussi  Le ciel a ouvert la porte Diana Taurasi s'est cassée à leur défilé de titre

Andrew et les représentants de Buckingham Palace ont fermement nié toutes les allégations au fil des ans. Le duc a déclaré lors d’une interview avec le programme Newsnight de la BBC en 2019 qu’il n’avait « aucun souvenir d’avoir jamais rencontré [Giuffre], aucune du tout » et ne l’avait jamais agressée.

Giuffre, maintenant âgée de 38 ans, a publié une déclaration à ABC News en même temps que son dossier devant le tribunal fédéral.

« Je tiens le prince Andrew pour responsable de ce qu’il m’a fait », a-t-elle déclaré. « Les puissants et les riches ne sont pas exempts d’être tenus pour responsables de leurs actes. J’espère que d’autres victimes verront qu’il est possible de ne pas vivre dans le silence et la peur, mais de récupérer sa vie en s’exprimant et en exigeant justice.

« Je n’ai pas pris cette décision à la légère », a ajouté Giuffre. «En tant que mère et épouse, ma famille passe en premier – et je sais que cette action me soumettra à de nouvelles attaques de la part du prince Andrew et de ses substituts – mais je savais que si je ne poursuivais pas cette action, je les laisserais ainsi que les victimes partout vers le bas.

Related News

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick