Para One enquête sur le pouvoir des rêves dans les Alpes

Un morceau tiré de son prochain album, Machines of Loving Grace, le premier opus de la trilogie multidisciplinaire du producteur, SPECTRE.

Para One nous a donné les premiers aperçus de SPECTRE, une trilogie ambitieuse et multidisciplinaire qui englobe un nouvel album, Machines of Loving Grace, un long métrage, Santé mentale, folie et famille et une nouvelle émission audiovisuelle en direct, Operation of the Machine. Le mois dernier, le producteur et compositeur a sorti le premier single de Machines of Loving Grace, le Mystère des Voix Bulgares-featuring, Fantôme dans la coquille-influencé ‘Shin Sekai’, aux côtés d’un visuel cinématographique du réalisateur William Laboury. Aujourd’hui, Jean-Baptiste de Laubier partage un autre morceau de l’album, «Alpes».

Reprenant là où “ Shin Sekai ” s’est arrêté, Para One nous guide à travers une exploration rétro-futuriste du pouvoir des rêves, associant un synthé phosphorescent à des visuels poussiéreux de science-fiction qui choisissent une procession inconsciente d’images de rêve à partir des ondes cérébrales d’un homme endormi. «Je me demande souvent comment la façon dont nous dormons affecte nos rêves», explique le réalisateur William Laboury de «Alpes», «le lit, la température, la nourriture ou la musique que nous écoutons. Je n’ai pas écrit de scénario pour ce clip: j’ai essayé de rêver la musique. Fermant les yeux et notant les photos qui sont venues. Ces images sont suffisamment abstraites pour permettre aux spectateurs de les rêver, de voir des choses qui n’existent peut-être pas. Tout comme la façon dont j’étais hypnotisé par les visualiseurs de musique comme Winamp et Windows Media Player. »

Lire aussi  Cristiano Ronaldo annonce la mort de son fils nouveau-né

Machines of Loving Grace voit Para One réfléchir sur ses influences d’enfance, revenant à une époque où la musique et le cinéma avaient une puissance non filtrée, ainsi qu’aux sons et aux figures qui définissaient sa sensibilité en tant qu’artiste aujourd’hui. «J’avais besoin de rompre avec les modèles et les systèmes de formats et de prendre des virages inattendus. Pour ce faire, je devais d’abord me permettre de le faire », explique-t-il. «Lorsque vous empruntez le chemin – d’une œuvre, d’une personne, du passé – vous ne savez jamais vraiment ce que c’était. Tu t’es trouvé.” Ses efforts pour renouer avec le passé l’ont conduit à Bali, où il s’est connecté avec Suar Agung pour jouer au jegog, une forme particulière de gamelan, à Sofia, la capitale de la Bulgarie, où il a collaboré avec Le Mystère des Voix Bulgares, et au île de Sado au Japon, où il enregistre des percussions avec la troupe de percussions Kodō.

L’album, le film et l’émission audiovisuelle en direct qui composent SPECTRE arrivent comme l’aboutissement de l’engagement prolongé de Jean-Baptiste de Laubier avec le cinéma. En étroite collaboration avec Céline Sciamma, il a créé des bandes sonores pour tous les films du cinéaste, y compris Portrait d’une dame en feu, Jeunesse, Garçon manqué et Nénuphars. Son premier long métrage, Santé mentale, folie et famille, arrive bientôt, alors que son émission audiovisuelle en direct, Operation of the Machine est prévue pour l’hiver.

Alpes'

‘Alpes’ sort le 23 avril, aux côtés des remixes de club du morceau de Superpitcher, Ricardo Villalobos et Para One lui-même. Vous pouvez pré-commander l’EP ici. ‘Shin Sekai’ est maintenant disponible, aux côtés des remix de Actress, Alva Noto et speaKwave, alias dynArec.

Lire aussi  Coi Leray dit que la foule bruyante n'a pas vibré avec elle parce qu'elle est nouvelle

Pour plus d’informations sur SPECTRE, vous pouvez visiter le site internet et suivre le projet sur Instagram. Vous pouvez trouver Para One sur Instagram.

Regardez ensuite: Moonshine explore la tradition congolaise dans le programme spatial Zaïre | Acte I

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick