MOCA rouvre après la pandémie avec «Greater Toronto Art 2021», un collectif patchwork des problèmes et des idéologies urgents de la ville

En approchant du Musée d’art contemporain de Toronto, il est impossible de manquer la pop de couleurs et les jeux d’ombres qui prennent forme dans « Mashrabiya » de Ghazaleh Avarzamani.

Dans la pièce, qui s’adapte autour, à l’intérieur et à l’extérieur de la fenêtre avant du musée dans le triangle de jonction, Avarzamani, qui est né à Téhéran, utilise une moustiquaire islamique comme un commentaire pas si subtil sur l’accessibilité des musées d’art tels que comme celui auquel il est attaché.

Comme carte de visite pour l’exposition de réouverture post-pandémie du MOCA, «Greater Toronto Art 2021», «Mashrabiya». sert d’énoncé de mission tout aussi peu subtil pour la dernière ère d’un tour de montagnes russes de deux décennies pour le musée, qui espère maintenant trouver une assise plus stable sous la direction de sa nouvelle directrice exécutive et PDG, Kathleen Bartels.

Récemment, Bartels et le directeur créatif de MOCA, November Paynter, ont accueilli les médias en avant-première de “GTA21”. Encadrée par la structure en métal bleu de « Mashrabiya », Bartels se tenait à l’intérieur du hall du bâtiment et a présenté sa vision de l’institution. Son MOCA, a-t-elle déclaré, sera « ancré localement et connecté à l’échelle mondiale ».

En phase avec cette vision, « GTA21 » est le premier d’une enquête triennale en cours sur les œuvres principalement commandées par des artistes qui, comme le titre l’indique, ont au moins une affiliation parasociale avec notre métropole tentaculaire. Sur les trois étages du MOCA, 21 artistes et collectifs, émergents et établis, sont présentés en discours autour de la question posée « Qu’est-ce qui vous semble le plus urgent aujourd’hui ? »

Lire aussi  Jennifer Garner a coupé une silhouette sportive en faisant des courses avec son fils de dix ans, Samuel, à Brentwood

Comme on peut s’y attendre d’une enquête aussi diversifiée, les œuvres qui en résultent sont aussi éthérées qu’éviscérantes. Disposées par étage dans un regroupement thématique simple par Paynter, la commissaire invitée Daisy Desrosiers et le commissaire adjoint Rui Mateus Amaral, les œuvres se jouent les unes les autres pour créer une expérience parfois déroutante mais sans aucun doute viscérale. Ici, des pièces politiques audacieuses telles que la série de commentaires multimédias de Jagdeep Raina sur la révolution agraire de l’Inde sont mises en conversation avec l’imagerie sereine de la boîte à lumière de « La Terre et tous ses habitants » de Kara Springer et la bande-son troublante de la respiration forcée émise par le satin. -a couvert le Toyota Tacoma 2003 dans “Listening Attends” de Sahar Te.

Parfois, un contraste aussi frappant met en valeur la simplicité, comme avec « Uummatima tillirninga, je peux sentir mon cœur battre », une courtepointe collaborative interculturelle d’encre sumi sur papier Washi par les artistes Ashoona Ashoona et Alexa Hatanaka, rendue encore plus poignante dans son emplacement en face des travaux structurels et hydrauliques en évolution d’Azza El Siddique, « Fade into the Sun ». Mais c’est en profitant des colonnes structurelles souvent décriées du MOCA pour créer une homogonie visuelle, comme dans le cadrage de l’installation « Dynasty » de Pamela Phatsimo Sunstrum, que le spectacle brille vraiment.

Pamela Phatsimo Sunstrum,

Considéré dans son ensemble, « GTA21 » n’est pas destiné à exprimer une caricature de Toronto (la seule vue de la Tour CN est celle offerte par les fenêtres du bâtiment), mais plutôt une idée de la région du Grand Toronto. Ce faisant, il ne s’agit pas tant d’un miroir de la ville autoproclamée la plus diversifiée au monde, mais plutôt d’un patchwork collectif de ses problèmes urgents et de ses idéologies, le plus souvent vu à travers une lentille internationale.

Selon Bartels, qui depuis son arrivée en avril 2020 a dirigé l’exposition d’une exposition de groupe plus petite de six ou sept à son incarnation actuelle, “GTA21” marque le lancement du nouveau plan stratégique quinquennal du musée.

Lire aussi  Solheim Cup : Suzann Pettersen sera capitaine de l'Europe à la Finca Cortesin en 2023 | Actualités golfiques

Lors d’un appel téléphonique plus tôt cette semaine, le PDG a expliqué que “GTA21” et, en fait, toutes les futures expositions prévues, découlent d’un processus de neuf mois consistant à interroger les parties prenantes, les artistes et les membres de la communauté sur leur vision de ce que devrait être le MOCA.

« Il y a trois ans, lorsque MOCA a déménagé à (son emplacement actuel) et (supprimé le ‘canadien’) de son nom, je pense qu’il avait des aspirations beaucoup plus grandes pour lui-même », a-t-elle déclaré. « En assumant ce rôle, je savais que nous devions commencer à planifier beaucoup plus loin. (Depuis le début de la pandémie), nous avons levé 8,5 millions de dollars auprès du secteur privé et, avec notre plan stratégique en place, je me sens suffisamment en sécurité financièrement et intellectuellement pour le faire. Alors maintenant, il s’agit d’être à la hauteur de ces aspirations.

Bien qu’elle n’ait pas révélé les détails du plan stratégique, qui n’a pas encore été rendu public, Bartels a expliqué que l’accent sera mis sur la commande d’œuvres spécifiques au site, avec un œil sur les artistes canadiens de renommée internationale.

«Nous espérons être beaucoup plus une institution importante dans la ville et au-delà», a-t-elle déclaré. “’GTA’ est un bon exemple de l’ambition, du sentiment de sécurité et de l’audace qui (devraient être les caractéristiques) de tout musée d’art contemporain.”

« Greater Toronto Art 2021 » est au Museum of Contemporary Art Toronto, 158 Sterling Rd., jusqu’au 9 janvier 2022. Voir moca.ca pour plus d’informations.
Jonathan Dekel est un contributeur indépendant basé à Toronto. Suivez-le sur Twitter : @jondekel
Lire aussi  William Nylander devient le 13e joueur des Leafs placé dans le protocole COVID-19 de la LNH

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick