Banque d’Angleterre : Trusonomics pourrait être coûteux pour les investisseurs

La Vieille Dame est dans une situation délicate. L’inflation est à son plus haut niveau depuis 40 ans et une récession du début des années 1990 se profile. Le Royaume-Uni a un marché du travail tendu, comme les États-Unis, et un choc énergétique, comme la zone euro. Trouver une issue de secours peut être encore compliqué par les politiques économiques peu orthodoxes de Liz Truss, la candidate susceptible de devenir le prochain Premier ministre.

Les réductions d’impôts devraient être une caractéristique importante du mandat de premier ministre Truss. Cela, comme le soutient son rival Rishi Sunak, est susceptible d’alimenter l’inflation et d’exercer une pression à la hausse sur les taux d’intérêt. Nigel Lawson, chancelier du gouvernement Thatcher, établit un parallèle avec le budget de 1972, « élan vers la croissance », qui a été suivi d’années de forte inflation.

À cette époque, l’or surperformait. Sa valeur a presque septuplé en termes réels. Les matières premières comme le pétrole et le blé se sont également bien comportées. La piètre performance des actions a montré qu’elles constituaient une faible protection contre l’inflation.

L’analyse des marchés remontant à 1900 raconte une histoire similaire. En période de forte inflation, le rendement réel des actions était de -10%, selon une étude du Credit Suisse. Les obligations, quant à elles, ont produit un rendement négatif de 24,7 %. Par ailleurs, l’étude a montré qu’en période de hausse des taux d’intérêt, les investisseurs en actions britanniques auraient mieux fait de rester en liquidités, qui rapportaient 0,6% de plus par an.

Certains secteurs pourraient toutefois tirer leur épingle du jeu. Bien que les banques puissent être touchées par des créances douteuses alors que la récession sévit, la hausse des taux d’intérêt gonfle leurs marges nettes d’intérêt. Truss est un adversaire des impôts sur les bénéfices exceptionnels, ce qui rend peu probable qu’elle copie le prélèvement bancaire unique de 1981 imposé par son modèle Margaret Thatcher.

Lire aussi  Bill et Melinda Gates sont officiellement divorcés | Nouvelles du monde

Truss est ouvertement pro-business. Sa politique d’annulation des augmentations de l’impôt sur les sociétés profiterait aux investisseurs dans les entreprises qui se portent bien. Mais protéger les bénéfices des entreprises serait une politique impopulaire lorsque les électeurs veulent de l’aide pour les factures de services publics. Alors que l’économie bascule dans la récession, elle peut avoir du mal à s’en tenir à ses politiques. Aucun plan ne survit intact au contact de la réalité.

L’équipe Lex souhaite en savoir plus sur les lecteurs. Veuillez nous dire quelles seraient, selon vous, les conséquences économiques d’un poste de Premier ministre de Liz Truss dans la section des commentaires ci-dessous.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick