Home » Ottawa affirme que les contrôles aux frontières sont suffisants malgré les plaintes de l’Ontario

Ottawa affirme que les contrôles aux frontières sont suffisants malgré les plaintes de l’Ontario

by Les Actualites

Contenu de l’article

MONTRÉAL – Le gouvernement fédéral a défendu mardi son approche visant à sécuriser la frontière canadienne contre le COVID-19 alors que le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, a de nouveau appelé à d’autres tests aux points d’entrée.

Les contrôles aux frontières du Canada – et l’exigence de quarantaine de 14 jours pour les voyageurs de retour – sont parmi les plus stricts au monde, a déclaré le ministre de la Sécurité publique Bill Blair aux journalistes.

«Au cours des derniers jours, nous avons entendu un certain nombre de commentaires qui, franchement, sont une fausse représentation malheureuse de ce qui se passe réellement à nos frontières», a déclaré Blair.

«Les cas de COVID-19 liés aux voyages internationaux ne représentent actuellement que 1,8% de tous les cas. Cela signifie que 98,2% des transmissions COVID sont le résultat de transmissions communautaires et non de voyages internationaux. »

L’administrateur en chef adjoint de la santé publique du Canada, le Dr Howard Njoo, a déclaré qu’Ottawa évalue toujours son approche à la frontière, mais sa principale préoccupation est la transmission à l’intérieur du Canada. «Ce que nous voyons maintenant, c’est que le plus gros problème au Canada est la transmission communautaire à l’intérieur du Canada, ce n’est pas vraiment l’importation de cas», a déclaré Njoo aux journalistes.

Publicité

Cette annonce n’est pas encore chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Nous nous excusons, mais cette vidéo n’a pas pu se charger

Les commentaires de Blair et Njoo font suite aux critiques de Ford, qui a déclaré lundi qu’Ottawa devait faire plus pour empêcher les voyageurs d’introduire le nouveau coronavirus dans le pays.

Ford a de nouveau frappé le gouvernement fédéral à ce sujet mardi, déclarant aux journalistes que le Canada doit exiger que les voyageurs obtiennent un test COVID-19 négatif avant d’arriver sur le sol canadien – «ce que d’innombrables autres pays exigent depuis des mois».

«Nous laissons des dizaines de milliers de personnes entrer dans notre pays chaque semaine sans les exigences de contrôle de base», a déclaré Ford, ajoutant que le dépistage à l’arrivée est «le strict minimum».

«Malgré nos appels répétés, nous entendons chaque semaine parler de dizaines de vols qui arrivent, non contrôlés, et apportent un COVID avec eux.»

Ford a déclaré que si le gouvernement fédéral ne commence pas à tester les voyageurs à leur arrivée, l’Ontario le fera – même s’il ne dira pas quand il prévoyait de commencer. «J’ai demandé à nos fonctionnaires de commencer à préparer l’infrastructure nécessaire pour les essais dans nos aéroports et j’espère que nous n’aurons pas à faire cavalier seul, mais nous sommes prêts à le faire si nous le devons.

Mardi après-midi, le Parti progressiste-conservateur de Ford a envoyé un courriel aux partisans leur demandant de signer une pétition en ligne appelant Ottawa à prendre des mesures plus fortes à la frontière.

La ministre fédérale de la Santé, Patty Hajdu, a déclaré que même si tout le monde était testé à la frontière, certains cas pourraient encore passer.

Nous nous excusons, mais cette vidéo n’a pas pu se charger

«Si vous ne testez pas les gens au bon moment de leur maladie, en fait, le test peut être négatif», dit-elle. «C’est pourquoi nous avons maintenu la quarantaine de 14 jours avec un tel degré de rigueur.»

Publicité

Cette annonce n’est pas encore chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Cependant, 81 pour cent des 6,5 millions de voyageurs qui sont arrivés au Canada entre le 31 mars et le 12 novembre ont été exemptés de la quarantaine, a déclaré l’Agence des services frontaliers du Canada.

«La frontière canadienne reste fermée aux voyages discrétionnaires ou facultatifs, par conséquent, la majorité des personnes qui ont traversé la frontière sont des voyageurs exemptés», a déclaré la porte-parole Rebecca Purdy dans un courriel.

La majorité de ces voyageurs exemptés étaient des camionneurs, a ajouté Blair.

Le premier ministre du Québec, François Legault, a déclaré aux journalistes qu’il souhaitait plus d’informations de la part du gouvernement fédéral sur la manière dont il envisage d’appliquer les règles d’isolement de 14 jours pour les Canadiens qui reviennent de vacances à l’extérieur du pays.

Legault a déclaré qu’il n’avait pas non plus exclu la possibilité de déployer les autorités provinciales pour tester les voyageurs à leur arrivée.

Le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, a déclaré qu’Ottawa devrait étendre un projet pilote actuellement à l’aéroport de Calgary et à un poste frontalier des États-Unis dans la province.

Les Canadiens peuvent subir des tests COVID-19 sur place à leur arrivée. Ils doivent ensuite s’auto-isoler pendant 24 à 48 heures en attendant les résultats. S’ils sont testés négatifs, ils peuvent quitter la quarantaine, mais doivent surveiller les symptômes et obtenir un deuxième prélèvement dans les six à sept jours suivant leur date d’arrivée.

Kenney a dit que c’était un programme volontaire. Il n’est pas d’accord avec le test obligatoire des voyageurs.

«Tout comme nous n’avons pas de vaccins obligatoires au Canada, nous n’allons pas avoir de tests obligatoires. Nous n’allons pas en quelque sorte attraper les gens en sortant de l’avion et leur coller un coton-tige dans le nez », a-t-il déclaré.

Publicité

Cette annonce n’est pas encore chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Ford a déclaré qu’il était en partie inquiet à cause d’une nouvelle variante du COVID-19 découverte au Royaume-Uni, le Canada a suspendu les vols de ce pays pendant 72 heures à minuit le 21 décembre.

Le Canada examine actuellement des mesures supplémentaires, a déclaré Blair, ajoutant que «le contrôle amélioré a été mis en place dans tous les aéroports canadiens et à tous les points d’entrée» pour identifier les voyageurs qui pourraient arriver indirectement du Royaume-Uni.

L’administrateur en chef de la santé publique, la Dre Theresa Tam, a déclaré que la nouvelle variante n’avait pas encore été détectée au Canada. Elle a dit, cependant, «le Canada reste sur la trajectoire d’une résurgence encore plus forte (du COVID-19) au cours des deux prochains mois et c’est une période périlleuse.»

Hajdu a déclaré qu’un deuxième vaccin COVID-19, de la société de biotechnologie américaine Moderna, pourrait bientôt arriver au Canada, s’il est approuvé par les organismes de réglementation fédéraux.

«Santé Canada a maintenant toutes les données nécessaires pour prendre une décision; je crois comprendre que la décision sera très prochainement », a déclaré Hajdu. «Je ne peux pas parler au nom des organismes de réglementation, car ils sont évidemment indépendants, mais ils auront des informations pour les Canadiens dans un avenir très rapproché.

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civil et à encourager tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour la modération avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail. Vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur vous suit les commentaires. Consultez notre règlement de la communauté pour plus d’informations et de détails sur la manière d’ajuster vos paramètres de messagerie.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.