Home » L’ingénieur du son Sai Shravanam: “ Les vues ne définissent pas la musique, c’est l’intention ”

L’ingénieur du son Sai Shravanam: “ Les vues ne définissent pas la musique, c’est l’intention ”

by Les Actualites

Vous avez adoré «Enjoy Enjaami» et les morceaux de «Karnan»? C’est le résultat de plusieurs heures passées par l’ingénieur du son Sai Shravanam dont le dernier projet est un hommage aux rivières de l’Inde.

Sai Shravanam joue un aalaap de son récent projet musical «Rivers of India» dans son studio d’enregistrement ultramoderne Resound India à Adyar, un endroit qu’il appelle «mon temple».

Il bascule entre les écrans d’ordinateur et une console d’enregistrement géante pour lire deux pistes – l’une originale et l’autre sur laquelle il a travaillé – et souligne la différence musicale. «Je voulais que cette partie du morceau soit éthérée et que la voix soit semblable à celle de Dieu. L’ingénierie du son est extrêmement importante pour tirer le meilleur d’un musicien », dit-il.

Et il devrait savoir; Sai est l’homme derrière le son riche de plusieurs musiciens de premier plan dans l’univers du cinéma et de la musique classique. Récemment, il a reçu le prix Kalaimamani du gouvernement du Tamil Nadu, devenant ainsi le premier enregistreur du son à le faire. Ses œuvres récentes incluent le hit viral “ Enjoy Enjaami ” et des morceaux de Dhanush Karnan, mais Sai est pompé à la réponse pour «Rivers of India».

«La chanson est un hommage aux précieuses ressources en eau du pays et insiste sur la nécessité de les protéger», dit-il.

Conçu par Kanniks Kannikeswaran, “ Rivers of India ” présente non seulement une collaboration inédite entre Bombay Jayashri, Kaushiki Chakraborty, Rishith Desikan et Amrit Ramnath, mais dispose également d’une section de chœur par les anciens de l’IIT dans le monde. “Il [Kanniks] a travaillé dur pour diffuser la musique chorale indienne aux États-Unis; il m’a appelé à propos de ce projet pour IIT-Madras », se souvient Sai.

Le duo a réalisé qu’il n’y avait pas une seule chanson qui porte les noms de tous les grands fleuves de l’Inde et a décidé de les intégrer dans une chanson. «Des projets comme ceux-ci me procurent un immense bonheur car ils m’aident à explorer ma soif de musicien et de producteur. Les rivières sont quelque chose dont plusieurs générations sont témoins; nous avons donc formé deux duos mère-fils (Bombay Jayashri et Amrit, et Kaushiki Chakraborty et Rishith Desikan) », ajoute-t-il.

Bombay Jayashri et Amrit Ramnath

Un rythme différent

Sai croit que le son est précieux et qu’il a mérité le sobriquet «l’homme à l’oreille d’or» parce qu’il ne fait pas de distinction entre les genres. «Le jour où je verrai la musique comme des choses différentes, comme le classique, les films et autres, j’aurai fini. Le son et la musique sont ma plus grande inspiration, quel que soit l’artiste.

Sa propre musicalité joue également un grand rôle lorsqu’il mixe et masterise des chansons. «Je ne suis pas un technicien qui change de plug-ins. Je finis par m’impliquer beaucoup dans le travail », dit Sai. Son autre rôle est celui d’un joueur de tabla; il joue régulièrement pour AR Rahman et a vécu de nombreuses expériences mémorables. ‘Tum Ko Paa Hi Liya’ dans Rock star en était un. «J’ai été appelé et j’ai joué une seule fois, puis on m’a demandé de partir. Il n’y a pas eu de reprises. Je pensais que Rahman monsieur n’avait pas aimé ce que je jouais, mais quand j’ai entendu la chanson, toute la partie que j’ai jouée était conservée. Quand je lui ai posé des questions à ce sujet, il a dit: «Ce qui vient en premier vient de Dieu. Ce qui vient ensuite vient de vous ». Cette déclaration profonde a changé ma façon de voir la vie », ajoute-t-il.

Kaushiki Chakraborty et Rishith Desikan

Kaushiki Chakraborty et Rishith Desikan

Script et son

Sai a une manière unique de travailler avec des chansons; il les séquence dans l’ordre dans sa console d’enregistrement, un peu comme le ferait un scénariste avec un scénario. «Le séquençage est important parce que je crois que la narration fait partie intégrante de la musique», déclare Sai, dont les projets à venir incluent des chansons avec le compositeur C Sathya et le chanteur-compositeur Sean Roldan.

Il est vraiment un technicien des coulisses qui contribue à la production musicale finale. «L’ingénierie du son ne consiste pas simplement à modifier quelques boutons. C’est un dévouement à vie pour la musique, car elle peut faire ou défaire une chanson », dit-il.

Sai travaille généralement plus de 15 heures par jour, cocooné dans son studio climatisé et travaillant sur divers genres de musique proposés par des compositeurs. «Cela peut sembler un bon travail, mais cela comporte des défis; en tant qu’ingénieur du son, nous devons continuer à écouter plusieurs versions d’une même ligne plusieurs fois et dans différentes fréquences pour voir ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. Ce n’est que s’il y a de la passion et un amour pour la musique que l’on peut le faire. Dans les films d’aujourd’hui, il y a une pression pour réussir. On s’attend toujours à ce qu’il devienne des succès. Mais les vues ne définissent pas la musique, l’intention la définit », ajoute-t-il.

.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.