Yasmin Zaidi peint la pandémie

Yasmin Zaidi a commencé à peindre le chagrin. Elle transparaît dans ses deux nouvelles œuvres: l’une montre une jeune femme tenant des chrysanthèmes dans ses bras, avec des tombes derrière; un autre a des personnes masquées, socialement éloignées le long d’un escalier (vers le ciel?).

Elle a demandé à sa famille comment les nommer et a obtenu un certain nombre de réponses: Apartheid viral 2021, beauté et solitude. «J’ai réalisé que tout le monde se sent personnellement impliqué pendant cette pandémie… Ils donneront leur propre nom aux peintures», explique l’artiste de 70 ans qui peint des fleurs et des personnes.

Zaidi a vécu à travers l’Inde – Firozpur Jhirka (en Haryana), JK Puram et JK Gram (au Rajasthan), Delhi et bien d’autres – où elle a travaillé comme éducatrice tout au long de sa vie, principalement à des postes administratifs, bien qu’elle ait suivi une formation d’anglais et Professeur d’études sociales. «J’ai parfois enseigné l’art parce que j’étais capable de le faire», dit l’amateur, dont la maison, en grandissant, était remplie de lettres et d’images. Son père, Syed Ali Jawad Zaidi, était un poète et un érudit ourdou, et son grand-père se plongeait dans l’art.

Elle puise dans les différents éléments de la nature qu’elle a rencontrés au cours de sa vie: l’escalier de son huile sur toile actuelle mène vers les bouleaux qu’elle a récupérés à partir d’images mentales du Cachemire. La brosse à bouteille rouge et le tecoma jaune de la «fille aux chrysanthèmes» proviennent de son appartement au rez-de-chaussée à Mumbai, où elle a un petit jardin. «Ma mère aimait beaucoup le jardinage», se souvient-elle.

Cette fois, cependant, les fleurs ont été utilisées comme métaphore des défunts. Le poète ourdou Afzal Ahmed Syed’s Hamein Bahut Sare Phool Chahiye, qui semble faire allusion à la guerre et parle du fait que nous avons besoin de beaucoup de fleurs pour couvrir nos morts, a joué dans sa tête pendant qu’elle peignait.

«Quand je peins, des choses personnelles entrent en jeu – un livre d’Annie (sa fille, écrivain), mais le monde entier devenait personnel», dit-elle à propos des ondes de choc qui semblaient avoir affecté tout le monde.

Elle n’a pas pensé vendre: «Je ne pense pas que les tableaux m’appartiennent.» Elle ajoute qu’elle ne saurait pas comment faire, et même si elle le faisait, cela irait au secours du COVID.

En ce moment, elle se remet d’une chirurgie de la vésicule biliaire et est avec son fils à Pune. «Je veux peindre plus, mais je n’ai plus de toile et c’est difficile de l’obtenir maintenant», dit-elle.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick