Lettre, 30 septembre : Ce que signifie pour moi la Journée du chandail orange…

Contenu de l’article

La Journée du chandail orange signifie que je peux être de la couleur que je suis et marcher fièrement.
Cela signifie que je peux parler la langue que mes parents m’ont apprise sans être frappé, crié ou autrement puni pour cela.
Cela signifie que je peux manger les aliments terrestres que je veux sans qu’ils soient pourris, sortis des ordures ou poussés en moi avec force.
Cela signifie que je peux apprendre à faire du bannock (type de pain autochtone) et apprendre mes autres modes de vie traditionnels grâce à mes relations.
La Journée du chandail orange signifie que j’ai le droit de dire à mes enfants et à mes petits-enfants que je les aime et qu’il est normal d’aimer sa famille.
Mon père, qui a survécu au système des pensionnats, n’a pas pu me dire qu’il m’aimait avant l’âge de 35 ans parce qu’il a été battu et honteux pour avoir montré de l’amour.
On lui a appris que l’amour n’était pas une émotion qu’il fallait partager. Il avait été témoin de manières abusives de montrer son amour dans ces écoles, il ne pouvait donc pas être fier de me le dire.
La Journée du chandail orange signifie que je suis capable d’apprendre le système éducatif si je le souhaite, et non parce que j’y suis obligé.
La Journée du chandail orange signifie que mes cheveux peuvent être longs, beaux et tressés, ce qui me relie à la Terre Mère.
Cela signifie que je suis humain, et c’est normal de pleurer pour mon peuple et tout ce qu’il a dû endurer génération après génération.
Cela signifie jeter un coup d’œil autour de moi et avoir de l’empathie et de la compassion pour mon peuple décédé, les pauvres, ceux qui souffrent d’abus par manque de connaissances, d’autonomisation et de manque de sentiment de valeur.
Le 30 septembre, c’est applaudir et encourager mon peuple qui a cette chance de s’élever malgré le colonialisme et les traumatismes générationnels.
Si mon père n’avait pas été assez résilient pour survivre à ce qu’il a vu et vécu dans le système des pensionnats entre 1944 et 1952, je ne serais pas ici, pas plus que son héritage de ses 11 enfants, mes huit enfants et mes 19 petits-enfants, plus tous génération directement dans sa famille.
Meeqwetch (signifie merci en Saulteaux).
BERNADETTE COOK
(Meeqwetch pour le partage, Bernadette.)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick