Pourquoi le monde est-il plus violent et comment y remédier ? Lisa Moore parle de son roman “Voici comment nous aimons”

L’écrivain terre-neuvienne Lisa Moore a une voix forte et décalée, immédiatement reconnaissable. De son deuxième livre de nouvelles, “Open”, nominé par Giller, à ses romans, y compris “February”, nominé pour le Booker Prize, la voix de Moore est devenue familière et appréciée des lecteurs. J’ai parlé avec elle de chez elle à St. John’s de son dernier livre, « C’est comme ça que nous aimons », un retour à la forme romanesque. L’histoire de Xavier, 21 ans, battu et poignardé, y alterne avec celle de sa mère, Jules, dans un livre qui explore la famille et comment elle nous façonne.

Vous avez oscillé entre l’écriture de nouvelles et de romans. Qu’est-ce qui vous a ramené à la forme du roman pour “This Is How We Love” ?

Je pense que les histoires ont une forme ou une longueur particulière. Certaines histoires sont des histoires courtes par la nature même de ce qu’elles essaient de dire. Mais la forme d’un roman est une énigme pour moi. Il a la possibilité de se plonger dans la complexité des personnages et des scènes, de digresser et de vagabonder. Mais il faut aussi qu’il y ait une sorte d’unité. Il doit donner l’impression que tout y appartient. C’est ce que ressent une communauté. Un roman nous donne l’occasion d’explorer toutes les tensions d’une communauté, d’une famille, mais aussi tous les soutiens, la façon dont les choses s’enchaînent, se décomposent.

L’une des choses intéressantes à propos de ce livre est la façon dont il explore les mères, les relations et l’amour, et toutes les différentes formes que cela prend. Le rôle de la maternité était-il quelque chose de spécifique que vous cherchiez à démêler et à explorer?

Lire aussi  Fille de Charlie Sheen, Denise Richards dit avoir vécu dans un « foyer abusif »

Je m’intéresse à la façon dont nous pouvons ressentir… que d’une manière ou d’une autre, les enfants sont en dehors de la vie d’âge moyen et que les personnes très âgées sont également en dehors de la vie d’âge moyen ; ils sont en quelque sorte bouclés. Et je pense que c’est une idée très fausse de ce que les êtres humains sont et peuvent être. Nous avons tous des personnes de tous âges dans nos vies. C’est de savoir si nous choisissons d’accorder notre attention aux personnes qui sont réellement là et présentes et qui ont besoin d’attention que je trouve intéressante.

(Une mère) n’est pas seulement quelqu’un qui a son propre enfant – l’idée que nous pourrions avoir des enfants pour commencer est ridicule, car les enfants sont ce qu’ils sont dès le moment où ils sont nés – mais que nous pouvons tous aimer et devons probablement aime les enfants. Ils nous montrent le monde d’une nouvelle manière.

Cette idée fonctionne en termes de relations individuelles, mais aussi en termes de communauté et de société.

L’une des choses que je voulais faire était d’explorer la classe et la précarité, et ce que cela signifie d’être en dehors de ce cercle de protection. Que se passe-t-il lorsque tout type de sécurité est supprimé, en particulier lorsque vous êtes jeune ou vieux ? Ceux d’entre nous qui pourraient avoir la chance d’être à certains égards en sécurité, dans quelle mesure sommes-nous disposés à sortir de cette sphère de confort pour attirer les gens ? Je ne pointe pas du doigt les autres mais, en tant qu’écrivain, je dois m’interroger.

Lire aussi  Britney Spears reviendra-t-elle un jour sur scène ?

Vous construisez un monde que vous pouvez presque toucher. C’est étonnant pour moi le détail que vous tissez dans vos descriptions.

Je suis très conscient que nous vivons dans des corps, et nous avons ce désir de séparer nos esprits et nos corps, mais ils ne font qu’un. Je regarde comment les gens bougent tout le temps, quand ils parlent ou quand ils pensent. Je m’intéresse à la façon dont ces sortes de gestes expriment le caractère. Nous devenons qui nous sommes lorsque nous nous déplaçons physiquement dans le monde. J’ai envie et je me demande s’il est possible de connaître des personnages, même des gens, en observant la façon dont ils bougent et comment cela est lié à leur façon de penser et à ce qu’ils ressentent. Tout cela m’excite.

Il y a un vrai sens du mouvement dans l’histoire; c’est un page-turner. A commencer par un mystère : on sait que Xavier a été agressé, poignardé, mais pas pourquoi ni qui l’a fait. Et la structure, les chapitres allant et venant d’un personnage à l’autre, maintient également la tension..

Je ne suis pas du tout offensé par le terme page-turner (rires), car j’aimerais que les gens s’imprègnent profondément du livre. J’aimerais qu’ils soient dedans et que ça, oui, vole devant eux. C’est ce que j’aimerais de n’importe quel livre (que j’écris) et de n’importe quel livre que je lis. Mais, bien sûr, le marché est là, perdez-vous la profondeur de votre caractère ? Les personnages sont très importants pour moi, ils semblent entiers, réels et vrais, vivants et multiformes.

Utiliser ce paradigme mystérieux et mener à une résolution à la fin aide également.

Lire aussi  Les Raptors ont raté le match sur tout le terrain alors que les Celtics se vengent dans une victoire décisive

Honnêtement, je ne sais même pas si je dois dire ça, je n’y ai pas pensé de cette façon. Je suppose parce que je savais depuis le début qui l’avait fait. Peu m’importe qui a fait le coup de couteau autant que pourquoi le coup de couteau s’est produit (parce que) nous avons perdu une sorte de cohésion. En vieillissant, j’ai l’impression qu’on a laissé des gens derrière et qu’on ne prend pas assez soin les uns des autres. La ville de St. John’s où j’habite est devenue beaucoup plus violente et j’ai l’impression que ce n’était pas le cas il y a 10 ou 20 ans. Donc pour moi, le mystère est pourquoi et comment y remédier ?

Il y a beaucoup de colère dans le monde.

Oui et permission d’être cruel, ou résurgence d’une sorte de permission horrible. Je voulais demander, quel est l’antidote à cela ? Et ça doit être l’amour, bien sûr. Comment aimer mieux et comment aimer davantage ? Et comment aimons-nous ceux que nous ne connaissons peut-être même pas très bien.

Cet entretien a été condensé pour plus de longueur et de clarté.

REJOINDRE LA CONVERSATION

Les conversations sont des opinions de nos lecteurs et sont soumises à la Code de conduite. Le Star ne partage pas ces opinions.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick