Opinion d’invité : les contribuables albertains doivent (encore) payer les intérêts sur la dette du gouvernement

Contenu de l’article

Le gouvernement UCP de la première ministre Danielle Smith a récemment publié la mise à jour financière de l’Alberta.

Publicité 2

Contenu de l’article

De nombreux titres se sont concentrés sur les bonnes nouvelles, notamment un important excédent budgétaire.

Contenu de l’article

Il s’agit d’un grand changement par rapport à l’histoire récente de l’Alberta, qui a connu des déficits presque ininterrompus depuis 2008-2009.

Cependant, la mise à jour a également montré que, malgré l’amélioration de l’équilibre budgétaire, les contribuables de la province continueront de payer des intérêts sur la dette récemment accumulée dans un avenir prévisible.

Lire aussi  'La Génération Trayvon' et 4 autres livres à ajouter à votre liste de lecture

L’histoire récente de l’Alberta en matière de dette publique et de frais d’intérêt connexes est unique au Canada.

Toutes les autres provinces ont contracté des dettes (et des frais d’intérêt sur la dette, payés par les contribuables) au cours des dernières décennies.

L’Alberta est différente.

Au début des années 2000, à la suite d’une période de réforme ambitieuse des années 1990 qui comprenait à la fois des réductions d’impôts et de dépenses, l’Alberta a essentiellement atteint le statut « sans dette » et a en fait vu ses actifs financiers dépasser la minuscule dette qui restait au bilan.

Publicité 3

Contenu de l’article

Cet avantage fiscal avait le potentiel de permettre à la province de maintenir un faible taux d’imposition et de s’assurer que l’argent des contribuables était dépensé pour les services publics ou des économies pour l’avenir, ce qui a incité le premier ministre Ralph Klein à dire que « plus jamais ce gouvernement ou les habitants de cette province n’auront pour mettre de côté un autre dollar d’impôt sur la dette.

Le premier ministre Klein avait raison d’articuler les avantages du statut sans dette, mais, comme nous le rappelle la récente mise à jour financière, sa prédiction s’est avérée incorrecte et, avec le temps, le fardeau de la dette des contribuables albertains est revenu.

Plus précisément, alors que la province enregistrait déficit sur déficit dans les années 2010 et que la dette commençait à s’accumuler au fil de la décennie, les paiements annuels d’intérêts sur la dette ont augmenté.

Lire aussi  Critique de 'Snake Eyes: GI Joe Origins': Règles d'Henry Golding

Par exemple, en 2008-2009, les frais d’intérêt sur la dette du gouvernement de l’Alberta étaient négligeables, à seulement 58 $ par personne.

Publicité 4

Contenu de l’article

D’ici 2022/23, ce nombre devrait atteindre 595 $ par personne.

Et malgré l’important excédent de cette année et les excédents prévus au cours des prochaines années, les frais d’intérêt sur la dette de l’Alberta ne changeront pas de façon significative.

Selon la mise à jour financière, les frais d’intérêt sur la dette atteindront 2,7 milliards de dollars prévus cette année, avec peu de changements tout au long des prévisions financières qui s’étendent jusqu’en 2024-2025.

Cela laisse les intérêts de la dette à environ 540 $ par personne, à peine inchangés depuis le début de la décennie.

Afin d’éviter de nouvelles augmentations du fardeau de la dette des Albertains, le gouvernement Smith devrait comprendre pourquoi les paiements d’intérêts sur la dette sont réapparus comme un poste important dans le budget provincial.

Les gouvernements successifs ont enregistré d’importants déficits, ce qui a entraîné une augmentation rapide de la dette et une croissance connexe des paiements d’intérêts sur la dette au cours des dernières années.

Publicité 5

Contenu de l’article

Et pourtant, une analyse récente publiée par le Fraser Institute montre qu’avec une approche plus restreinte des dépenses, l’Alberta aurait pu éviter une grande partie de cette accumulation de dettes.

Lire aussi  L'album Wu-Tang Clan de Martin Shkreli vendu par les États-Unis

Les gouvernements actuels et futurs peuvent éviter que la dette et les frais d’intérêt ne se reproduisent dans les années à venir, surtout lorsque les revenus tirés des ressources diminuent, en réformant et en restreignant les dépenses provinciales.

La récente mise à jour financière du gouvernement Smith contenait de bonnes nouvelles au sujet de l’équilibre budgétaire de cette année, mais comprenait également un rappel qui donne à réfléchir sur la perte du statut d’exemption de dette de l’Alberta et l’avantage fiscal connexe de frais d’intérêt sur la dette presque nuls, que les contribuables de la province jusqu’à récemment apprécié.

Ben Eisen est chercheur principal au Fraser Institute.

    Publicité 1

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civil et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail. Vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur vous suivez des commentaires. Consultez nos directives communautaires pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster vos paramètres de messagerie.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick