Le single de retour de Lorde est une leçon pour laisser les pop stars prendre leur temps | Lorde

LOrde a déclaré qu’elle “attendait le bon moment” pour sortir son single de retour, Solar Power, et a opté pour le 11 juin pour coïncider avec la seule éclipse solaire de l’année (bien que des fuites aient pu lui forcer la main). La date choisie résonne au-delà des associations thématiques évidentes de son single de retour brumeux et adorant le soleil et de sa pochette effrontée.

Les stars de la pop, en particulier les jeunes femmes, devraient être disponibles, accessibles, toujours actives. Lorde a défié cela avec un taux de sortie à l’ancienne (seulement trois albums en neuf ans) et une présence publique si discrète qu’une récente mise à jour de son compte Instagram sur lequel elle passe en revue les rondelles d’oignons a fait la une des journaux. (Elle bénéficie également de la culture paparazzi minimale de la Nouvelle-Zélande.) L’arrivée rare de la nouvelle musique de la jeune femme de 24 ans, entendue pour la dernière fois en 2017, est devenue son propre événement céleste.

Avec Solar Power, Lorde vous accueille dans son monde et se délecte de cette distance. Produite – tout comme le Melodrama de 2017 – par Jack Antonoff, c’est peut-être sa chanson la plus universelle, hippie dans le son et l’esprit, et un monde loin de ses prédécesseurs nocturnes. Sa démarche percussive lâche et sa simplicité acoustique évoquent George Michael (à la fois Faith et Freedom 90), Primal Scream et les Stones de l’ère Screadelica (Sympathy for the Devil), éveillant une ambiance estivale d’amour remplie d’intimations cultuelles appropriées (“I’ je suis un peu comme un plus joli Jésus », chante-t-elle, avec une sottise consciente).

Lire aussi  Sony Pictures Classics acquiert le documentaire "Turn Every Page" de Lizzie Gottlieb

Elle ne s’excuse pas pour les détracteurs de la chaleur, se prélassant à l’époque sur la plage – un espace intermédiaire et un état d’esprit correspondant – où les corps se ramollissent et le temps se transforme en sirop. (L’anglais ne correspond pas au mot français pour se prélasser au soleil, lézarder – être comme un lézard.) Familier et délicieusement pimpant, c’est une invitation à la fête la moins exclusive du monde – la joie de sentir le soleil sur son visage et de sentir ses défenses fondre (un plaisir particulièrement puissant cette année). Pourtant chanté avec la voix la plus conspiratrice de la pop – ce murmure doux et rauque – Lorde évoque à nouveau sa magie transformationnelle.

Lorde : énergie solaire – vidéo

Il développe sa sensibilité en tant qu’auteur-compositeur, obsédée par l’investigation des forces de transformation qui accompagnent chaque nouvelle phase de la vie : l’imagination à ses débuts, Pure Heroine de 2013, libérant l’adolescente ennuyée de son existence en banlieue, dans l’hémisphère sud ; drogues et témérité sur Melodrama, pour exorciser le chagrin et trouver des révélations dans les aigus ; ici tout simplement trébucher sur la nature et les horizons élargis, une facilité qui ne vient qu’avec l’âge. (Chaque époque de l’album a fait un voyage parallèle de la banlieue à la ville jusqu’à la côte.) Son affinité pour donner à chaque époque de l’album une identité chromatique saute aussi, dans le «vert acide, aigue-marine» et «joues de haute couleur, trop mûres les pêches”.

Ce sont les particularités nettement satisfaisantes de l’écriture de chansons de Lorde que peu de ses imitateurs ont pu reproduire. Il est impossible de manquer à quel point la pop en 2021 ressemble à son travail précédent, de la production squelettique et percutante de Royals aux harmonies vocales de crête les plus remarquables du récent premier album d’Olivia Rodrigo. Il y a un peu de ce dernier sur Solar Power, mais c’est par ailleurs une réinvention distincte, qui met joyeusement un écart entre Lorde et tout le monde en termes de créativité et en tant que figure obsédée: «Je jette mon appareil cellulaire dans l’eau / Pouvez-vous me joindre ? Non, vous ne pouvez pas », chante-t-elle avec un rire narquois (qui rappelle les délicieux apartés du morceau de mélodrame The Louvre).

Un bulletin d’information envoyé aux fans annonçant la sortie de Solar Power a révélé que la plupart de ses fans l’entendront à l’approche de l’été, alors que chez nous en Nouvelle-Zélande, l’hiver approche, faisant de la chanson sa propre source d’apricité. La vidéo est un who’s-who de la scène Ponsonby – imaginez Bad Blood avec des influenceurs d’Auckland cool et intimidants. Les paroles sur le fait d’être photographiée par son petit ami et d’amener les enfants à la plage pour entendre ses secrets affirment la foi admirable de Lorde en son propre magnétisme. (Voir notre interview de 2017 : « Je veux être Leonard Cohen. Je veux être Joni. Putain. Mitchell. ») Elle trace une ligne distincte dans le sable autour de son territoire, protégeant la liberté, la vie privée et le temps qui sont très probablement les véritable source de son énergie renouvelable – des produits précieux dans le monde de la pop que l’industrie pourrait mieux faire pour protéger.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick