‘Quiet Place Part II’ – Une suite peu profonde et effrayante plus que suffisante

L’acteur devenu auteur John Krasinski fait «A Quiet Place Part II» un terrible désavantage dès le départ.

L’ancien «Office» orchestre l’une des meilleures séquences d’ouverture de tout film d’horreur récent. C’est la perfection, de la tranche inspirée de Small Town USA aux frayeurs de l’accoudoir.

Le reste de la suite souvent retardée est solide comme le roc, mais il ne peut pas se comparer à cette ouverture de bravura. La «Partie II» ne peut pas non plus être à la hauteur de l’original, un film qui a pris presque tout le monde sans le savoir il y a trois ans.

La suite d’horreur commence comme… une préquelle. C’est le premier jour de l’invasion extraterrestre, et nous retrouvons les Abbotts alors qu’ils s’imprègnent d’une journée parfaite de baseball de la Petite Ligue.

Le jeu est interrompu par la fumée et le feu dans le ciel, et soudain, les créatures introduites dans le premier «endroit calme» se déchaînent dans ce hameau du cœur.

La séquence est quelque chose que Steven Spielberg pourrait réussir, combinant des détails entièrement américains avec des horreurs d’en haut. Heck, c’est aussi bon que la séquence «Guerre des mondes» de Spielberg présentant la menace extraterrestre.

Pouvez-vous rendre un plus grand compliment à Krasinski dans le langage de la culture pop?

L’histoire passe rapidement au «présent», ou quelques instants après la fin des événements de «A Quiet Place». Evelyn (Emily Blunt), ses adolescents Regan (Millicent Simmonds) et Marcus (Noah Jupe), ainsi que leur frère nouveau-né se démènent pour quitter leur maison après avoir repoussé plusieurs créatures.

FAIT EN BREF: Le 2018 «A Quiet Place» a choqué Hollywood en gagnant 50,2 millions de dollars lors de son week-end d’ouverture en route vers un total de 188 millions de dollars aux États-Unis.

La famille doit trouver un nouvel endroit sûr, et ils pensent trouver de l’aide sous la forme d’Emmett, un ancien voisin et remplacement officiel de papa joué par la star de «Peaky Blinders» Cillian Murphy. Ensemble, ils doivent passer de A. à B. à C., tout en réapprenant l’un des tropes les plus épuisés d’Hollywood.

Certains humains sont encore plus effrayants que les monstres de cinéma.

Le « Quiet Place » original a habilement présenté les merveilles de la famille nucléaire d’une manière qui n’a jamais sacrifié l’action ou la tension. Ici, les thèmes sont plus sobres et moins intéressants. Les adolescents de la famille sont maintenant les vraies stars, et bien que le jeune Simmonds ait une présence à l’écran pour épargner la transition, ce n’est pas aussi intrigant que la vanité d’origine.

Ce qui est pire? L’histoire se sent au mieux épisodique, comme s’il s’agissait d’une autre série en streaming avec un nouvel épisode en attente d’être joué. Nos héros rencontrent certains des humains typiquement mauvais, natch et se bousculent dans le nouveau paysage hostile en sachant que les monstres se cachent… partout.

CONNEXES: Esquire Bullies Krasinski – «  Êtes-vous un conservateur de placard?  »

Ce dernier élément devrait devenir obsolète au milieu de la suite, mais Krasinski est tellement habile à nous effrayer que cela ne se produit jamais. Il réussit moins à étoffer les joueurs de soutien. Murphy est toujours solide, mais il lui a donné un arc simpliste qui pourrait être fait par n’importe quelle star. Djimon Hounsou se sent comme un ajout intelligent à la franchise, mais il a trop peu de temps d’écran pour s’inscrire au besoin.

Cela laisse la bonne volonté générée par le film original (et c’est beaucoup). C’est certainement plus que ce que demandent les films d’horreur, mais le « Place » original a placé la barre du genre si haut que la suite ressemble toujours à une opportunité manquée. C’est encore plus évident si l’on considère cette ouverture de bravoure.

«Part II» fait également peu pour construire sur le monde créé dans le premier film. Nous savons encore peu de choses sur les extraterrestres rapides, quelles sont leurs motivations (au-delà de tuer… et continuer à tuer) ou comment l’humanité pourrait riposter à une échelle considérable. Faire une suite et ajouter si peu à la plus grande toile ressemble à une triche.

Et pourtant, qui ne ferait pas la queue pour voir un nouveau film d’horreur dirigé par Krasinski?

Le sens du lieu du réalisateur, ses choix audio et ses perspectives sont vertigineux dans cette ouverture de style préquelle. Dès que la séquence se termine, vous voulez appuyer sur un bouton de rembobinage magique et en faire l’expérience à nouveau.

C’est suffisant pour vous donner envie d’un projet de préquelle entier, pas d’une suite qui fait peur à profusion mais qui n’a pas le caractère poignant du film original.

Ça passe ou ça casse: «A Quiet Place Part II» offre toutes les frayeurs dont vous rêvez, et plus encore. Dommage que l’histoire ne soit pas aussi fraîche ou convaincante que la première fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick